fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
 
HomeActuAlerte aux « bactéries mangeuses de chairs » dans le Victoria
ulcere_buruli

Alerte aux « bactéries mangeuses de chairs » dans le Victoria

franckprovost

Depuis 2014, de mystérieuses « bactéries dévoreuses de chairs » se propagent de manière inédite dans la région du Victoria. Une épidémie qui s’étend plus communément en Afrique tropicale, car associée aux étendues d’eau stagnante. D’après les experts médicaux, les financements gouvernementaux doivent être davantage mobilisés pour lutter contre Mycobacterium ulcerans, la bactérie en cause.

Cette bactérie, responsable de l’ulcère de Buruli ou ulcère de Bairnsdale, peut avoir des effets dévastateurs sur les personnes atteintes : invalidité à long terme et malformation.

La caractéristique de cette infection est une plaie qui ne cicatrise pas, généralement localisée sur la jambe ou le bras, qui s’élargit au fil des semaines ou des mois. La période d’incubation et l’apparition complète de l’ulcère est d’environ trois à cinq mois. La première étape peut s’apparenter à une boule rouge.

Certains patients peuvent développer un gonflement important de la zone infectée et un membre entier peut être affecté. Parfois, les lésions tissulaires extensives nécessitent une amputation – pratique encore rare en Australie, mais parfois inévitable en cas d’aggravation.

Des chiffres alarmants :

Au cours des dernières années, la grande majorité des diagnostics ont eu lieu dans la région du Victoria, principalement dans les péninsules de Bellarine et de Mornington au sud de Melbourne. Des chiffres alarmants ont été enregistrés : 89 cas en 2014, 107 en 2015, 182 en 2016 et 275 personnes ont présenté les symptômes en 2017.

Aujourd’hui, l’épidémie ne semble plus circonscrite à la région du Victoria. Au cours de la même période, 10 cas ont été diagnostiqués ailleurs en Australie : dans le Daintree dans la région du Queensland, dans le Territoire du Nord, en Nouvelle-Galles du Sud et en Australie-Occidentale.

Quel mode de propagation ?

8197608096_8829786354_m

Dans les années 1930, l’infection a été observée chez des patients de l’est du Victoria. Mais au cours des 15 dernières années, les cas se sont déplacés vers l’ouest, le long de la côte jusqu’à la péninsule de Bellarine, au sud de Geelong. Depuis 2012, à la péninsule de Mornington, au sud-est de Melbourne, est également touchée.

Un nombre plus important de contaminations est constaté durant les mois chauds. Certains spécialistes suggèrent que la bactérie est présente dans la matière fécale des opposums, se propageant ensuite chez les humains via des piqûres de moustique.

L’ulcère peut être traité avec des antibiotiques. Les médicaments et la chirurgie plastiques peuvent coûter jusqu’à 14 000 $. Des soins non remboursables.

Des financements gouvernementaux afin de lutter contre la propagation d’un “ulcère dévoreur de chair”.

Le gouvernement fédéral a, jusqu’ici, fourni 2,4 millions de dollars.

La région du Victoria, elle, a dépensé près de 1 million de dollars au cours de la dernière décennie, dont 150 000 $ pour les travaux en cours, y compris les analyses sur les opossums et les moustiques.

Le département de la santé de l’État et les chercheurs ont également demandé une subvention auprès du National Health and Medical Research Council qui contribuera à 250 000 $ en fonction des résultats obtenus.

 

Coline Battagli

Source : www.sbs.com.au

Photo : (C) Professor Pierre Couppié (Cayenne Hospital) – ulcère de Buluri sur un genou et sur un bras.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: