fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLimiter la pêche d’un seul type de poisson pourrait reconstituer le corail
grande-barriere-corail-australienne

Limiter la pêche d’un seul type de poisson pourrait reconstituer le corail

NCT

Des chercheurs ont découvert que limiter la pêche d’un seul type de poisson pourrait protéger les récifs coralliens des effets les plus graves du changement climatique.

Peter Mumby et ses collègues de l’Université du Queensland ont étudié les récifs coralliens des Caraïbes. Ils expliquent que la mise en application d’une loi qui limiterait la pêche d’un seul type de poissons herbivores, le poisson-perroquet, permettrait aux récifs coralliens de continuer à grandir, en dépit du blanchissement des coraux et d’autres impacts liés au changement climatique.

Les récifs coralliens endommagés par le blanchissement des coraux ou les tempêtes peuvent se reconstituer lorsque les bébés coraux se fixent et se développent sur les vieux coraux morts. Toutefois, les nouvelles recrues doivent entrer en compétition avec les algues. Si ces algues triomphent sur le corail, le récif peut être perdu à jamais. Dans ce cas, l’écosystème serait envahi par les algues, et une large partie de la biodiversité serait également perdue.

Néanmoins, les poissons herbivores se nourrissent des algues, laissant ainsi une chance aux bébés coraux de survivre.

Interdire la pêche des poissons-perroquets mesurant moins de 30cm et limiter la pêche totale à 10 % de l’ensemble de la population, permettrait aux récifs de faire face au changement climatique.

Les récifs des Caraïbes sont parfaits pour cette étude, mais les résultats ne sont pas directement applicables aux récifs australiens, a indiqué M. Mumby.

« Les récifs caribéens possèdent le dixième du nombre d’espèces de coraux et de poissons que nous avons en Australie. Dans les Caraïbes, le poisson-perroquet est le poisson herbivore le plus commun », a-t-il expliqué à Guardian Australia.

Cependant, les résultats montrent que l’Australie devrait également prendre en considération une limite de la pêche des poissons herbivores pour protéger ses propres coraux, estime M. Mumby.

Source : The Guardian

Comments
drive
Share With: