fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie se prépare à l’avènement d’un nouveau Premier ministre
elctions

L’Australie se prépare à l’avènement d’un nouveau Premier ministre

NCT

L’Australie se préparait vendredi à l’avènement d’un nouveau Premier ministre, en raison d’une nouvelle tentative de « putsch » contre Malcolm Turnbull, dont la position est désormais très précaire.

Le chef du gouvernement de centre-droit a sauvé mardi son poste de justesse lors d’un vote interne à son Parti libéral, qui est distancé dans les sondages par l’opposition travailliste à un an des élections.

M. Turnbull a recueilli 48 voix contre 35 pour son ministre de l’Intérieur Peter Dutton, qui a démissionné dans la foulée.

Ce dernier, un ancien policier qui incarne l’aile droite du parti libéral, est revenu à la charge jeudi en affirmant, après avoir recompté ses soutiens, que le Premier ministre n’avait plus l’appui de sa formation et en lui demandant par conséquent d’organiser un nouveau vote interne.

M. Turnbull a confirmé vendredi qu’il avait officiellement reçu la pétition lui demandant d’organiser ce scrutin, en précisant que les signatures étaient en cours de vérification.

« J’ai reçu une requête en faveur de la tenue d’une réunion des parlementaires du Parti libéral. Elle compte 43 signatures », a-t-il dit sur Twitter. La majorité de 43 signatures est requise pour l’organisation de ce vote interne.

Le chef du gouvernement, qui avait lui-même pris le pouvoir en septembre 2015 en renversant son collègue du Parti libéral Tony Abbott, a indiqué qu’il ordonnerait la tenue d’un scrutin dès que les signatures auront été confirmées.

Or il avait indiqué jeudi que si ses adversaires rassemblaient une majorité contre lui, il ne participerait pas à la bataille et renoncerait à son mandat de député.

Rien ne garantit cependant que M. Dutton, qui incarne l’aile droite du parti, soit choisi car la ministre des Affaires étrangères Julie Bishop et le ministre des Finances Scott Morrison ont laissé entendre qu’ils postuleraient également.

La zizanie était apparue au grand jour lundi lorsque le Premier ministre avait été contraint, faute de soutien dans son camp, de renoncer à son projet d’inscrire dans la loi l’objectif de l’Australie en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il a depuis reçu une cascade de démissions, qu’il n’a pas toutes acceptées.

Depuis l’arrivée du travailliste Kevin Rudd en 2007 à la tête du gouvernement, après une décennie de « règne » du libéral John Howard, l’Australie a connu une valse des Premiers ministres.

Kevin Rudd a été renversé par la travailliste Julia Gillard en 2010 avant de reprendre le pouvoir en 2013, et de le céder à nouveau quelques mois plus tard lors des législatives à Tony Abbott, lui-même renversé par M. Turnbull.

Certains voient d’ailleurs dans les péripéties auxquelles est confronté le Premier ministre une vengeance de M. Abbott, qui demeure un membre influent de la chambre des représentants.

Comments
NCT
Share With: