fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLes caméramans, priés de ne pas zoomer sur le corps des surfeuses professionnelles
hqdefault

Les caméramans, priés de ne pas zoomer sur le corps des surfeuses professionnelles

NCT

Le mouvement #MeToo a atteint la ligue mondiale de surf : les gros plans sur les fesses des surfeuses sont dorénavant interdits. 

Les surfeuses ont reçu l’assurance de la part de la ligue mondial de surf, que leur postérieur ne serait pas diffusé sur les chaînes de télévision, ou du moins sans zoom.

Selon le magazine Stab, la ligue mondiale de surf à essayer de calmer le mouvement #MeToo naissant dans le milieu, en demandant aux caméramans de ne pas zoomer sur les surfeuses en bikini lors des compétitions. Les dirigeants de la ligue se sont retrouvés sur la Gold Coast, durant la dernière Quicksilver Pro compétition, pour mettre en oeuvre un plan d’action contre le harcèlement sexuel. Cette rencontre a été le moment de rappeler les règles et les responsabilités de chaque employé. «Pas de blague inappropriée. Pas le droit d’observer avec insistance une collègue ou une compétitrice. Egalité des genres durant toute la compétition. Tous les caméramans ont été avertis : ils doivent faire très attention à ne pas zoomer lors de changements de positions, ou lorsque les surfeuses plongent sous la vague. »

Les surfeuses en shorts apparaîtront donc sur des plus gros plans que celles en maillots deux pièces. Les stars australiennes Stephanie Gilmore et Sally Fitzgibbons portaient la semaine dernière des shorts lors des épreuves éliminatoires à Snapper Rocks. Mais d’autres compétitrices, comme Tyler Wright et Lakey Peterson, ont conservé leur bikini.

Certains observateurs ne sont pas convaincus par cette décision. «Elles ne vont pas changer leur tenue pour essayer de cacher quoi que ce soit. Elles vont contrôler les angles de la caméra pour être sûres que personne ne voit plus que ce qu’elles souhaitent exposer, » s’est exprimé un internaute. « Soyez prêts à voir leurs notes chuter cette année, » a commenté un second.

Dans un communiqué, la ligue mondiale de surf a expliqué à news.com.au « qu’elle enseignait régulièrement un code de conduites à ses employés. Nous tenons à véhiculer des standards de haute qualité. »

Source : news.com.au


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
drive
Share With: