Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLe concert de Youssou N’Dour à l’opéra de Sydney : on y était, on vous raconte !
image-28

Le concert de Youssou N’Dour à l’opéra de Sydney : on y était, on vous raconte !

tfm

Annoncé plusieurs semaines auparavant, le chanteur sénégalais Youssou N’Dour a donné mercredi soir une unique représentation dans la grande salle de l’opéra de Sydney. Retour sur ce concert qui nous a livré de belles surprises. 

Mettant fin à 14 ans d’attente, le roi de la pop africaine est venu se produire sur la scène du Concert Hall, la grande salle de l’opéra de Sydney, accompagné par son orchestre « Le super étoile de Dakar ». Considéré comme le «Michael Jackson du Sénégal», dès l’âge de 12 ans Ndour a totalement réinventé la musique africaine grâce notamment aux rythmes entraînants du Mbalax, style musical sénégalais basé sur les percussions. Il a fait le tour du monde avec Bruce Springsteen et Sting, et a soutenu le sud-africain Nelson Mandela dans sa campagne présidentielle en 1994. Homme engagé, Youssou N’Dour fut également ministre de la culture sénégalaise d’avril à octobre 2012, puis ministre du tourisme et des loisirs jusqu’en septembre 2013.

Habitué depuis plusieurs années à des festivals, Youssou N’Dour signait donc son grand retour dans la ville australienne en se produisant dans un décor de rêve : l’Opéra House. Et ce, dans la plus grande salle s’il vous plaît ! Le spectacle commence déjà avant le concert : en rentrant dans le Concert Hall, nous restons ébahis devant la beauté architecturale de cette salle. Comportant plus de 2700 places mais également le plus grand orgue mécanique du monde, l’intérieur a totalement été repensé pour l’occasion : la scène a été rapprochée des gradins pour un show plus intimiste qu’à l’accoutumée.

image

Puis, porté par les applaudissements du public, Youssou N’Dour a surgi des coulisses suivi de son orchestre. Top départ pour un concert alternant entre pop sénégalaise, ballades romantiques mais également des tons très empruntés au registre jamaïquain. Si durant la première demi-heure le public est resté bien confortablement assis dans les fauteuils, se contentant de tapoter mollement l’accoudoir pour marquer le rythme au sons des percussions, Youssou N’Dour a ensuite fait lever toute l’assemblée pour danser et zouker. Accompagné par près de 12 musiciens (guitaristes, batteurs, saxophoniste, choeurs…), l’orchestre était également accompagné d’un danseur habillé de différents costumes pour des pas de danses mémorables. L’atmosphère était tellement festive et intimiste, qu’un homme du public s’est invité sur scène pour se déhancher sous l’oeil à la fois incrédule et amusé de Youssou N’Dour et de ses musiciens.

image

Youssou N’Dour et son danseur

Seul bémol de la soirée : une panne de micro a interrompu le concert durant une dizaine de minutes, mais qu’importe : le show a repris aussitôt sous les vivats de la foule pour une demi-heure de plaisir supplémentaire.

La représentation terminée, nous sommes sortis de la salle encore sous le charme du groove africain et avec une folle envie de zouker jusqu’au bout de la nuit.

Victor Roussel


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
tfm
Share With: