Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuDimitri Sawosik: « L’Humain doit être au centre des politiques »
PHOTO

Dimitri Sawosik: « L’Humain doit être au centre des politiques »

franckprovost

Rencontre avec Dimitri Sawosik, candidat « L’Avenir en Commun » pour la 11ème circonscription des Français de l’étranger.

 

Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique ? 

Je suis né à Montpellier et j’ai grandi dans l’arrière-pays niçois, où j’y ai passé le bac. Après avoir étudié 2 ans à Science Po Aix-en-Provence, j’ai déménagé en Russie où je vis depuis le mois de septembre et y poursuis mes études. Vivre à l’étranger m’a appris beaucoup sur moi-même et me permet d’avoir un nouveau regard sur la France.

J’ai décidé de rentrer activement en politique après avoir participé à Nuit Debout et aux mouvements de contestation contre la loi travail à Paris. L’utilisation abusive du 49-3 et la violence quotidienne dans l’expression politique du peuple sont symptomatiques du déclin de la Vème République.

Je me suis donc engagé avec les Insoumis, pour une nouvelle République, et pour que le peuple, dans son ensemble, décide de son destin constitutionnel. Il est temps que nous abolissions la monarchie présidentielle et adaptions notre république au XXIeme siècle.

Plus que l’aspect constitutionnel, ce sont les promesses du programme de l’Avenir en Commun, de défendre les démuni-e-s et les thématiques écologiques qui motivent mon engagement politique. La politique doit être au-delà de stratégies et de techniques de communication pour prendre à bras-le-corps les sujets qui comptent vraiment pour réaliser ce meilleur Avenir en Commun.

 

Etre député de la 11e circonscription, qu’est-ce que ça représente pour vous? Quels sont vos liens avec cette circonscription/ce pays? 

Mon lien est l’universalité de l’Humain. L’Humain doit être au centre des politiques, en harmonie avec l’écologie qui est tout sauf un sujet secondaire. Autrement dit les problèmes peuvent être locaux mais la vision de ce que peut être un meilleur Avenir en commun est ouverte au monde. Dans notre circonscription, les groupes d’appuis d’Insoumis-es, ma suppléante Marie Jarlan qui est au Vietnam, et l’équipe de campagne, ont établi un maillage de l’ensemble du territoire qui permet d’avoir des connaissances très précises des enjeux et des problématiques de la région.

Un député des Français de l’étranger, bien plus qu’un simple relais absolument nécessaire des réalités des expatriés, est avant tout le député de la Nation. Il représente donc le peuple dans son ensemble et bien entendu doit rendre des comptes aux Français-es de sa circonscription. Je serai donc à l’écoute permanente de la 11ème circonscription des Français de l’étranger, dans le cadre d’un mandat national.

 

Quelles sont vos 3 priorités/propositions parmi les problématiques concernant les Français vivant à l’étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration…) ? 

La Paix est une priorité pour toutes et tous, mais en tant que Français-e-s expatrié-e-s nous avons la chance de pouvoir en apprécier tous les jours la valeur. La circonscription s’étend de l’Ukraine à la zone Corée du Nord-Taïwan-Chine, sans oublier la zone Afghanistan-Pakistan et le Caucase. Nous sommes dans un contexte guerrier avec les guerres par procuration et la multiplication des provocations de tout bord. La France doit peser de tout son poids diplomatique pour faire baisser les tensions dans ses régions. EnEurope par la convocation d’une conférence de sécurité de l’Atlantique à l’Oural, par son rôle accru à l’ONU dans les autres conflits. Nous devons sortir le plus rapidement possible de l’OTAN.

La deuxième priorité, c’est évidemment le risque climatique et écologique. L’écologie comporte deux grands axes sur lesquels la France peut forger un leadership. Tout d’abord, en instaurant et en appliquant la règle verte – ne pas prendre à la terre plus que ce qu’elle ne peut produire. Ensuite, dans un ensemble de pays allant de Tchernobyl à Fukushima, les Français de la 11ème circonscription connaissent les risques du nucléaire et l’urgence de passer aux énergies renouvelables. Nous devons savoir comment sortir du nucléaire, comment démanteler nos centrales, et donc nous devons entamer cette sortie le plus rapidement possible, avant de connaître nous-même des désastres. Nous pouvons et nous devons travailler avec les pays émergents pour les aider à mettre en oeuvre les solutions qui leurs permettront d’éviter nos erreurs. Ce sera bon pour eux, mais aussi pour nous et nos entreprises, car nous pouvons, avec une plus grande volonté politique et une coopération internationale accrue, devenir des leaders dans les solutions durables.

L’éducation est une priorité pour tout parent dont les enfants sont scolarisés. La gratuité de l’école est un principe républicain auquel la France insoumise est attachée. Par nos mesures, nous pourrons réellement faire appliquer ce principe aux enfants inscrits dans les établissements français. Il est intolérable que des parents français aient à choisir entre la qualité de l’enseignement français et leur niveau de vie. En France, nous intégrerons le principe du bio et la gratuité à la cantine. Chaque écolier- e-s aura ainsi accès à un cycle éducatif complet, gratuit, et de bonne qualité. Nous souhaitons que les Français de l’étranger soient traités équitablement par la Nation dans tous les aspects de leur vie d’expatriés. C’est pour cela que nous proposons l’école gratuite à l’étranger, mais aussi l’extension de la CFE à la sécurité sociale en augmentant les remboursements à 100% partout dans le monde, tout en donnant un accès à la retraite aux Français qui auront cotisé en France.

Pour mettre en œuvre ces gratuités, nous proposons une mesure qui est souvent présentée par nos opposants comme un racket fiscal, alors qu’elle est une mesure juste et équitable: l’impôt universel/différentiel. Cet impôt est un moyen efficace de financer nos projets tout en luttant contre la fraude et l’évasion fiscale qui coûte des milliards à la France chaque année et bénéficie à une poignée de personnes. Les frais que les Français de l’étranger doivent engager pour la scolarité, leur assurance ou leur retraite ne cessent d’augmenter, alors que bien souvent les salaires stagnent ou baissent. La grande majorité des Français de l’étranger gagneraient donc à participer à l’impôt universel, et d’ailleurs peu d’entre eux se retrouveraient imposable au vu des faibles revenus qu’ils ont dans certains pays, ou des impôts qu’ils paient déjà. Les Français de l’étranger n’ont pas à se sentir des Français de seconde zone, les services publics doivent leur être dédiés comme en métropole puisqu’ils ont les mêmes devoirs que les citoyens qui résident en France. Les Français de l’étranger ont actuellement des droits: ils peuvent voter, peuvent représenter leurs citoyens à l’Assemblée et donc influencer les lois d’impôt de tous; ils peuvent bénéficier de bourses (bien que de moins en moins) et de soutiens sans parallèle à l’étranger, mais ils n’ont pas les mêmes devoirs et ne participent pas à la solidarité fiscale française. Notre mesure apporte donc une justice fiscale, et permettra de redistribuer les richesses en fonction des besoins de chacun et selon les moyens de chacun. Ce n’est pas une mesure étrange, ni irréalisable, puisqu’elle est déjà en place aux États-Unis (bien qu’eux n’aient aucun droit) et en Suède.

 

Quel bilan portez-vous sur l’action du député sortant? Sur quel (s) plan (s) auriez-vous agi différemment ? 

Je n’ai pas vraiment suivi l’évolution du député LR sortant mais l’homme est en politique depuis 1989, a eu plus de 10 mandats et a été secrétaire d’état puis ministre. Il a été un fervent soutien de la loi Macron. Est-ce vraiment là le changement et le renouveau tant voulu par les Français-e-s ? On ne peut pas reprocher à M. Mariani de ne pas aller à la rencontre des Français de l’étranger ou de ne pas être présent à l’Assemblée Nationale, ce qui est souvent rare parmi les députés. Mais ceci me paraît la moindre des choses pour un élu! M. Mariani est connu pour être de la droite dure des LR. Il a démontré à plusieurs reprises un paradoxe sur les questions qui touchent les français expatriés et leur famille. Il a soutenu bec et ongle la déchéance de nationalité. Il proposait de durcir la loi, et de l’étendre à tous types de crimes. C’est une double sanction infligée à tout binational, une autre forme d’inégalité prônée par la droite, contraire à l’égalité des citoyen-nes français-e-s devant la loi.

Comprenez ma confusion: ce député se présente aux électeurs français de l’étranger, qui sont avec leurs enfants à plus de 40% des binationaux, qu’il n’a de cesse de stigmatiser. Quel est le message qu’il leur envoie ?
La priorité c’est l’écologie, c’est la lutte contre la pauvreté, c’est la sortie du nucléaire, c’est la gratuité de l’éducation. La déchéance de nationalité est une mesure inutile, nauséabonde et qui prouve le caractère dépassé de nos anciens hommes politiques.

 

Quelle est votre réaction à l’élection d’Emmanuel Macron ? Si vous êtes élu, allez-vous soutenir son travail ou être dans l’opposition ?

Pour être honnête, j’ai été très étonné de l’élection d’Emmanuel Macron. Il ne me semblait pas qu’une majorité de Français veuille d’un énarque ancien banquier d’affaires qui promet de libéraliser encore plus l’économie, de supprimer des postes de fonctionnaires alors que les services publics sont déjà exsangues et qui n’a pas du tout placé l’écologie au coeur de son programme. Cependant, par une stratégie de campagne très efficace tactiquement, il a réussi à se faire élire, face à une candidature fasciste, par seulement 40% des inscrits au deuxième tour. Si je reconnais sa légitimité constitutionnelle, première règle de la démocratie, il est l’exemple parfait que la Vème République produit des présidents de plus en plus illégitimes. Il faut donc en finir. C’est pourquoi avec la France insoumise, une fois à l’Assemblée Nationale, nous proposons un référendum d’initiative populaire et parlementaire pour la convocation d’une Assemblée Constituante comme la Constitution le prévoit.

Enfin, quand nous serons majoritaires, ce sera à M. Macron de soutenir notre politique. En effet, c’est le gouvernement, et donc la majorité à l’Assemblée Nationale, qui dirige la politique de la Nation. Nous espérons donc qu’il ne bloquera pas les réformes nécessaires à la lutte contre la pauvreté, contre le réchauffement climatique, pour la paix, et les autres mesures de l’Avenir en Commun. Une majorité est tout à fait envisageable, avec 7 millions d’électeurs à la présidentielle augmentés de ceux qui se sont fait piéger par le vote utile et qui n’ont pas supporté la nullité du débat du deuxième tour.

Et ce souhait que j’émets doit être entendu d’autant plus que ce “M. Économie” du quinquennat Hollande a laissé filer les 40 milliards d’euros du CICE sans aucune contrepartie. Un aussi bon économiste a fait perdre 40 milliards d’Euros à l’Etat, la moitié du budget annuel de l’Education Nationale. Il a déjà fait la preuve selon moi durant cinq ans qu’il ne souhaitait pas que la fracture sociale entre les Français soit réparée. Combien de temps reste t-il avant que ces derniers ne se rendent compte que les inégalités empêchent l’avènement d’une société apaisée, donc plus agréable pour tous, y compris les plus riches ?

 

Pour nous rejoindre:

Page facebook Dimitri Sawosik: https://www.facebook.com/dimitri.sawosik
Twitter: https://twitter.com/DSawosik2017
Site de campagne: http://www.franceinsoumise-sawosik2017.fr/
Facebook 11eme circonscription: https://www.facebook.com/FI11Etranger/
Chaine Youtube: https://www.youtube.com/channel/UC1jDWyAjvkWlE3F8K1SuN_A Chaine Youku (sans vpn): http://i.youku.com/franceinsoumisechine

Comments
multifocus
Share With: