Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLe Brisbane French Theatre : ses succès passés, ses projets futurs et son art du sous-titrage
BFT header image

Le Brisbane French Theatre : ses succès passés, ses projets futurs et son art du sous-titrage

aircalin

Le Brisbane French Theatr est né après deux ans de collaboration avec le Growl Theatre sur « Trois versions de la vie » (en 2014) et « Le Dieu du Carnage » (2015), deux pièces de Yasmina Reza. Ce théâtre encore tout jeune est officiellement devenu une association à but non lucratif cette année et a déjà affiché complet avec sa première production, « L’étudiante et Monsieur Henri ».

Nous avons échangé avec sa présidente, Céline Kaissaris, sur ce précieux atout pour la communauté française de Brisbane et les futurs projets de la compagnie.

 

Brisbane est considéré par beaucoup comme « une grande ville à la campagne ». Ce n’est donc pas là qu’on pourrait s’attendre à trouver un théâtre français. Quel a été le facteur déterminant pour sa création ici dans le Queensland ?

Après deux années où des pièces en français produites avec le Growl Theatre ont rencontré le succès, il est devenu évident que les Australiens étaient très intéressés par la culture française. Nos pièces ont aussi donné l’opportunité aux expatriés français de se sentir comme chez eux le temps d’une soirée. Nous avons donc compris l’intérêt d’une compagnie théâtrale française à Brisbane.

Comment choisissez-vous les pièces que vous montez ?

Nous faisons attention à choisir des pièces amusantes et accessibles à tous, particulièrement au public australien. Nous souhaitons aussi être créatifs et envisageons d’écrire nos propres pièces dans un avenir proche.

Envisageriez-vous de monter des versions françaises de pièces australiennes ou non-francophones ?

Nous sommes une toute jeune association avec assurément un fort potentiel. Notre premier objectif a été de proposer une immersion dans la culture française par le théâtre. Nous montons actuellement des pièces françaises, canadiennes et belges. Nous pourrions très bien encore élargir notre spectre dans le futur.

Votre public est-il constitué majoritairement de Français ou trouvez-vous qu’il est plutôt éclectique ?

C’est du 50/50. Nous avons été surpris de constater que notre public est souvent constitué à parts égales de francophones et d’Australiens. Jusqu’à présent, nous avons aussi compté parmi nos spectateurs de nombreux étudiants en français de différentes écoles de Brisbane.

Vous projetez des sous-titres en anglais lors de vos spectacles : avez-vous reçu un retour sur cette méthode interactive ?

Oui, nous avons eu des retours très positifs ! Les Australiens trouvent ça facile et pratique. Sous-titrer est un art en soi et nous travaillons dur pour fournir des sous-titres précis et fiables à notre public.

Les candidats pour auditionner et/ou faire partie de votre compagnie doivent-ils avoir un certain niveau de français ?

Non, tous les niveaux sont acceptés. Le Brisbane French Theatre est un environnement sympathique et nous encourageons les gens à nous rejoindre. Nous accueillons tout le monde quel que soit leur niveau de français, qu’ils soient francophones ou Australiens. Certains postes, tels que celui d’acteur ou de créateur de sous-titres, requièrent de parler couramment français mais il y a toujours d’autres postes possibles.

Idéalement, comment voyez-vous le BFT dans 5 ans ?

Nous espérons augmenter notre nombre de spectateurs, produire plus de pièces chaque année et avoir plus de membres. Nous aimerions aussi développer des projets parallèles tels que des cours de français à travers des ateliers de théâtre, ou un petit café dédié au théâtre et à la culture française.

 

BFT Simone_Veille.._123de98f97

Vous pourrez découvrir la prochaine production du BFT, « Et pendant ce temps, Simone veille » à partir du 27 novembre et jusqu’au 6 décembre.

Pour plus d’information et pour réserver, cliquez ici.

>> La version anglaise de l’article est là.

 

 

 

 

 

Kiara Casey – traduction : Karine Arguillère

Images : Anges Costes Photography et Brisbane French Theatre

 

 

 

Comments
multifocus
Share With: