Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLa mobilisation continue en faveur des réfugiés de Manus Island
manus_ngv2

La mobilisation continue en faveur des réfugiés de Manus Island

aircalin

Jeudi 23 novembre, la police papouasienne commençait l’évacuation par la force des quelques centaines de réfugiés et demandeurs d’asile qui demeuraient encore cloitrés sans eau, ni nourriture ou électricité, dans le centre de rétention de Lombrum à Manus Island. Depuis lors, les manifestations de soutien redoublent en Australie.

A Melbourne ce dimanche, parmi d’autres rassemblements, plusieurs centaines de personnes avaient rendez-vous devant la National Gallery of Victoria (NGV), à l’appel de Artists’ Committee et WACA (Whistleblowers, Activists and Citizens Alliance). Il s’agissait notamment de dénoncer un contrat signé par l’institution culturelle avec Wilson Security, accusé de participer à la mise en œuvre de la politique sécuritaire dans les centres de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le code couleur est le noir, mais certains sont venus en violet ou en orange. Ils se sont tous installés en rond autour d’une violoncelliste qui joue en boucle le thème principal d’une chanson composée par le journaliste kurde iranien Behrouz Boochani, enfermé à Manus et primé récemment par Amnesty International.

manus_NGV1 manus_ngv3

Entre chaque session musicale, l’un des porte-paroles scande un discours de mobilisation pour dénoncer l’inextricable situation qui empêche l’accueil de ces réfugiés par l’Australie et qui déjà fait sept morts en 4 ans. Les participants répètent chaque phrase, puis fredonnent avec force les quelques notes finalement apprises par cœur.

L’émotion est palpable. Dans la foule clairsemée et sage, certains versent une larme. Par moment, des manifestants lèvent les bras en croisant les poignets pour évoquer menottes et enfermement, puis tout le monde s’assoie sur le sol trempé par la pluie. Il y a là des grands-mères, des enfants, des professeurs, des protecteurs des droits des animaux, de la planète et des hommes. Les pancartes : « Evacuate Manus », « Welcome refugees » ou « Bring them here » sont portées à bout de bras. Le portrait du jeune Iranien Reza Berati 23 ans, assassiné en 2014 pendant une émeute, est également brandi.

Au bout d’une petite heure il est temps de partir, les participants remontent St Kilda Road pour atteindre Flinders Street où les forces de l’ordre forment un cordon humain infranchissable. La cavalerie montée est présente elle aussi. Un déploiement impressionnant pour une petite foule d’irréductibles bien calmes, qui se passent des bonbons et de la crème solaire en attendant de pouvoir passer. De temps en temps, on reprend la chanson de Berhouz et des passants applaudissent.

manus_ngv4

manus_ngv6 manus_ngv7

Valentine Sabouraud

(C) Photos de l’auteur. 1-2-3 : devant la NGV Manifestation « Break the silence. 4-5-6 : au croisement de Flinders Street.

————————————————————————

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

 

Comments
franckprovost
Share With: