Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuExposition Affiches à Melbourne, ou quand l’art s’empare de la pub
affiches-banner

Exposition Affiches à Melbourne, ou quand l’art s’empare de la pub

nbarney

Cet article est publié en exclusivité par Le Courrier Australien et l’Alliance française de Melbourne. 

brettDu 5 octobre au 4 novembre prochains, l’Alliance française de Melbourne accueille une exposition exceptionnelle d’affiches publicitaires réalisées par certains des plus grands artistes français du 20ème siècle. Brett Ross, collectionneur et propriétaire de la Galerie Letitia Morris – partenaire de l’événement – partage avec nous sa passion pour ces œuvres graphiques, colorées et souvent décalées.

« J’ai écumé Paris pendant des années afin de dénicher des trésors pour les salles de vente pour qui je travaillais. Et puis… je me suis rendu compte que si les moyens n’étaient pas là (pour des tableaux notamment), on pouvait aussi trouver de superbes affiches. En 1993, quand j’ai monté ma galerie, il m’a semblé naturel d’en proposer. » En Australie, Brett Ross profite aussi d’un intérêt croissant pour les œuvres d’après-guerre qui sont de plus en plus souvent achetées pour décorer les intérieurs de nouveaux propriétaires aisés. Les affiches des années 1900-1930 sont magnifiques, mais avec l’essor de la publicité dans les années 50, on trouve des perles plus récentes qui combinent un graphisme très sophistiqué et un grand sens de l’humour. Ici, elles ont de plus en plus de succès.

2006AN4885_jpg_dsDans quelques jours, l’Alliance française en exposera une vingtaine dans ses locaux, dont de très grands formats. Brett Ross a donné le ton en choisissant des artistes dont les œuvres ont marqué l’histoire de la « réclame ». Bernard Villemot, à qui l’on doit de belles campagnes pour Bally ou Orangina, se considérait comme un artiste à part entière, il a édité de nombreuses lithographies, numérotées et signées. Il croyait en la force de l’art, en opposition au marketing. Raymond Savignac, indissociable de sa fameuse publicité pour Monsavon (avec une vache produisant directement du savon, via le lait sortant de ses pis) est peut-être le préféré de Brett. « Il avait énormément d’humour et son utilisation des mots est brillante. » Les Japonais, qui aiment le recours à des phrases courtes, ont, eux aussi, une grande affection pour l’affichiste. Enfin, faut-il rappeler combien René Gruau a marqué son époque ? Outre ses affiches, l’homme est connu pour ses illustrations de mode et sa collaboration avec son ami Christian Dior. Ses croquis pour le Harper’s Bazaar ou Vogue ont fait le tour du monde. Encore aujourd’hui, ses aquarelles se vendent jusqu’à 50 000 €.

Capture_d’écran_2016-04-11_à_02.02.47« On verra aussi des affiches de Hervé Morvan, précise Brett, mais hélas… pas de femmes artistes. » En effet, elles sont quasiment absentes de la publicité de cette époque. S’il leur arrive de produire des affiches pour des expositions, elles ne vendent ni chaussures, ni cigarettes. Pour le plaisir, Brett évoque quand même Jacqueline Marval, peintre « fauve » et auteure en 1928 d’une affiche pour le 6ème bal de l’AAAA (Aide Amicale aux Artistes). Une superbe composition – qu’on ne verra pas cette fois-ci.

Le graphisme en publicité est-elle un sous-art ? Pas pour Brett Ross ! D’ailleurs, certains peintres comme Picasso ou Chagall ont réalisé leurs propres affiches refusant de se limiter la reproduction d’une de leur peinture. L’âge d’or des affiches de ce type semble néanmoins révolu. Brett Ross tempère cependant, quarezévoquant l’impact sur Andy Wharol et aussi le travail de Michel Quarez (qui sera aussi visible à l’Alliance française). Par ailleurs, il continue à fureter dans les vieux entrepôts français à la recherche de pièces rares, peu médiatisées, mais intactes. « En Australie, on jette beaucoup. Alors qu’en France, il y a une politique de conservation – même dans la poussière ! » D’ici quelques années, des affiches incroyables peuvent encore ressurgir du passé.

En attendant, le galeriste invite tous ceux qui aiment la France « ce pays est très sophistiqué, graphiquement, artistiquement et culturellement » à venir voir l’exposition. Et même si les affiches proposées distillent un indiscutable parfum de nostalgie, elles diffusent aussi un humour « politiquement incorrect » qui fait un bien fou. Sans doute l’un des grands atouts de ce bel événement culturel.

Valentine Sabouraud

>> Exposition Affiches du 5 octobre au 4 novembre 2027

Alliance Française, Eildon Gallery, 51 Grey Street, St Kilda, 3182 – Entrée libre.

Pour en savoir plus, cliquez ici. Pour retrouver l’article en anglais, rendez-vous là.

Légendes photo par ordre : B. Vuillemot, Perrier fou de soleil – Brett Ross dans sa galerie – R. Savignac pour Yoplait, l’une des œuvres préférées de Brett Ross, Albert & Victoria Museum – Affiche de J. Marval – M. Quarez Mois du graphisme.

———————————————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
gjfood
Share With: