Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuEst-il judicieux d’acheter un bien avec un membre de sa famille ou un ami ?
201710 Is it wise to buy a property with friends and family 1300x730

Est-il judicieux d’acheter un bien avec un membre de sa famille ou un ami ?

aircalin

Face à l’augmentation des prix immobiliers, de nombreuses personnes seules se sentent exclues du marché. Il est donc naturel de chercher à s’associer avec un membre de sa famille ou un ami afin d’avoir les moyens d’acheter une maison ou d’investir dans une propriété.

Prenons l’exemple de John et Peter, deux amis d’enfance qui louent un bien à Sydney et qui voudraient investir dans une propriété. Ils ont tous les deux des économies, mais, séparément, ils n’ont pas une capacité d’emprunt suffisante. Cependant, ils ont les moyens d’acheter ensemble une propriété agréable à proximité de Sydney.

« Je ne pouvais tout simplement pas y arriver seul », explique Peter, « mais acheter avec John — que je connais depuis des années —est rassurant et rend la chose possible financièrement, sans compter que ça me permet de diviser les factures par deux. »
Sur le principe, c’est en effet une bonne idée, mais vous devez faire attention aux conséquences d’une telle association. Voici quelques points à prendre en considération :

. Même si c’est effrayant, il est important de rédiger un testament. En effet, qu’arriverait-il si l’une des parties venait à décéder ?
. Vous perdez votre pouvoir de décision puisque vous ne pouvez pas agir seul. Établir un accord de copropriété est essentiel afin d’anticiper tout problème. Aujourd’hui, vous êtes amis, mais qu’en sera-t-il demain ? De coûteux conflits peuvent être évités si vous réfléchissez aux litiges possibles et vous vous accordez sur les solutions avant d’acquérir la propriété.

Il est recommandé d’avoir recours à un avocat pour la rédaction du testament et de l’accord de copropriété. Cela vous permet de définir, à l’avance, un certain nombre de règles. Voici quelques exemples de situation qu’il est nécessaire d’envisager :

• Vous souhaitez revendre votre part de la propriété. Comment faire ? Est-ce que l’autre partie dispose d’un droit de veto concernant l’acquéreur ? Votre associé voudra probablement avoir la priorité sur un autre acheteur (ce qu’on appelle aussi « droit de préemption »).
• Comment gérer les frais liés à la propriété ? Quelqu’un doit être responsable du paiement des factures. Rappelez-vous qu’une dette impayée qui porte votre nom – en particulier s’il s’agit des mensualités d’un prêt – peut affecter votre capacité d’emprunt future.
• Devriez-vous créer un fond d’amortissement pour couvrir des dépenses imprévues ?
• Que faire dans le cas où une partie veut rénover la propriété mais l’autre s’y oppose ?
• Qui décide de si et quand il faut changer de « syndic » ?
• Le créancier vous rendra « conjointement et solidairement responsables » pour le prêt (même si vous le divisez pour simplifier la gestion), ce qui signifie que vous êtes responsable de la dette de votre ami ou proche, comme lui de la vôtre.
• Si vous envisagez un autre prêt, pour un autre investissement immobilier par exemple, la banque évaluera votre dossier en considérant que vous supportez 100% du prêt déjà contracté, même si vous ne possédez que 50 % du bien. En d’autres termes, votre capacité d’emprunt future sera affectée.
• Du point de vue de la propriété, vous pouvez choisir d’acheter le bien à 50 % – 50 % (aussi appelé « propriétaires conjoints ») ou toute autre combinaison, par exemple 60 % – 40 % ou 75 % – 25 % (connu sous le nom de « propriétaires en commun »). Pour un investissement immobilier, cette division peut être déterminée en fonction de motifs fiscaux. Dans ce cas, qui détient quoi et qui paye quoi ? Des droits de succession différents sont également à prendre en compte selon la structure de copropriété choisie.

Heureusement pour Peter et John, ils ont suivi ces conseils, ont engagé un avocat et ont signé un accord pour fixer les règles de leur copropriété. Deux ans plus tard, sa situation ayant changé, Peter a décidé de revendre sa part de la copropriété. La sœur de John, avec l’accord de son frère, a racheté la part de Peter selon la formule convenue dans l’accord de copropriété. Peter a alors pu continuer le cours de sa vie, sans contrarier son ami d’enfance.

L’histoire s’est bien terminée pour tout le monde. Elle démontre que lorsqu’elle est bien pensée, la copropriété avec la bonne personne peut être une expérience positive et fructueuse. Cependant, la vie peut parfois se compliquer et être engagé dans une copropriété mal ficelée peut alors s’avérer chaotique et éprouvant.

Il est donc important de prendre des décisions en pleine conscience, en consultant plusieurs spécialistes pour rassembler le maximum d’informations, qui vous permettront d’envisager toutes les options possibles.

Source: Multifocus Properties and Finance/Philippe Brach

Philippe 1

Philippe Brach, CEO Multifocus Properties and Finance, is the author of ‘Creating Property Wealth in any Market’.

With his 25 year background in corporate finance and accounting, as well as his experience as a property investor, real estate agent and finance broker, he has turned his passion for property into a unique investor-focused business.

He works with those new to investing – looking at building a property portfolio – as well as experienced investors considering their next step. Visit www.multifocus.com.au or call 1300 266 350.

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Comments
nbarney
Share With: