Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie interdit d’entrée un pourfendeur de la vaccination
vaccination

L’Australie interdit d’entrée un pourfendeur de la vaccination

tfm

Un Américain qui se présente comme le pourfendeur mondial de la vaccination est interdit d’entrée en Australie où les autorités sont en guerre contre le mouvement anti-vaccins, a annoncé Canberra jeudi.

Kent Heckenlively se décrit sur son blog sous l’appellation « #1 anti-vaxxer » de la planète.

En décembre, il avait expliqué son projet de se rendre en Australie dans le cadre d’une tournée baptisée « les dangers de la science » destinée à obtenir un moratoire de cinq ans sur les vaccinations d’enfants aux Etats-Unis.

Les autorités australiennes tentent elles de renforcer les taux de vaccination des enfants, y compris en privant de certaines allocations sociales les parents qui refusent d’immuniser leur progéniture.

Le ministre de l’Immigration Peter Dutton a déclaré que M. Heckenlively serait empêché d’entrer en Australie. « Kent n’a pas de projet de voyage en Australie parce qu’on ne va pas le laisser entrer », a-t-il dit à la radio 2GB.

« Ces gens qui disent aux parents que leurs enfants ne doivent pas être vaccinés sont dangereux. Il est évident pour moi que ce n’est pas dans notre intérêt national de le laisser venir ».

Le ministre des Affaires sociales Christian Porter avait expliqué l’année dernière que les taux de vaccination avaient augmenté avec la mise en place de la politique de suppression des allocations.

Plus de 5.700 enfants dont les parents allocataires de prestations sociales s’étaient enregistrés comme des militants anti-vaccins ont été immunisés, selon M. Porter.

Le taux de vaccination dépasse les 90% chez les enfants australiens âgés de un à cinq ans.

Des parents sont hostiles à la vaccination, estimant qu’elle est dangereuse pour leurs enfants. Dans certains pays européens et aux Etats-Unis, des maladies qui avaient disparu comme la rougeole ont fait leur réapparition.

Les parents en question craignent que la vaccination ROR (rougeole, oreillons et rubéole) ne provoque l’autisme, ce qui a été démenti par de nombreuses études.

En juillet, des chercheurs américains avaient prévenu qu’une faible réduction du taux de vaccination contre la rougeole aux Etats-Unis pourrait entraîner un triplement du nombre de cas.

Le débat a été relancé récemment en France avec le projet du gouvernement de rendre obligatoire onze vaccins infantiles dont la rougeole, contre seulement trois aujourd’hui (diphtérie, tétanos et poliomyélite). L’initiative a été critiquée avec force par des parents hostiles à la vaccination.

 

AFP

Comments
multifocus
Share With: