fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’Australie va entrer au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies
UN Australia

L’Australie va entrer au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

NCT

L’Australie sera élue ce lundi pour siéger au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à New York, alors que cette institution se débat avec la violation des droits dans certains des pays membres ou de ceux aspirant à le devenir.

 

L’élection de 47 états au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies est pratiquement sans suspense : dans toutes les régions du monde, il y autant de sièges à pourvoir que de candidats, sauf en Asie-Pacifique où six pays sont candidats pour quatre places seulement. Cependant, ce n’est pas pour autant une formalité : il faut une majorité des votes pour être élu, et un pays peut se voir refuser le siège si la moitié des états refuse de voter pour lui.

L’Australie était candidate pour l’un des deux sièges de la région « Europe de l’Ouest et autres », face à l’Espagne et à la France. Mais après le retrait de la France, elle est désormais pratiquement certaine d’être élue.

Lorsque Julie Bishop a présenté la candidature de son pays, elle a promis de promouvoir l’égalité homme-femme, la liberté d’expression, les droits des populations indigènes, et de solides institutions nationales de défense des droits de l’homme. Elle a également affirmé qu’elle défendrait la suppression de la peine de mort.

Mais la politique de l’Australie envers les réfugiés, ainsi que son échec à régler certains problèmes au sein de sa population indigène — en termes de santé, éducation et incarcération — lui ont valu des critiques des Nations Unies.

Les pays élus membres du Conseil des droits de l’homme sont sujets à controverse. L’Arabie Saoudite en fait partie : ils ont pourtant exécuté plus de 100 personnes cette année. Aux Philippines, également état membre, le gouvernement mène une guerre brutale et sans merci contre le trafic de drogue, qui a déjà fait plus de 6000 victimes — le pays a été averti qu’il risquait d’être suspendu s’il continue à bafouer les droits de l’homme. Une suspension doit être entériné par un vote aux 2/3 des voix.

 

Des candidatures bien discutables…

Les pays sont élus pour 3 ans. Parmi ceux qui devraient entrer au Conseil des droits de l’homme ce lundi, tous ne sont pas irréprochables. En République Démocratique du Congo, pays déchiré par la guerre depuis des décennies, les forces de sécurité ont recours à la torture, aux arrestations arbitraires et même au meurtre, et les enfants sont recrutés de force pour devenir soldats. De même au Mexique, où les force de sécurité sont accusées de meurtre, d’être à l’origine de disparitions et d’utiliser la torture pour combattre le crime organisé. Enfin au Sénégal, le trafic d’enfants et leur exploitation, les meurtres par les forces de sécurité et les décès en détention sont des problèmes récurrents. Pourtant, tous ces états seront très probablement élus ce lundi.

Au grand dam de Human Rights Watch (organisme de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies), dont le président Louis Charbonneau a déclaré que l’élection de la République Démocratique du Congo endommagerait sérieusement la crédibilité des Nations Unies quant à sa capacité à faire respecter les droits de l’homme.

 

A noter : le Quatar, l’Afghanistan et le Pakistan sont également candidats pour la région Asie-Pacifique…

 

Source : theguardian.com

>>> Suivez-nous sur Facebook
>>> Abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Courrier Australien

Comments
NCT
Share With: