Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeLife StyleMelbourneDominique Croset, une marionnettiste à Melbourne
domie_croset

Dominique Croset, une marionnettiste à Melbourne

tfm

Aussi malicieuse que gouailleuse, Dominique Croset est arrivée il y a quelques mois à Melbourne avec son petit théâtre, ses histoires et ses marionnettes. Qui est-elle, d’où vient-elle, où va-t-elle ? Nous lui avons demandé de se raconter à travers quelques personnages phares, réels ou imaginaires, qui ont jalonné sa vie.

Le père de ses enfants
20171119-_72I6390

Le théâtre de Dominique

Sa vie de marionnettiste commence avec lui. « Lorsque notre fille a eu deux ans, mon ex-mari m’a construit un théâtre pour que je monte un spectacle pour son anniversaire. » Les copains sont invités ; la petite pièce est un succès. Il faut dire qu’à défaut de longues études supérieures, la jeune femme a fait de nombreuses années de théâtre, avec Vinko Viskic notamment comme professeur. « Je n’ai pas été poussée à étudier : mes parents m’ont laissée très libre (ils étaient ouvrier et secrétaire et pensaient que je pourrais toujours aller à l’usine si besoin) et mes partenaires ont toujours subvenu à mes besoins. » Résultat, Dominique n’a presque jamais eu à gagner sa vie. Sans pression financière, elle a suivi ses penchants artistiques, se produisant sur les scènes de Toulouse où elle vit depuis ses 18 ans. La marionnette, à 28 ans, c’est tout nouveau pour elle. Petit à petit, poussée par ses proches, elle en fera un métier à part entière.

Petit Bleu

« J’aurais voulu écrire des livres pour enfants », explique Dominique. A la place, elle écrit ses spectacles. Son héros récurrent est « Petit Bleu », un bonhomme fantasque et rêveur, très inspiré de ses propres enfants. La première fois que Dominique se produit dans une école maternelle, l’un des petits spectateurs hurle qu’il veut voir « Madame Rose » l’un des personnages mis en scène qui règle tous les problèmes des enfants. « Le petit avait en effet de graves problèmes de violences familiales et tout est ressorti après qu’il a vu la pièce » raconte Dominique, qui prend alors conscience de la portée psychologique de son travail. « Les spectacles de marionnettes sont un outil thérapeutique« , affirme-t-elle. Ceux qui vont bien se contentent de passer un bon moment à rigoler, mais ceux qui ont des problèmes peuvent trouver des chemins qui mènent à des solutions. « Petit Bleu » vit quatre histoires différentes, chacune l’aidant à grandir, à mûrir. Pourquoi est-il bleu ? « Aucun enfant ne m’a jamais posé la question. » Sans doute est-ce révélateur de leur ouverture d’esprit.

20171119-_72I6312

« Les marionnettes ont des vertus thérapeutiques. »

Le Muppet Show
fozzie-kermit-the-frog-muppets

Le Muppet Show a tout changé

La marionnette est un art jeune… enfin, si l’on peut dire. En effet, si les pays de l’Est ont toujours eu des liens privilégiés avec ce type de spectacle, en France, on a tendance à penser Guignol, Guignol et re-Guignol. Erreur ! « D’abord, le Muppet Show a tout changé » explique Dominique qui reconnaît toutefois que la diffusion à la télévision n’est pas étrangère à son succès. Malgré tout, l’émission met en lumière les possibilités qui s’offrent aux artistes. Des compagnies se montent, Charleville-Mézières ouvre une école (l’ESNAM), la narration est chamboulée et on voit se développer le théâtre d’objets. « La Compagnie Tabola Rossa qui joue Molière avec des robinets, Hugo et Ines qui sont capables de vous proposer une spectacle avec un nez rouge sur un genou, Blind Summit Theatre qui fait interagir trois marionnettistes sur un même personnage en carton… » Dominique a un penchant pour cet art-là. D’ailleurs, à côté de la marionnette à gaine, elle s’est aussi lancée dans le théâtre d’objets… érotique. Eh oui, surprise ! Elle a co-écrit des histoires courtes avec sa fille. « On a joué dans des bars à vin avec un paiement au chapeau. » Un registre qui s’adresse aux plus grands évidemment, mais qu’elle aimerait bien proposer en Australie aussi… pourquoi pas ?

Le Père Noël

Parmi tous les spectacles qu’elle a écrits, il y en a un d’actualité sur le Père Noël qu’elle jouera prochainement en Australie, avec le soutien l’association Melbourne Accueil. « C’est une histoire de kidnapping, mais aussi une prise de position sur la société de consommation. Il y a des coups de théâtre et pas mal d’interaction avec le public. » Le spectacle s’adresse en priorité aux moins de 10 ans, mais Dominique se souvient d’une prestation devant des adolescents d’une cité toulousaine. « Ils sont arrivés avec leur casquette à l’envers, leur verlan et leur hargne anti-flics. J’avais peur que ça ne colle pas avec eux, alors j’ai complètement modifié l’histoire en fonction de leurs réactions. » La marionnettiste improvise, joue avec ses spectateurs et réussit à emballer les jeunes. « Ils sont repartis super contents, mais je ne pourrai jamais rejouer cette pièce, quelle tension ! » Mais la fierté n’est pas loin.

310px-Pinocchio_1940

Pinocchio

Aujourd’hui, Dominique fait face à un nouveau challenge : celui de l’anglais. Elle aimerait proposer ses spectacles dans les langues de Molière et de Shakespeare, ou en écrire de nouveaux. Difficile mais faisable, si elle rencontre les bonnes personnes. L’artiste souhaite de tout coeur faire sa place ici. Le voeu de Pinocchio (son héros préféré) qui voulait devenir un vrai petit garçon s’est bien réalisé… après tout, pourquoi pas le sien ?

Valentine Sabouraud

(C)Photos 2 et 3 : Guillaume Sabouraud

>>> Le Père Noël a disparu sera joué à Melbourne le 17 décembre 2017 infos ici.

>>> Et là, retournez le site des « Mariolles », la compagnie de Dominique Croset.

————————————————————————

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
franckprovost
Share With: