Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuBug à l’envoi : 3 900 Français privés de vote par correspondance !
foule

Bug à l’envoi : 3 900 Français privés de vote par correspondance !

nbarney

Hier, dimanche 4 juin 2017, les 15 721 Français d’Australie inscrits sur les listes électorales étaient invités à élire leur nouveau député. Dans cette 11ème circonscription des Français de l’étranger où 14 candidats s’affrontaient, les votants seraient-ils aussi nombreux qu’à la dernière présidentielle ? Alors qu’ils étaient plus de 51% à s’être mobilisés le 7 mai, un score tout à fait exceptionnel, la participation d’hier s’est élevée à 20,6 % un chiffre… décevant.

Face à l’élection « reine » qu’est la présidentielle, les législatives déplacent historiquement moins les foules. Cela est d’autant plus vrai à l’étranger. Cette année cependant, plusieurs facteurs ont joué en défaveur des Français d’Australie.

La suppression du vote électronique, décidée en mars 2017 pour des raisons de sécurité, y est notamment pour beaucoup. Dans un pays de près de 7,7 millions de km2, les distances jusqu’aux bureaux de vote sont souvent rébarbatives. Il faut une motivation hors norme pour faire des heures de trajet pour déposer son bulletin dans l’urne.

Outre les aspects de la géographie locale, des problèmes techniques ont également privé l’immense majorité des électeurs des fameuses professions de foi des candidats. A part quelques rares enveloppes arrivées à Bondi vendredi 2 juin, les boites aux lettres du reste de l’Australie sont restées désespérément vides (cas de figure également observé à Hô-Chi-Minh-Ville). Les supports de propagande officiels n’ont vraisemblablement pas été envoyés dans les temps depuis la France. Alors que la longueur des délais postaux est connue depuis longtemps (une dizaine de jours en moyenne pour faire Paris-Sydney), ce retard à l’envoi est incompréhensible, ce dysfonctionnement ayant déjà été observé ne serait-ce qu’au deuxième tour de la présidentielle.

Quoi qu’on pense de l’intérêt de ce courrier, ce mauvais timing a surtout eu une conséquence directe sur les suffrages eux-mêmes. N’ayant pas reçu ces éléments officiels (dont les bulletins de vote), tous ceux qui avaient émis le souhait de voter par correspondance en ont été empêchés. Au total, ce sont quelques 3 900 électeurs qui n’ont pu faire entendre leur voix comme désiré. « Un scandale dans le scandale », pour les Conseillers Consulaires unanimes. Les sénateur et député actuels monteront d’ailleurs au créneau après le débriefing global qui aura lieu au plus vite. La pression remontera jusqu’au ministère à Paris, puisque ces plis sont postés depuis la France à une date limite décidée par décret.

Enfin, cette absence d’information papier a achevé de laisser dans le flou les nombreux indécis qui ont peut-être fait le choix de rester chez eux dimanche. Il faut dire que trois candidats se réclamaient du mouvement présidentielle, quand une seule candidature avait été intronisée. De quoi troubler certains. Quant aux autres candidatures, à part les rares qui se soient déplacées physiquement jusqu’en Australie, les e-mails n’ont certainement pas fait le job. Envoyés en masse, et de façon parfois très insistante, ils ont trop souvent fini à la poubelle sans même avoir été ouverts.

Comments
multifocus
Share With: