fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuDe belles perspectives pour l’Ecole du Samedi désormais installée à Fitzroy 
ecole_sam5

De belles perspectives pour l’Ecole du Samedi désormais installée à Fitzroy 

NCT

ecole_sam1

Dans le nord de Melbourne, les efforts de la très dynamique French Bilingual Association (FBA) sont en train de porter leurs fruits avec de nombreux projets pour l’année à venir. Parmi eux : un beau coup d’accélérateur pour l’Ecole du Samedi, qui va durablement s’installer dans les locaux de Fitzroy Primary School. Ce week-end, une visite guidée était organisée, Le Courrier Australien a pris place au milieu des familles intéressées venues exprès de Heidelberg ou même de Footscray.

Fini la classe dans un agréable recoin de bibliothèque gentiment alloué ! Désormais, c’est un solide bâtiment en briques rouges, doté d’une vaste cour de récréation à l’arrière qui accueillera les petits de l’Ecole du Samedi. « Nous louons des salles depuis un trimestre déjà » explique Sylvie Parment, notre guide du jour. Depuis lors, les élèves de ce cours pas ordinaire profitent des ressources et équipements d’une « vraie » école, idéalement située dans le nord de la ville, historiquement moins bien pourvu en offre de français. L’année 2018 se déroulera entièrement là, une chance qui ouvre bien des possibilités pour le futur, certains rêvant déjà d’un programme bilingue identique à celui de Camberwell Primary School.

De la dînette aux puzzles en passant par la lecture ou les poèmes

A travers les fenêtres des classes, on peut observer les enfants en petits groupes devant des coloriages. A ce jour, l’Ecole du Samedi accueille 36 élèves répartis en 3 groupes d’âge : les 3-5, les 5-7 et les 7-10 ans. L’originalité de l’offre repose sur une immersion essentiellement ludique. « Avec 1h30 chaque semaine, il est impossible d’offrir un programme lourd avececole_sam3 conjugaison et grammaire. Nous voulons que les petits aient plaisir à venir et à pratiquer le français qui est généralement la langue d’un seul des deux parents – l’autre étant bien souvent anglophone. » Cela passe donc par des jeux, de la dînette aux puzzles, en passant par la lecture d’albums, les chansons ou les poèmes. Mais attention, les cours sont prodigués par des professeures des écoles diplômées, avec un(e) assistant(e) et aussi un parent bénévole.

Membre d’un réseau de 157 associations déployées dans 37 pays

« Est-ce qu’ils apprennent les belles lettres ? » demande une visiteuse. « L’écriture cursive, vous voulez dire ? Oui, s’ils en ont envie ! » répond Sylvie. En effet, certains aiment beaucoup cet exercice… d’autres moins. On ne les force pas. En revanche, les plus grands travaillent sur les sons (le fameux « ou » si difficile à prononcer) et ils peuvent aussi utiliser les outils pédagogiques développés par FLAM (Français LAngue Maternelle), un programme qui regroupe et soutient toutes les associations qui souhaitent promouvoir l’usage du français dans un contexte extra-scolaire. « Nous ne sommes pas seuls, sourit Sylvie, à Londres par exemple, l’Ecole du Samedi suit 150 enfants. » Dans le monde, il existe 157 associations similaires dans près de 37 pays. Voilà qui donne une idée de l’ampleur de l’enjeu, sachant que Myriam Boisbouvier-Wylie, la Consule générale honoraire de France à Melbourne, suit également le projet de près.

Les adultes aussi vont pouvoir retourner à l’école

« Est-ce que les enfants font une pause pour boire du lait et manger un fruit ? » demande une autre maman. « Ils peuvent grignoter en écoutant une histoire, mais tout arrêter pour un encas prendrait trop de temps » explique Sylvie. Idem pour les toilettes. Idéalement, les élèves doivent arriver suffisamment repus pour tenir le coup 1h30. Et s’ils sont allés faire pipi avant, c’est mieux. L’année prochaine en revanche, cela changera peut-être. « En 2018, nous accueillerons les élèves une demi-heure de plus qu’aujourd’hui, soit 2 heures. Et puis, nous allons ouvrir une nouvelle classe, à destination des parents cette fois-ci. » Dans les couples binationaux, c’est en effet la langue anglaise qui prend souvent le pas à la maison. Pour que le parent anglophone se mette au français, il pourra désormais s’inscrire, lui aussi, à l’Ecole du Samedi. 8 adultes sont attendus l’année prochaine. On pourra donc venir en famille, les tout-petits pouvant profiter du playgroup « Les petites grenouilles ».

ecole_sam4

Marjorie Thouron, présidente de la FBA, est heureuse de ces développements. « L’Alliance française et les écoles bilingues sont plutôt dans le sud de Melbourne. Or, de nombreuses familles habitent le nord. Avec l’Ecole du Samedi, nous comblons un peu ce manque. » Surtout, l’association encourage une vie de communauté, avec des événements festifs qui sont autant d’occasions de se retrouver. Pétanque, repas de Noël, séance de cinéma… les rendez-vous ne manquent pas. C’est d’ailleurs dans cet esprit que l’association a organisé une petite fête ce matin-là. Chamboule-tout, pêche à la ligne, tir de balle de ping-pong… il ne manquait que le spectacle d’enfants pour que la kermesse soit complète. Ce sera peut-être pour l’année prochaine.

Valentine Sabouraud

Ecole du Samedi, pour les enfants de 3 à 10 ans + les adultes (faux débutants). Tous les samedis matin à Fitzroy Primary School (tarifs et modalités d’inscription en cours de finalisation pour l’année prochaine). Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

Légendes photos : 1/ Fitzroy Primary 2/ Sylvie 3/ Les couloirs de l’école 4/ Chamboule-tout avec les papas.

———————————————————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
NCT
Share With: