fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie face à l’influence grandissante de la Chine dans le Pacifique
Chinese_New_Year_1

L’Australie face à l’influence grandissante de la Chine dans le Pacifique

NCT

Des voix s’inquiètent de l’influence grandissante de la Chine dans la région pacifique appelant l’Australie et la Nouvelle-Zélande à se rapprocher économiquement de leurs proches voisins.

La semaine dernière, la ministre fédérale pour le Développement international et le Pacifique Concetta Fierravanti-Wells a accusé la Chine de construire des « routes pour nulle part » et des « bâtiments inutiles » dans le pacifique, via des prêts concessionnels et différents programmes d’aide. Elle s’est dit inquiète de voir des pays d’endetter, sans être en capacité de rembourser. En privé, des officiels ont suggéré à ABC qu’ils craignaient que des projets aient été favorisés afin de faire passer de l’argent à des leaders régionaux.

Graeme Dobell, journaliste contributeur à l’Australian Strategic Policy Institute a déclaré que les propos de la ministre pourraient permettre d’ouvrir les yeux sur la nécessité d’une plus grande intégration régionale. « Il faut un peu de cette crainte de la Chine pour nous obliger à porter une attention sérieuse aux voisins que nous avons l’habitude de négliger (…). L’épouvantail chinois nous aide effectivement à considérer les questions de géopolitique à notre porte (…). La nouvelle grande idée avec laquelle nous sommes en train de jouer repose sur une offre qui n’est pas seulement axée sur la coopération, mais sur l’intégration en matière de sécurité et d’économie.« 

Selon Dobell, le récent Livre blanc sur la défense qui aborde ce sujet n’a pas eu un écho important, mais il peut devenir le « nouveau gros truc à long terme ».

Cependant, si l’Australie propose, ses voisins disposent. Et ils sont nombreux à être réticents.

Les îles Tonga, Fidji, Vanuatu, Solomon, Samoa, Nauru, Kiribati, Tuvalu et la Nouvelle Calédonie ont une population conjointe de 2, 3 millions d’habitants. La Papouasie Nouvelle-Guinée en compte 8 millions.

Le premier ministre des îles Samoa, Tuilaepa Sailele, a indiqué que la Chine garantissait une assistance que l’Australie n’offrait pas. Par ailleurs, il a jugé les critiques de la ministre « insultantes et destructrices » pour leurs relations, sachant qu’elles sous-entendaient que « les leaders du Pacifique manquent d’intégrité ». A Vanuatu, un projet de route lancé en 2013 est toujours en cours de réalisation. A Fidji, la Chine est le premier investisseur étranger et des accords ont été signés pour faciliter l’entrée de ressortissants chinois sur l’île et ouvrir les eaux fidjiennes à la pêche de sociétés en joint-venture.

Pour faire entendre la voix australienne, certains appellent à augmenter l’aide au développement, globalement réduite ces dernières années. D’autres évoquent l’intérêt qu’il y aurait à investir dans le domaine des médias pour une diffusion de programmes nationaux dans la zone pacifique. « Avec la révolution numérique et les millions de smartphones en circulation, c’est l’occasion de repenser notre diffusion » a déclaré Sean Dorney contributeur au Lowy Insitute.

Pendant ce temps, Malcolm Turnbull a invité les forces de défense japonaises à venir s’entraîner à Darwin dans le cadre d’une nouvelle alliance sécuritaire. Un mouvement, comme un message adressé à la Chine.

Source : The new daily et The Australian

———————————————————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Des idées, des commentaires ? Partagez-les avec redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: