Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuAustralieL’Australie salue l’abandon d’un projet d’éoliennes sur un site de 1914-1918
Bullecourt

L’Australie salue l’abandon d’un projet d’éoliennes sur un site de 1914-1918

franckprovost

L’Australie a salué mardi la décision « très touchante » du groupe français Engie de renoncer à un projet d’éoliennes sur un champ de bataille de la Première Guerre mondiale où des milliers d’Australiens ont péri.

La société française Engie Green prévoyait d’ériger six éoliennes sur le champ de bataille de Bullecourt, dans le nord de la France, où près de 10 000 Australiens avaient été tués ou blessés en 1917. De nombreux corps n’ont jamais été retrouvés, et le site envisagé pour le champ d’éoliennes est un cimetière naturel près du mémorial de Bullecourt, que de nombreux Australiens visitent régulièrement.

« C’est une merveilleuse nouvelle pour tous les Australiens, en particulier ceux dont la famille est liée à la bataille de Bullecourt », a déclaré dans un communiqué le ministre australien des Anciens combattants, Dan Tehan. « Le groupe Engie a entendu les inquiétudes des Australiens et il a fait preuve d’empathie en annulant ce projet ».

Le ministre a par ailleurs dit sur Sky News sa reconnaissance envers le gouvernement français, en affirmant que cela montrait « comment les Français, 100 ans après, continuent d’accorder de l’importance à ce que les Australiens furent prêts à faire pour eux ». « Du maire au ministre des Anciens combattants, tous ont cité les « diggers » et leur contribution… c’est très touchant pour tous les Australiens », a-t-il ajouté. « Digger » (qu’on pourrait traduire par « pelleteur ») désigne les soldats en temps de guerre en argot Australien, en référence au fait que sur le front, les troupes devaient creuser des tranchées.

 

« Ça fait chaud au cœur »

La famille d’un des soldats décédés, Valentine Starkey, mort à l’âge de 23 ans dans la deuxième bataille de Bullecourt, a déclaré que cela faisait « chaud au cœur » qu’un petit nombre d’Australiens et de Français aient réussi à faire pression pour annuler la construction du parc éolien. « Ils ont fait des pétitions, même le maire de la commune était contre » a expliqué à ABC Ashley Starkey, l’arrière-petit-neveu de Valentine. Il a rappelé que des habitants de Bullecourt avaient fait campagne pendant au moins un an contre le projet de parc éolien, au nom des familles de soldats. « Ils ne sont pas contre les éoliennes, et moi non plus, mais ils n’en voulaient pas sur ce champ de bataille, » a-t-il précisé.

Engie a déclaré avoir annulé le projet car la société était « sensible à l’émotion suscitée en Australie et souhaitait apaiser les craintes » de tous ceux qui participent au devoir de mémoire. « Les réactions récentes soulignent l’aspect symbolique et sacré du site » a déclaré Engie dans un communiqué adressé à l’AFP. « Respectueux de la mémoire des soldats australiens qui ont fait le sacrifice de leur vie sur le sol français pendant la Première Guerre mondiale, Engie a pris la décision d’annuler le projet », a écrit le groupe.

La proposition de parc éolien prévoyait de creuser des fondations et comprenait des tunnels de transmission ainsi que des travaux de terrassement. C’est sur ce site que les troupes australiennes ont enregistré leurs plus grosses pertes pendant la guerre, dans une bataille devenue emblématique de l’incompétence des généraux britanniques qui dirigeaient la campagne.

 

Glossaire :

ça fait chaud au cœur (exp.) : it is heart-warming

cimetière (n.m.) : graveyard

ériger (v.) : to erect

éolienne (n.f.) : wind turbine

faire preuve de (exp.v.) : to show

périr (v.) : to die

reconnaissance (n.f.) : gratitude

susciter (v.) : to arouse

tranchées (n.f.pl.) : trenches

terrassement (n.m.) : earthwork


learnfrench

Australia welcomes cancellation of French WWI battlefield wind farm

Canberra Tuesday welcomed as « very touching » the scrapping of a planned French wind farm on the site of a World War I battlefield where thousands of Australian soldiers died.

French energy company Engie Green had planned to erect six turbines on the grounds of the former Bullecourt killing fields in northern France, where some 10,000 Australians were killed or wounded in 1917. Many bodies were never found, and the planned site for the wind farm is a natural burial ground near the Bullecourt memorial that is visited regularly by Australian families.

« This is wonderful news for every Australian and especially those with a family connection to the Battle of Bullecourt, » Veterans’ Affairs Minister Dan Tehan said in a statement. « The Engie group has listened to the concerns of the Australian people and they have acted with empathy by cancelling this project. »

Tehan told Sky News he was also grateful for the efforts of the French government, saying it showed « how the French still, 100 years on, take so importantly what Australians were prepared to do for them ». « From the local mayor right through to the minister for veterans’ affairs, they all referred to the diggers and the legacy of the diggers … it’s very touching for all Australians. » Diggers is Australian military slang for the nation’s wartime soldiers, and reflects the digging that troops on the frontline did to create trenches.

 

‘Heart-warming’

The family of one of the fallen, Valentine Starkey, who died aged 23 in the second battle of Bullecourt, said it was « heart-warming » that a small group of Australians and French were successful in lobbying against the wind farm. « They’ve had petitions, even the mayor of the local area was against this, » Ashley Starkey, the great-great nephew of Valentine, told the Australian Broadcasting Corporation. He said some Bullecourt residents had already been campaigning against the wind farm proposal for at least a year on behalf of the soldiers’ families. « They’re not against wind farms, and neither am I, they just didn’t want them on this specific battlefield, » he added.

Engie said the project was axed as the company was « sensitive to the emotion aroused in Australia and anxious to alleviate the fears » of everyone involved in preserving the memory of the fallen. « The recent reactions have highlighted the symbolic nature and sacredness of the site, » the company said in a statement to AFP. « Respectful of the memory of Australian soldiers who made the ultimate sacrifice on French soil during the First World War, Engie has taken the decision to cancel this project, » it said.

The proposal involved digging for foundations and would include transmission tunnels and other earthworks. The area was the scene of the heaviest Australian losses in the war during a battle that has become symbolic of the incompetence of British generals directing the campaign.

 

Source: AFP

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
multifocus
Share With: