Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeLife StyleMelbourneCatherine Cardinet, guide et bonne étoile à Melbourne
catherine_cardinet

Catherine Cardinet, guide et bonne étoile à Melbourne

nbarney

Vous cherchez une accompagnatrice ? Appelez-la. Vous avez besoin d’un conseil en matière de randonnée ? Téléphonez-lui. Vous avez besoin d’assistance ? Elle sera là. Pilier de Melbourne et membre actif de huit associations (au bas mot), Catherine Cardinet revient pour nous sur ses multiples vies. Rencontre entre une visite au musée et un concert baroque.

« La première fois que je suis venue en Australie, c’était en 1983 pour le mariage d’un cousin de mon mari (nous avons divorcé depuis). Nous avons été accueillis comme des princes avec pique-nique, match de cricket et visite au Healesville Sanctuary… la totale. » Catherine reviendra plusieurs fois et finira par venir s’installer à Melbourne en 1994 avec sa famille – une étape de plus pour la jeune femme qui a déjà vécu à Londres, New-York et Singapour. Sa vie de couple se complique et Catherine se met à chercher un travail. Oui mais voilà, elle a expérimenté la reliure d’art, levé des fonds pour une ONG, oeuvré comme court networker au tribunal : tout cela fait une vie riche, mais une expérience difficile à valoriser… professionnellement. Finalement, elle assistera Alan Kolher pendant dix ans, travaillant à ses côtés au Eureka Report (site de conseils aux investisseurs privés).

Lorsque cette aventure se termine, Catherine Cardinet décide de revenir à l’un des premiers métiers qu’elle a exercés à Melbourne : guide touristique. Elle parle français, anglais, russe et un peu l’italien. Elle a obtenu le certificat qui va bien et sa bonne réputation a perduré dans le temps. Gagnants d’une opération de motivation ou comité réduit de touristes huppés, passionnés de randonnée ou golfeurs invétérés, Catherine ne sait jamais qui elle va accompagner. Mais peu importe au fond : « J’adore rencontrer des gens différents et j’ai suffisamment voyagé pour trouver des parallèles entre le pays d’origine de mes clients et les régions australiennes que nous visitons ensemble. Cela crée tout de suite une connivence. » Par exemple, avant d’accueillir des voyageurs koweitiens Catherine s’est aperçue que Melbourne avait exactement la taille et la population de ce pays. Etonnant, non ? Et parmi ces différents voyageurs qu’elle côtoie, peut-on généraliser sur les tendances de telle ou telle nationalité ? « Pas vraiment, assure Catherine, même si les Français sont très « franchouillards » – quoique pas tous évidemment. »

Etre guide a permis à Catherine de voyager partout et de s’asseoir aux meilleures tables du Victoria. Malgré tout, elle est encore surprise. « Récemment, j’ai fait la visite guidée du MCG (Melbourne Cricket Ground) : une super découverte » s’enthousiasme-t-elle. Et puis, elle a parfois noué des relations solides avec ses accompagnés. Elle servait de guide à un groupe d’anciens combattants, lorsque l’un d’eux s’est plaint de l’oeil. Catherine temporise mais à Darwin, l’hôpital s’aperçoit que la rétine se décolle. Catherine organise le transfert du voyageur à Sydney, puis son rapatriement en France. « Quelle histoire, sourit Catherine. Mais après m’avoir trouvée un peu brusque, ce monsieur a finalement décrété que j’étais formidable. Nous avons correspondu cinq ans. » Ensuite, le lien s’effrite, c’est normal.

Aujourd’hui, Catherine a élargi la palette de ses activités. Elle est aussi guide au Old Treasury Building, bénévole à l’Australian National Academy of Music, membre du conseil d’administration du Red Stitch Theatre… et ce n’est pas tout ! Elle est aussi (parmi d’autres choses encore) secrétaire de French Assist Melbourne, une association qui vient en aide au Français « en détresse » de la ville. On vous a dépouillé ? Vous avez des soucis avec votre conjoint ? Vous êtes dans une mauvaise passe ? Vous avez commis un (petit) méfait ? Elle répondra présente… ce qui, quand on connait le personnage, est plutôt rassurant finalement.

Valentine Sabouraud

———————————————————

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
rugby
Share With: