fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLa République australienne : objet d’un futur plébiscite ?
Queen_ElizabethII

La République australienne : objet d’un futur plébiscite ?

gjfood

Après le succès du vote postal sur le mariage homosexuel en novembre dernier, l’Australie pourrait envisager de se lancer dans un plébiscite pour évaluer l’adhésion nationale à l’idée d’une République australienne.

Le premier ministre Malcom Turnbull a évoqué ce sujet au Sydney’s North Bondi Surf Life Saving Club lundi dernier 1er janvier. Un plébiscite ou un nouveau vote postal pourrait ainsi donner le coup d’envoi d’un débat qui aboutirait à un « vrai » référendum – si toutefois le premier ministre était toujours à la tête du gouvernement lorsque le règne d’Elizabeth II aura pris fin.

S’adressant à The Australian, M. Turnull, solide républicain déjà engagé dans le référendum perdu de 1999 sur le même sujet, a reconnu qu’il était illusoire de « prétendre qu’il y a une envie de changement alors que ce n’est pas le cas ». Malgré tout, un vote postal pourrait revitaliser le débat.

« Je pense que la première chose à faire est d’avoir une discussion ouverte et honnête sur la façon dont le président pourrait être élu (…) qu’il le soit au parlement avec une majorité des deux-tiers – comme proposé en 99 – ou élu au suffrage direct » a déclaré M. Turnbull.

Selon lui, cette question-là a été le point d’achoppement lors du dernier référendum. « Nous devons avoir cette discussion, a-t-il expliqué, et vous savez qu’un plébiscite – ou même un vote postal (…) – pourrait être l’un des moyens d’y parvenir. »

« Ensuite, il sera nécessaire de débattre, s’accorder et de répondre à la question fondamentale – peut-on amender la constitution pour que le président remplace la Reine comme chef d’état ; cela, seul le peuple australien peut le décider. »

Peter FitzSimons, président de l’Australian Republic Movement s’est réjoui du retour de ce sujet au cœur du débat public. D’après lui, de nombreux élus de chaque camp souhaitent que le changement survienne. « Oui, il y aura des opposants, mais je pense que cette idée, 250 ans après l’arrivée en Australie du Capitaine Cook, permettra aux Australiens de travailler ensemble à leur véritable indépendance sous la Croix du Sud. »

L’ancien premier ministre Paul Keating a indiqué qu’il doutait des capacités de M. Turnbull à mener à bien ce chantier, par manque d’envergure politique. Il a d’ailleurs fustigé John Howard, Kevin Rudd, Julia Gillard et Tony Abbott qui n’ont pas fait avancer la question lorsqu’ils étaient aux commandes du pays. Sans surprise, Tony Abbott, prédécesseur et rival de Malcom Turnbull au sein du parti Liberal, s’est dit attaché à la monarchie.

Source : news.com.au

———————————————————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
NCT
Share With: