Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuL’édition 2018 de l’Alliance française French Film Festival se dévoile en exclusivité 
Aurore 1-2

L’édition 2018 de l’Alliance française French Film Festival se dévoile en exclusivité 

tfm

Cet article est publié en exclusivité par Le Courrier Australien et l’Alliance française de Melbourne.

Le premier festival de cinéma français hors du territoire national fait son grand retour en Australie avec une programmation positive, engagée et pléthorique d’une cinquantaine d’œuvres dont deux documentaires et une série. Philippe Platel, son Directeur artistique, nous parle des films incontournables et de la tonalité générale de cette édition à ne pas rater.

L’année dernière, l’Alliance Française French Film Festival a attiré 175 000 spectateurs, un  record avec une sélection pourtant jugée sérieuse et même sombre, peut-être en raison de l’actualité politique du moment. « En 2018, la programmation sera jalonnée de bonnes comédies, assure Philippe Platel, avec des thématiques qui célèbrent l’esprit d’équipe, le courage, l’amour et les nouvelles formes de famille. » Un virage vers l’optimisme donc, avec de vrais clins d’oeil à destination d’un public plus jeune et peut-être des nouveautés tarifaires pour séduire les étudiants.

Almodovar en larmes

Pour commencer : un choix audacieux avec le lancement d’un nouveau fil rouge LGBT. « Au lendemain du vote de l’Australie légalisant le mariage homosexuel, nous sommes heureux de proposer sept films dans cette mouvance. En Australie, il y a une tradition de festivals Queer et de Mardi gras. Dans un monde idéal, il ne devrait pas y avoir de différence entre ces films et les autres, mais là… nous avons eu envie de marquer le coup. » Parmi eux, les spectateurs auront le plaisir de découvrir 120 battements par minute, « Grand Prix à Cannes qui a laissé Pedro Almodovar en larmes à sa sortie ». Un film difficile qui fait corps avec l’esprit de groupe, sans pour autant ignorer le mélodrame intimiste. Outre la qualité de l’image « la musique est très belle » : un beau message sur le courage et l’engagement.

Amitié franco-australienne

++see-you-up-there 4En cette année du centenaire de l’amitié franco-australienne nouée pendant la grande guerre, le festival a également choisi de revenir sur 14-18 avec trois films très différents. Les gardiennes (de Xavier Beauvois), qui réunit à l’écran les mère et fille Nathalie Baye et Laura Smet est aussi une belle histoire de femmes. Au-revoir là-haut, tiré du prix Goncourt de Pierre Lemaitre, est « une grosse production » du réalisateur et acteur Albert Dupontel, un film au vitriol qui se déroule juste après la guerre. Enfin, Nos années folles (André Téchiné) raconte l’histoire vraie et troublante d’un soldat blessé qui se travestit en femme, avec l’aide de son épouse, pour ne pas retourner sur le champ de bataille.

Que du bon

rock-n-roll 14Dans la catégorie comédies, Philippe Platel évoque Aurore de Blandine Lenoir avec Agnès Jaoui, Jalouse (David et Stéphane Foekinos) avec Karine Viard ou Rock’n roll « un film foufou et délirant » de Guillaume Canet avec lui-même dans son propre rôle et Marion Cotillard. Ces oeuvres donnent aussi le ton de la production française 2017. « Pour moi, il n’y a que du bon » sourit Philippe Platel qui a du mal à ne retenir que quelques films alors que tous méritent le déplacement. « On a eu la chance que nos partenaires vendeurs et distributeurs jouent le jeu et nous soutiennent fortement. Je pense bien sûr aux Australiens, mais aussi à MK2 ou Gaumont. » Grâce à eux, la sélection est riche et il y en a pour tous.

Les enfants pourront ainsi voir Belle et Sébastien 3 par exemple. « Par ailleurs, je veux aussi mettre l’accent sur les documentaires qui sont bien plus que des documentaires », continue Philippe Platel. Avant sa sortie en salle, Braguino, de l’artiste visuel Clément Cogitore, a d’abord fait l’objet d’une installation vidéo dans le centre d’art Le Bal, créé à Paris par Raymond Depardon. Braguino raconte l’histoire de deux familles qui se retirent du monde pour vivre en Sibérie. « Un film âpre aux images magnifiques qui parle d’utopie et de relations humaines. » Enfin, le French Film Festival diffusera d’affilée trois épisodes de la série chorale Paris etc de Zabou Breitman pour Canal+, « un bel hommage aux Parisiennes » doublé d’un événement atypique.

Le Festival prendra ses marques dans les salles de huit grandes villes australiennes avec un coup d’envoi à Melbourne le 28 février. Le directeur artistique demeure discret sur les invités, réalisateurs ou acteurs, qui devraient faire le déplacement depuis la France « mais nous y travaillons et il y aura de belles surprises ». D’ores et déjà, il peut dévoiler une discussion à l’ACMI le 2 mars avec l’un des scénaristes de 120 battements par minute, Philippe Mangeot. L’édition 2018 du festival bénéficiera en outre du parrainage bienveillant et éclairé du critique David Stratton. C’est à lui que reviendra l’honneur et la charge de guider les cinéphiles dans les méandres de cet hommage annuel au cinéma tricolore. On compte sur lui !

Valentine Sabouraud

Alliance Française French Film Festival : Sydney (27/02 au 27/03), Melbourne (28/02 au 27/03), Canberra (01/03 au 28/03), Brisbane (08/03 au 04/04), Perth (14/03 au 04/04), Hobart (15/04 au 24/04), Adélaïde (22/03 au 15/04), Parramatta et Casula (05/04 au 08/04). Pour en savoir plus, cliquez ici.

>>> Article à retrouver en version anglaise là.

Légendes photos : images tirées  des films 1/ Aurore 2/ Au-revoir là-haut 3/ Rock’n roll

 —————————————-—————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Des idées, des commentaires ? Partagez-les avec redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: