Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie s’alarme du désengagement des États-Unis dans la région indo-pacifique

L’Australie s’alarme du désengagement des États-Unis dans la région indo-pacifique

franckprovost

L’Australie a tiré la sonnette d’alarme concernant le désengagement politique des Etats-Unis en Asie à un moment crucial où le pouvoir chinois se renforce, et où la nervosité des alliés des américains ne cesse de grandir face à la politique isolationniste de Donald Trump.

Dans un Foreign Policy White Paper, document officiel émanant du gouvernement au caractère exceptionnel — c’est le premier du genre à être émis en 13 ans — Canberra a tracé les grandes lignes de sa vision de la région indo-pacifique dans une période où « l’équilibre des forces est en train de changer ».

« Les États-Unis ont été la puissance dominante dans notre région depuis la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, la Chine remet en cause la position de notre pays, » peut-on lire dans le document de 136 pages. « La prochaine décennie sera compliquée pour notre pays, car avec l’accroissement du pouvoir chinois, toute notre région du monde est en train de subir un changement sans précédent dans l’histoire de l’Australie ».

Le rapport expose également que l’Australie tisse des liens forts et constructifs avec la Chine, tout en soutenant fortement le rôle mondial des États-Unis, un allié clé.

« Nous pensons que l’implication des Etats-Unis dans le maintien d’un ordre basé sur des lois est dans leur propre intérêt et dans l’intérêt d’une prospérité et d’une stabilité internationales. Sans le soutien des États-Unis, l’efficacité et le caractère libéral de cet ordre vont s’affaiblir. »

Plus tôt ce mois-ci, Trump était la seule voix protectionniste lors du sommet Asia-Pacific Economic Cooperation (APEC) au Vietnam, où il a réaffirmé sa politique de « l’Amérique avant tout ».

Son retrait des mouvements d’ouverture du commerce mondial, auparavant menés par les Etats-Unis, a permis à la Chine de renforcer sa position.

En conséquence, Canberra se voit prise au milieu de deux super-puissances, soulignant que l’Australie « encourage les États-Unis et la Chine à s’assurer que les tensions économiques entre leurs deux pays n’alimentent pas un sentiment de rivalité et ne perturbent pas le système de commerce multilatéral ».

Le rapport souligne que Pékin et Washington ont tous deux intérêt à bien gérer les tensions stratégiques entre leurs deux pays, « mais cela ne suffit pas à garantir la stabilité ». « Avec une divergence de plus en plus marquée de leurs intérêts stratégiques au fur et à mesure que le pouvoir chinois se renforce, les tensions pourraient s’accroître dans les échanges commerciaux et d’autres domaines du secteur économique ».

Pékin a déclaré que ce document offrait un « regard objectif » sur les relations Chine-Australie, mais qu’il contenait également certains éléments négatifs. Le ministre chinois des Affaires étrangères a notamment critiqué le passage du document concernant la mer de Chine méridionale, très convoitée, dans laquelle la Chine a construit des îles artificielles pouvant accueillir des avions militaires pour contrer les revendications territoriales de ses voisins. Le document australien souligne en effet que « l’Australie est particulièrement inquiète du rythme et de l’échelle des implantations chinoises en mer de Chine méridionale » et s’oppose à un usage militaire de ces structures artificielles. « Nous espérons que l’Australie va cesser ses remarques irresponsables », a déclaré le porte-parole du ministre chinois des Affaires étrangères.

La Chine est le principal partenaire commercial de l’Australie : la forte demande de Pékin pour les marchandises en provenance d’Australie, dont les ressources naturelles sont importantes, ont protégé ce pays de la récession depuis 26 ans.

Les Américains ont toujours été un allié important pour l’Australie, laquelle n’a pas hésité à envoyer ses soldats pour soutenir les opérations américaines en Afghanistan et au Moyen-Orient, tandis que Darwin accueille les Marines américains qui s’entraînent au nord du pays.

 

Source : AFP

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Jetez un œil à notre Instagram : https://www.instagram.com/lecourrieraustralien/

Comments
tfm
Share With: