Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuNotre coup de coeur: l’Expo dans la peau de Sherlock Holmes
Sherlock Holmes

Notre coup de coeur: l’Expo dans la peau de Sherlock Holmes

aircalin

« Elémentaire mon cher Watson ! » Résoudre une énigme est un jeu d’enfant pour Sherlock Holmes mais pourriez-vous en faire autant à sa place ? Nous avons tenté l’expérience et nous sommes rendus au Powerhouse Museum afin de vous donner un aperçu de cette exposition aux allures d’un Cluedo grandeur nature…

C’est avec attention et vers l’inconnu que nous pénétrons dans une atmosphère bien particulière. Une lumière jaune tamisée nous indique le chemin vers une salle obscure, les murs sont noirs et un grand dôme nous regarde depuis le plafond. Où sommes-nous ? Plongés dans la ville de Londres à l’époque victorienne, nous pouvons déjà entendre le son des cloches, la musique jouée par les violons et le passage d’un train. Les vitrines présentent des résumés contextualisant l’histoire de la capitale avec son réseau de transport, ses cartes, sa population… Tout est fait pour que nous puissions nous glisser dans la peau d’un londonien.

Qui est Arthur Conan Doyle ?

221b_Baker_Street_Placa

Plaque où se situe théoriquement le 221b Baker Street à Londres

La première partie de l’exposition nous livre ici les détails de sa vie. A travers des cadres, des tableaux, des extraits vidéo mais aussi de nombreuses photographies, nous nous replongeons dans la vie passée d’un médecin et auteur toujours en quête d’aventure et de mystère. Comme nous l’explique Damian McDonald, le conservateur du musée : « Conan Doyle réalisait des diagnostics. L’un de ses professeurs, Joseph Bell, lui a appris à ne pas simplement regarder la surface des choses, mais à chercher toutes les causes dans l’environnement. C’est lui qui lui a enseigné à approfondir ses recherches. »

Que racontent ses mémoires ? Qui a influencé le personnage de Sherlock Holmes ? Ici, pas besoin de faire appel à un détective pour trouver les réponses, vous êtes un invité privilégié. En effet, vous aurez accès à de rares extraits des livres de l’auteur ainsi qu’à des vitrines présentant les premières éditions manuscrites et imprimées du célèbre roman policier.

À vous de résoudre l’énigme maintenant !

Le klaxon du train nous ramène à la réalité. Une jeune femme nous tend un petit carnet en papier : « À vous de résoudre l’énigme maintenant ! ». C’est là que débute notre aventure. Mais tout d’abord, avons-nous les compétences pour devenir un Sherlock Holmes ? Aucune crainte, tout est prévu. Bienvenue à l’école, non pas des sorciers, mais bien des détectives. Que faut-il regarder ? Où ? Quand ? Comment ? Ici, on étudie la balistique, on nous apprend à communiquer de manière codée à l’aide d’un télégraphe et à déchiffrer un message secret avec un papier et du cuivre… Mais ce n’est pas tout ! Comment peut-on découvrir les circonstances d’un meurtre à l’aide d’une plante, d’un produit cosmétique ou encore d’un insecte ? Etape par étape, nous sommes guidés pour apprendre à apprivoiser et à observer le monde qui nous entoure. Et, en tant qu’élèves attentifs, nous avons le droit d’apposer un tampon sur notre carnet, signe que nous avons réussi notre examen de passage.

Sherlock Holmes

Carnet de notes remis pour votre enquête

Cette fois-ci ça y est, nous sommes prêts. Sourire aux lèvres et impatients de revêtir le costume de détective, il est temps d’écouter les instructions données par Holmes car le doute plane quant aux circonstances d’un certain meurtre… D’une scène à l’autre, il nous faut résoudre le mystère : trouver des indices, explorer les lieux, réaliser un puzzle… Nous observons nous-mêmes et testons les théories qui nous viennent à l’esprit : quelle trace peut bien laisser un corps que l’on traînerait dans le sable ? L’expérience est bien réelle et ce n’est pas si simple de trouver la réponse ! Certains abandonnent même en cours de route… Comme le rapporte le conservateur du musée : « Le public n’est pas passif comme dans certaines expositions. Tout est interactif : il y a par exemple des machines qui aspergent des vitres avec du sang ou qui reproduisent les traces de pas. Nous avons voulons suivre l’ADN de notre musée qui est un musée d’arts appliqués où vous pouvez toucher et tester par vous-mêmes ce que vous voyez. » Il poursuit: « Et ce n’est pas si facile : cela demande de la réflexion et de l’attention. C’est le genre d’activité à faire en famille ou avec un groupe d’amis : on ne peut pas s’ennuyer ! »

Un personnage indémodable

Pour finir, nous accédons à une petite salle avec des vitrines exposant les images, livres, objets et films inspirés du célèbre détective. C’est toute la culture du personnage de Sherlock Holmes, depuis sa création il y a 127 ans, qui est représentée. « On se demande encore comment, après tout ce temps, ce personnage attire autant le public« , rapporte Damian. On nous explique aussi en quoi consiste le rôle d’un détective aujourd’hui,  comment la science arrive-t-elle à résoudre certains mystères ? Concernant les résultats qu’amènent les visites au musée, le conservateur est ravi : « Les gens sortent agréablement surpris de cette exposition, ils s’attendent trop souvent à quelque chose de simpliste mais en fait c’est un vrai challenge, un jeu grandeur nature où l’on fait travailler ses méninges ». Enfin, la visite se conclue par un détour vers la boutique de souvenirs : mon fidèle collègue achète un roman, quant à moi je repars avec un chapeau de détective…

 

Où ? Powerhouse Museum, 500 Harris St, Ultimo NSW 2007

Quand ? Jusqu’au 08/10/17, de 10h00 à 17h00

Combien ? $27 pour un adulte, $25 si réduction, $16 pour les enfants

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site internet du musée ou de l’exposition.

 

Camille Marchais

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

 

 

Comments
apc
Share With: