Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuExposition Gapu-Monuk Saltwater sur les Aborigènes et la mer
IMG-5798

Exposition Gapu-Monuk Saltwater sur les Aborigènes et la mer

franckprovost

Si la plupart des Australiens connaissent l’historique de la situation des droits des Aborigènes et des peuples insulaires du détroit de Torrès sur leurs terres ancestrales, beaucoup ignorent tout de leurs droits sur la mer, qui sont pourtant tout aussi importants : c’est ce qu’affirme Kevin Sumption, le directeur de l’Australian National Maritime Museum.

Grâce au 25ème anniversaire du jugement Mabo en juin dernier, « les gens connaissent les droits fonciers des Aborigènes mais la plupart ne savent pas que la Haute Cour a aussi statué sur les droits des communautés indigènes sur les mers », explique-t-il.

La dernière exposition de l’Australian National Maritime Museum, baptisée « Gapu-Monuk Saltwater », retrace l’obtention de ces droits pour le peuple Yolŋu — une communauté indigène du nord-est de la terre d’Arnhem.

 

« Les gens connaissent les droits des Aborigènes sur les terres mais la plupart ne savent pas que la Haute Cour a aussi statué sur les droits des communautés indigènes sur les mers »

Gapu-Monuk sont des mots issus de la langue de la communauté Yolŋu : Gapu (eau) et Monuk (sel) mis ensemble signifient eau de mer.

La Saltwater Collection est composée de 40 peintures Yirrkala sur écorce, aux motifs sacrés méticuleusement gravés par 47 artistes Yolŋu.

kevinsumption_afr_imageElles ont été réalisées dans les années 1990 en réponse à un événement précis : un braconnier avait illégalement campé sur les terres de la communauté, à Blue Mud Bay, et décapité un crocodile. Selon Kevin, cet incident a eu un fort retentissement car le crocodile est un « totem » — un animal sacré doté d’une signification spirituelle — pour les communautés aborigènes du nord-est de la terre d’Arnhem.

L’exposition va au-delà des éléments visuels pour « explorer les relations complexes entre la terre, les animaux et les croyances religieuses de cette communauté », souligne M.Sumption. L’exposition Gapu-Monuk Saltwater retrace en effet la bataille du peuple Yolŋu pour ses droits sur la mer, qui a abouti au jugement de Blue Mud Bay.

M.Sumption explique : « Non seulement les peintures exposées sont des œuvres d’art qui détaillent le lien de la communauté Yolŋu à la terre et à l’eau, mais ce sont également des documents légaux. » Ces peintures ont en effet été utilisées comme preuves lors du procès historique ayant abouti au jugement octroyant des droits sur les mers aux communautés indigènes en 2008 — une première en Australie. En juillet prochain, on fêtera les 10 ans du jugement de Blue Mud Bay de 2008.

Des photographies aériennes, des objets aborigènes traditionnels et des vidéos réalisées par des artistes indigènes permettent au public de déchiffrer les œuvres et de découvrir le lien de la communauté Yolŋu avec la mer.

 

« Non seulement les peintures exposées sont des œuvres d’art qui détaillent le lien de la communauté Yolŋu à la terre et à l’eau, mais ce sont également des documents légaux. »

 

« Les œuvres livrent cela… ça va au-delà de l’art. Ce n’est pas juste de la belle peinture, c’est une narration complexe », ajoute M.Sumption.

IMG-5792Il affirme que le musée se place en « gardien » lorsqu’il acquiert et présente des collections d’art indigène, en travaillant avec la communauté Yolŋu.

« Nous sommes une institution nationale et nous avons beau être basés à Sydney, notre façon de raconter l’histoire concerne toute l’Australie. »

« Quand il s’agit de la culture des Aborigènes et des peuples insulaires du détroit de Torrès, nous sommes des gardiens plutôt que des propriétaires. Leurs œuvres ne nous appartiennent pas » conclut-il.

L’exposition Gapu-Monuk Saltwater est accessible au public gratuitement, jusqu’au mois de février 2019, à l’Australian National Maritime Museum.

 

*Le jugement Mabo : en 1982, Eddie Mabo et quatre autres aborigènes intentent une action en justice contre l’état du Queensland devant la Haute Cour australienne pour obtenir la reconnaissance de leurs droits fonciers. Après 10 ans de procédures, en 1992, la Haute Cour rend pour la première fois un verdict favorable aux communautés aborigènes, en reconnaissant les « native land rights » ou « native titles ». Etendu à l’ensemble du continent, le jugement Mabo reconnaît aux Aborigènes un « droit naturel » sur leurs terres ancestrales. (ndlr)

Nicole Pierre – traduction Karine Arguillère

To read this article in english, click here.

Exposition Gapu-Monuk Saltwater  à l’Australian National Maritime Museum 2 Murray St, Sydney NSW 2000 – Jusqu’en février 2019. Ouvert tous les jours de 9.30 am à 5.00 pm. Entrée gratuite. 

——————————————————-

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
apc
Share With: