Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeAFPChômage en baisse pour le 3ème mois consécutif, une première depuis 2008

Chômage en baisse pour le 3ème mois consécutif, une première depuis 2008

tfm

Paris (AFP) – Une première depuis la crise de 2008: le nombre d’inscrits à Pôle emploi n’exerçant aucune activité a baissé en métropole en novembre pour le troisième mois consécutif, confirmant l’inversion de la courbe du chômage longtemps promise par François Hollande.

Le nombre de ces personnes inscrites en catégorie A s’est établi à 3,45 millions en novembre, en recul de 31.800 par rapport à octobre, soit une baisse de 0,9%, a annoncé lundi le ministère du Travail.La baisse atteint 3,4% par rapport à novembre 2015.

En comptant l’outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A s’élève à 3,7 millions (-0,8% sur un mois et -3,3% par rapport à novembre 2015).

François Hollande, en visite dans une PME familiale de Taverny (Val d’Oise), a vu dans ces chiffres un motif de « satisfaction », même si « rien n’est joué ». »Nous avons eu 240.000 créations nettes d’emplois depuis 17 mois », a ajouté le chef de l’État, qui a renoncé au début du mois à se porter candidat à un second mandat.

Pour le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, « cette évolution confirme que le recul du chômage s’inscrit dans la durée ». 

Après la baisse de 11.700 chômeurs enregistrée en catégorie A en octobre et le spectaculaire -66.300 en septembre, le ministère du Travail a insisté sur le fait que « l’emploi reste au cœur des priorités pour 2017 ».

Depuis le début de l’année, 133.500 personnes ont quitté cette catégorie.

« Le chômage baisse durablement dans notre pays.Continuons! » s’est enthousiasmé sur Twitter l’ancien Premier ministre et candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls.

Le Medef applaudit aussi, jugeant que cette tendance « vient rappeler que le chômage de masse n’est pas une fatalité et que la politique créant un climat fiscal et réglementaire favorable aux entreprises est la seule solution efficace pour y remédier ».

Le reflux continue de concerner principalement les moins de 25 ans n’exerçant aucune activité.La baisse pour cette tranche d’âge reste importante, atteignant 10.900, soit -2,3% par rapport à octobre et -9,2% sur un an. 

– ‘Explosion de la précarité’ – 

Toutefois, en prenant en compte les travailleurs exerçant une petite activité (catégories B et C), le nombre de chômeurs continue d’augmenter, atteignant 5,48 millions (+0,3% sur un mois, +0,5% sur un an) en métropole.

La CGT met les projecteurs sur l’augmentation de 8% en un an des catégories B et C, à plus de deux millions de personnes. »Si nous conjuguons ces chiffres avec la diminution de l’indemnisation, nous ne pouvons pas voir là une embellie mais bel et bien une explosion de la précarité », relève-t-elle.

Et chez les seniors (plus de 50 ans), la situation reste tendue en catégorie A, avec une hausse de 0,2% par rapport à octobre.Elle atteint +1,6% par rapport à novembre 2015.

Stable depuis plusieurs mois, la catégorie D qui compte les chômeurs en formation a augmenté en novembre à 338.000, un record.

Or certains syndicats et l’opposition accusent le gouvernement de tenter de faire baisser artificiellement les chiffres du chômage avec le plan 500.000 formations supplémentaires pour les chômeurs: en entrant en formation, ils sortent des catégories A, B et C pour rejoindre la D, moins scrutée.

Selon les dernières prévisions de l’Insee, l’amélioration va se poursuivre, mais légèrement.Le taux de chômage devrait reculer à 9,6% de la population active en métropole (9,9% en France entière) à la fin de 2016, et cette décrue devrait se poursuivre jusqu’à la mi-2017 pour atteindre 9,5% en métropole.

Cette légère embellie serait liée à une poursuite des créations nettes d’emplois jusqu’à mi-2017, qui suffiraient à absorber la hausse de la population active.

Au troisième trimestre 2016, l’économie française a créé 51.200 nouveaux postes, enregistrant un sixième trimestre consécutif de créations d’emplois, également du jamais vu depuis 2008.

D’après ces prévisions, le taux de chômage ne retrouverait pourtant pas, d’ici à la fin du quinquennat Hollande en mai 2017, son niveau du début de mandat (9,3% en métropole). 


Source: AFP
Comments
multifocus
Share With:
Tags