Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie s’apprête à boycotter un sommet mondial sur un traité d’interdiction des armes nucléaires
nuclear_weapons

L’Australie s’apprête à boycotter un sommet mondial sur un traité d’interdiction des armes nucléaires

APC_home

Les activistes anti-nucléaires accusent l’Australie de tourner le dos à l’ONU et de « suivre les ordres de l’administration Trump ».

L’Australie s’apprête à boycotter les négociations internationales sur un traité visant à interdire l’arme nucléaire, qui se dérouleront le 27 mars à New York.

« La position adoptée depuis longtemps par le gouvernement australien considère que ce traité ne propose aucune piste pratique pour un désarmement effectif ou une sécurité renforcée. », a déclaré la porte-parole du département des affaires étrangères.

Lors du précédent sommet, la création d’un traité visant à l’élimination totale des armes nucléaires avait remporté un immense soutien : 123 nations avaient voté pour, 38 contre, et 16 s’étaient abstenues.

L’Australie, la Russie, les Etats-Unis, Israel, la France et le Royaume-Uni s’étaient notamment opposé à la résolution. La Chine s’était abstenue.

Tim Wright, directeur Asie-Pacifique de la Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires, a accusé l’Australie de tourner le dos à l’ONU, à un moment où la coopération multilatérale était plus importante que jamais. Il affirme que l’Australie « suit les ordres de l’administration Trump ».

« Tous les pays d’Asie du Sud-Est, et presque tous les pays du Pacifique ont affiché leur soutien aux prochaines négociations de l’ONU. L’Australie s’exclut d’elle-même de l’une des initiatives de traité international les plus importantes de notre époque. », a-t-il déclaré.

Depuis ces derniers mois, le soutien au traité a progressivement grandit. Mais les 9 Etats possédant l’arme nucléaire – les Etats-Unis, la Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, l’Inde, le Pakistan, Israel et la Corée du Nord -, parmi lesquels on retrouve les 5 membres du Conseil de sécurité qui disposent d’un droit de veto, n’ont toujours pas montré leur soutien.


Source : https://www.theguardian.com

Comments
multifocus
Share With: