fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLearn French – Bordeaux : la perte d’un millésime 2017 « exceptionnel » met en difficulté les petits viticulteurs
Learn French (1)

Learn French – Bordeaux : la perte d’un millésime 2017 « exceptionnel » met en difficulté les petits viticulteurs

gjfood

Balayant du regard un chai presque vide, Frédéric Nivelle, du prestigieux Château Climens dans le bordelais, revient sur ce qui aurait pu être une année exceptionnelle pour le Sauternes, ce vin blanc liquoreux.

« Nous avons cinq cuves de qualité correcte mais pas suffisante pour produire un Climens », dit M.Nivelle à propos de la récolte 2017. « C’est vraiment dommage, cette année avait un bon potentiel.»

Pour ce grand cru classé —­ un statut qui lui a été attribué en 1855 —, ce sera le premier millésime depuis 1993 sans premier cru.

Avec une récolte réduite à 2 hectolitres par hectare ­— contre 20 habituellement — le Château Climens va vivre sur son stock du millésime 2016, même si M.Nivelle affirme avoir perdu l’équivalent de presqu’une année de ventes.

La production totale de Bordeaux a chuté de 40% l’année dernière, du fait de deux gelées tardives fin avril qui ont ruiné les pousses fragiles et les bourgeons qui étaient apparus prématurément suite à un mois de mars d’une douceur inhabituelle.

Bien que certains domaines aient été épargnés, comme dans le Médoc, d’autres à St Emilion ont été très durement touchés.

Un domaine de Bordeaux sur cinq a perdu plus de 70% de sa récolte l’année dernière, surtout ceux situés le plus bas, où les gelées ont été plus marquées.

Climens en fait partie, alors que des châteaux situés plus en altitude, dont certains des plus connus comme Château Yquem ou Château Rieussec, y ont échappé. Xavier Planty, président de l’association des vignerons de Sauternes-Barsac, a prédit un « millésime exceptionnel » pour les rares domaines ayant eu cette chance, parlant d’une activité idéale du botrytis, la « pourriture noble ».

 

Pas assurés

Comme la plupart des domaines, le Château Climens n’avait pas souscrit d’assurance en cas de gel. Le prix semblait trop élevé au regard du risque, d’autant plus que la région n’avait pas connu de telle vague de froid printanière depuis 1991.

Même ceux qui étaient assurés ont découvert que leur couverture est limitée.

Le Château Guiraud, par exemple, ne recevra pas de compensation bien qu’il ait perdu 40% de sa récolte, car la méthode de calcul des pertes est basée sur un rendement moyen — que les raisins de Sauternes, très concentrés, n’atteignent presque jamais.

Les domaines de l’appellation Sauternes-Barsac ont en moyenne perdu la moitié de leur récolte l’année dernière, affirme M.Planty, co-propriétaire du Château Guiraud. Des châteaux plus grands ou plus connus s’en sortiront parce que « les banques les soutiennent », dit-il. Mais parmi les 142 domaines de l’appellation, moins de 10 comptabilisent plus de 50 hectares — et la moyenne est de 5 hectares.

De ce fait, entre 300 et 400 petits producteurs du département de Gironde, qui comprend les vins de Bordeaux, ne pourront pas financer leurs vendanges en 2018, d’après l’association SOS Vignerons sinistrés. « Depuis le 3 janvier, les banques commencent à nous lâcher. Elles ont commencé à envoyer des courriers réclamant le remboursement immédiat des prêts à court terme » ou supprimant les autorisations de découvert, affirme Florence Cardoso, la présidente de l’association.

Le nombre de champs où les vignes n’ont pas encore été taillées en préparation des vendanges de cette année est inquiétant — cela pourrait signifier que leurs propriétaires ont déjà jeté l’éponge, en particulier ceux proches de la retraite et qui n’ont pas de successeur évident.

D’autres savent qu’ils ne s’en sortiront pas.

« J’étais déjà en redressement ; les gelées ont été fatales, » explique un viticulteur de Bordeaux qui a souhaité garder l’anonymat. « Les prix sont montés mais pas assez pour que je m’en sorte. S’ils avaient doublé, ça aurait pu suffire » dit-il. « J’ai perdu 60-65% de ma récolte et j’avais besoin de tout pour sortir de l’impasse. »

 

Glossaire :

autorisation de découvert (exp.n.f.) : overdraft facilities

bourgeon (n.m.) : bud

chai (n.m.) : wine cellar

épargné (adj.m.) : spared

gel (n.m.), gelée (n.f.) : frost

jeter l’éponge (exp.v.) : to throw in the towel

liquoreux (-euse) (adj.m.) : sweet

millésime (n.m.) : vintage

pourriture (n.f.) : rot

récolte (n.f.) : harvest

redressement (n.m.) : receivership

rendement (n.m.) : yield

s’en sortir (exp.v.) : to make it

sortir de l’impasse (exp.v.) : to get out of this hole

souscrire (v.) : to take out (a subscription, a contract…)

vague de froid (exp.n.f.) : cold snap

vendanges (n.f.pl.) : grape crops

 

learnfrench

Bordeaux’s ‘magnificent’ lost vintage pushes small growers to the edge

Surveying a nearly empty cellar, Frederic Nivelle of Bordeaux’s prestigious Chateau Climens, reflects on what might have been an outstanding year for the sweet white Sauternes wine.

« We have nine batches which are satisfactory but not enough to produce a Climens, » Nivelle says of the 2017 harvest. « It’s a shame, it had a nice potential. »

It will be the first time since 1993 the estate has missed the annual vintage for its top drop, first awarded the Grand Cru classification in 1855. With a harvest that slumped to just two hectolitres per hectare (about 44 gallons) from the usual 20 hectolitres, Chateau Climens will get by on stock of the 2016 vintage — though Nivelle said he was facing nearly an entire year’s worth of lost sales.

Overall wine production in Bordeaux shrank 40 percent last year as vineyards found themselves coated in late frost twice at the end of April, ravaging the fragile shoots and buds that emerged prematurely following an unusually mild March.

But while some escaped unscathed, such as those in Medoc, others in Saint-Emilion were hit particularly hard.

One out of five Bordeaux estates lost more than 70 percent of last year’s harvest, mainly the lower-lying where the frost was most severe.

Climens lies on lower ground, while chateaux at higher altitude, including stars such as Yquem or Rieussec, were largely spared the damage. Xavier Planty, president of the Sauternes-Barsac winegrowers’ association, predicted « a magnificent vintage » for these lucky few, citing an ideal contribution from botrytis, or « noble rot ».

 

No insurance

Like most houses, Climens had not taken out insurance to cover frost damage. The prospect didn’t seem worth the high cost, especially since the region hadn’t seen a similar spring cold snap since 1991.

Even those that did insure have found that the policy coverage only goes so far.

Chateau Guiraud, for example, won’t be compensated after losing nearly 40 percent of its harvest because the method for calculating losses is based on average grape yields — which the rich Sauternes grapes hardly ever reach.

Overall, estates in the Sauternes-Barsac appellation lost half of the year’s harvest on average, said Planty, a co-owner at Chateau Guiraud. Bigger or well-known brands will get by because « the banks are standing by them, » he said. But of the 142 chateaux that make up the appellation, fewer than 10 are larger than 50 hectares (125 acres) — and the average has just five hectares.

As a result, between 300 and 400 small producers in the Gironde department which encompasses Bordeaux are facing an inability to finance their 2018 grape crops, according to the local SOS Vignerons Sinistres (Save Our Stricken Vineyards) association. « As of January 3, banks are starting to pull back. They’ve been sending out letters demanding that short-term loans be paid back immediately, » or cutting off overdraft facilities, said association president Florence Cardoso.

An ominous sign is the number of fields where vines haven’t yet been pruned back in preparation for this year’s crop — meaning their owners may have already thrown in the towel, especially those nearing retirement age with no obvious successor.

Others already know they won’t make it.

« I was already in receivership; the frost put an end to things, » said a 40-year-old Bordeaux grower who asked to remain anonymous. « Prices went up but not enough for me to make it. If they had doubled, that might have done it, » he said. « I lost 60 to 65 percent of my harvest, and I needed all of it to get out of this hole. This just wasn’t enough. »

Source: AFP

—————————————

N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: