Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’avion ? Pas idéal pour le vin !

L’avion ? Pas idéal pour le vin !

tfm

Le petit verre de vin est votre péché mignon en vol ? Vous allez peut-être devoir changer vos habitudes. En effet, le vin supporte difficilement les trajets aériens.

M. Moorfield est un sommelier international qui conseille la compagnie Cathay Pacific. Il travaille actuellement sur les vins servis en avion et il n’a pas la tâche facile.

Selon lui, il y a deux problèmes qui modifient le goût du vin, que ce soit celui de votre verre bu en vol ou de la bouteille souvenir ramenée avec vous : les vibrations de l’avion et la cabine pressurisée.

Lorsqu’il a commencé à travailler avec Cathay Pacific, M. Moorfield a rapidement réalisé que tester un vin avant un vol était inutile puisque la saveur sera différente en avion.

« Nous avions l’habitude de pré-tester le vin en Australie avant de l’envoyer à Hong-Kong pour le test final. Mais nous avons découvert que les vins qui étaient supposés être les plus délectables en Australie devenaient les moins convenables une fois à Hong-Kong, » a-t-il déclaré.

« Nous avons remarqué que l’atmosphère de la cabine était 40 % plus sec, voire plus, ce qui affecte notre sens du goût car les follicules présents dans le nez s’assèchent. Votre nez n’est plus aussi bon qu’avant et votre vin sera donc plus plat. »

La cabine fait également ressortir l’amertume du vin. Le défi de M. Moorfield était alors de choisir un vin avec un arome très ouvert, un arome fruité et un bon équilibre.

« Désormais, nous envoyons tous les échantillons à Hong Kong et nous les testons sur place afin de savoir si le vin est assez équilibré pour supporter le vol. »

Mais son problème ne s’arrête pas là. Les micro-vibrations de l’engin affectent le vin en changeant sa saveur.  Plus spécifiquement, l’équilibre d’acidité, de tanins et de fruits est perturbé.

« Le vin a des molécules de saveurs soit très serrées et qui résistent au vol, soit un peu plus écartées donnant alors un vin plat. »

Heureusement, il a expliqué que le vin peut retrouver son caractère dès lors qu’on le laisse se reposer six mois environ avant de l’ouvrir.

Et pour le verre qui vous est servi dans l’avion ? Heureusement, certains vins voyagent mieux que d’autres : le Shiraz, le Cabernet Sauvignon ou le Chardonnay par exemple. Le Pinot noir, lui, est plus fragile.

Pour le reste, il suffit de suivre ces conseils de dégustation :

« Si vous recevez un vin rouge trop froid, laissez-le pendant quelques minutes et l’atmosphère le réchauffera rapidement. »

Ensuite, ne prenez pas la peine de remuer votre vin.

« Vous ne devriez le remuer qu’une fois et très légèrement pour relâcher les arômes. Mais dans un avion, à cause du déplacement rapide de l’air, vous devez juste le laisser se reposer.»

 

Source : news.com.au

Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Jetez un œil à notre Instagram : www.instagram.com/lecourrieraustralien/

Comments
franckprovost
Share With: