Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuAttaque sanglante à Brighton : les créatures responsables identifiées
sea-fleas

Attaque sanglante à Brighton : les créatures responsables identifiées

franckprovost

Les biologistes ont identifié la cause de l’incident qui a laissé un adolescent les pieds en sang après s’être trempé sur une plage de Brighton ce week-end (voir notre article précédent ici).

Le père de la victime était retourné sur la plage et à l’aide d’un filet rempli de viande rouge et d’os, il avait réussi à attirer et capturer de minuscules créatures, visiblement très attirés par la viande sanguinolente.

La biologiste marine Genefor Walker-Smith a identifié ces petites bêtes : il s’agirait d’amphipodes, des crustacés charognards naturellement présents dans l’océan. Ils ont un odorat très développé et sont attirés par les odeurs de matière animale en décomposition, dont ils se nourrissent, tels que des poissons morts.

Selon cette experte, il y a très peu de chances pour qu’un tel incident se reproduise. « Ce jeune homme n’a vraiment pas eu de chance. Peut-être a-t-il dérangé un groupe pendant qu’il se nourrissait, mais généralement ces animaux ne sont pas prêts à vous attaquer comme des piranhas. » Elle a émis l’hypothèse que l’adolescent ait pu toucher du pied un poisson mort sans s’en apercevoir ; les crustacés se seraient alors détournés du poisson pour l’attaquer. Il est également possible qu’il ait déjà eu une petite blessure qui les a attirés. Le fait qu’il soit resté longtemps immobile a sans doute favorisé l’attaque. L’eau très froide lui ayant engourdi les pieds, il n’a pas senti les morsures. D’après le Dr Walker-Smith si vous êtes en mouvement vous avez très peu de chance de subir le même sort.

Il est important de noter que ces crustacés ne sont pas vénimeux. Pour autant, la spécialiste n’exclut pas qu’ils aient libéré une substance anti-coagulante, ce qui expliquerait le saignement continu.

Source : www.abc.com.au

>>> Suivez-nous sur Facebook
>>> Abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Courrier Australien

Comments
apc
Share With: