Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLa gonorrhée : transmissible par le baiser ?

La gonorrhée : transmissible par le baiser ?

aircalin

S’embrasser pourrait s’avérer un facteur important dans la transmission de la gonorrhée, MST dont le nombre de cas a augmenté de façon significative ces 5 dernières années en Australie. La multiplication des relations sexuelles orales expliquerait, en partie, cette évolution.

Des données ont révélé que les cas de gonorrhée ont augmenté de 63 % ces cinq dernières années, en particulier chez les jeunes citadins hétérosexuels.

Entre 2012 et 2016, les taux ont grimpé de 72 % chez les hommes et de 43 % chez les femmes.

Une augmentation des tests, une résistance aux antibiotiques et une utilisation moindre du préservatif expliquent la prévalence de la maladie. Toutefois, elle continue d’interroger.

Le Dr Senanayake, professeur associé à ANU, a expliqué que les experts se penchent désormais sur la transmission de la gonorrhée par le baiser.

« La maladie peut se propager par des rapports sexuels oraux et se loger dans la gorge » a-t-il déclaré.

Certaines études mineures soutiennent cette théorie, mais elle reste encore à être prouvée.

Selon Basil Donovan, professeur en santé sexuelle à l’institut Kirby, il est fort probable que s’embrasser devienne une cause courante de transmission de cette MST. Certains comportements étayent son point de vue :  l’augmentation du nombre de jeunes Australiens pratiquant les rapports sexuels oraux notamment.

Apparemment, le sexe oral est devenu « à la mode », ce qui requiert de nouvelles stratégies afin de régler ce problème de santé public.

« L’herpès génital de type 1, visible sur la bouche, est le cas le plus courant alors qu’il s’agissait du type 2 à l’époque, » a-t-il souligné.

Le professeur Donovan a également ajouté que des contrôles aléatoires étaient en cours au Centre de Santé Sexuel à Melbourne (MSHC) pour tester l’efficacité d’un bain de bouche Listerine.

Il a également conseillé aux jeunes femmes de demander à leur gynécologue un frottis vaginal ainsi qu’un frottis de la gorge lors d’un test MST.

 

Source : sbs.com.au

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Jetez un œil à notre Instagram : https://www.instagram.com/lecourrieraustralien/

Comments
rugby
Share With: