fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeCultureAprès-coup : notre critique du père Noël est une ordure 
pere_noel3

Après-coup : notre critique du père Noël est une ordure 

tfm

Nous vous l’annoncions, vous l’attendiez. La pièce culte de la troupe du Splendid a finalement été jouée par le Melbourne French Theatre dans une très belle salle de Library at the Docks. Un événement qui s’est quasiment déroulé à guichet fermé tant les dates ont été prises d’assaut. Sur le fil, Le Courrier Australien a pu assister à la dernière samedi dernier.

Des rires sonores, des applaudissements nourris, des airs outrés… la pièce, mise en scène par Bruce Cochrane n’a pas laissé son public indifférent et pour cause. Les acteurs, tous amateurs, ont produit un spectacle gonflé, mené tambour battant par Alexis Renou jouant un Mortez coincé et pervers, remarquablement savoureux avec sa braguette mal refermée et son grand tricot à larges trous. Une prestation qui a fait l’unanimité, surpassant même le souvenir laissé par Thierry Lhermitte. A ses côtés, Dominique Croset a campé une Thérèse aussi dévouée que complètement dépassée et Candice Blondeau a imaginé une Zézette grande gueule et gouailleuse à souhait. Guillaume Sabouraud a osé une Katia touchante et même tragique, Karim Bouriah-Lopez un père Noël caïd et Richard Ryan un Preskovitch mal aimé, décalé et finalement désespéré avec ses « spotsis » (doubitchous dans le film éponyme) – autres grosses stars de la soirée.

pere_noel4

pere_noel2 pere_noel1

D’après les échos de la première, des calages ont pu être apportés au fil des représentations. Le trac a été surmonté, les surtitres en anglais ont mieux collé aux scènes et un pied (découpé) a vite été ajouté à la hotte du père Noël. Si l’on considère que nombre d’acteurs ne s’étaient jamais produits en dehors du collège et qu’il a fallu s’accommoder de conditions compliquées avec une scène sans rideau, ni coulisses… alors, on sera d’autant plus impressionné par la qualité de cette dernière.

Samedi à la sortie, les spectateurs étaient presque aussi rouges que les acteurs tant il semble qu’ils avaient ri et/ou pleuré. « Génial » disaient les uns, « Super » assuraient les autres. Seule une poignée de personnes a paru choquée devant le père Noël menaçant de battre Zézette ou lorsque le coup de pistolet a résonné. Un humour grinçant décidément trop noir pour certains Australiens. A la première pourtant, Nicole ou Britanny assuraient qu’elles recommanderaient la pièce. Anglophones, elles l’ont trouvée « entertaining » et « very funny« . 

Valentine avec Manon Sabouraud

Légendes photos : 1/ Equipe avec, de gauche à droite et de haut en bas : Thibaut Schweitzer, Dominique Croset, Alexis Renou, Guillaume Sabouraud, Mélissa Octave, Karim Bouriah-Lopez, Candice Blondeau, Richard Ryan. 2/ Représentation du 2 mai 3/ et 4/ Dernière le 5 mai. (C) Manon Sabouraud (sauf 1)

Pour suivre l’actualité du Melbourne French Theatre, cliquez là.

 —————————————

N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
tfm
Share With: