Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuLycée Condorcet, le succès d’un établissement bilingue
Condorcet-portfolio

Lycée Condorcet, le succès d’un établissement bilingue

gjfood

Le Lycée Condorcet, installé depuis 2003 dans les locaux de l’ancienne Maroubra High School, dans la banlieue sud-est de Sydney, est aujourd’hui un établissement de référence et de prestige qu’on ne présente plus, comme en attestent les derniers résultats du Bac. Depuis plusieurs années, l’établissement dans sa globalité, de la maternelle jusqu’au lycée, a décidé de valoriser sa politique linguistique à travers un enseignement bilingue de qualité.

Comment se décompose-t-il ?

Tout d’abord, en plus des sorties culturelles faites en anglais, 30% de l’enseignement au primaire est réalisé dans la même langue, avec des enseignants français et australiens. Pour l’école élémentaire (de 6 à 11 ans), 19h de cours par semaine sont effectués en français. 4h sont consacrées à l’apprentissage de l’anglais avec en plus, une heure d’histoire et de géographie de l’Australie.

L’établissement va plus loin pour chercher à faire mieux. En effet, l’enseignement est complété par un apprentissage disciplinaire appelé EMILE (Enseignement par Matière intégrée à une Langue Etrangère). Les élèves auront donc accès à 45 minutes de cours de musique ainsi qu’à des enseignements mixtes qui reprendront une partie du programme français en anglais, à raison d’une heure par semaine. Comme nous l’explique le proviseur, Philippe Courjault: « Dans ces séquences-là, l’enseignant français est en retrait, il est là simplement pour débloquer des situations et s’assurer qu’il n’y a pas de barrière linguistique dans l’apprentissage d’une notion ».

Salle classe Condorcet

Une salle de classe du lycée Condorcet

L’EMILE est un dispositif appliqué aussi au collège. En effet, en plus des cours d’arts plastiques et de musique en anglais, les élèves ont une heure d’enseignement d’une matière dans la même langue: les maths en sixième, la technologie en cinquième, l’histoire-géographie en quatrième et la physique en troisième. L’objectif de ce dispositif : développer l’acquisition du vocabulaire et la mise en situation dans une autre langue. Et le résultat est là : tous les élèves ressortent bilingues.

En parallèle de cet enseignement, l’établissement propose une section européenne mise en place au lycée depuis 2015 dans laquelle les mathématiques et l’histoire-géographie sont enseignées partiellement en anglais. « Ici, l’objectif est d’ancrer davantage l’enseignement dans une culture de l’Europe qu’il est difficile de faire passer à nos élèves car nous sommes très loin de l’influence européenne », précise Philippe Courjault.

Une ambition linguistique tournée vers l’avenir

L’établissement voit même plus grand. Pour compléter ce panorama, en plus de la section européenne, une section internationale australienne verra le jour dans l’école. Elle est actuellement en cours de finalisation. Comme nous l’explique le proviseur : « Une partie de l’enseignement reposera sur les programmes australiens pour permettre à nos élèves de présenter l’option internationale australienne du baccalauréat ».

Une troisième section, orientale, sera en préparation à la suite de l’ouverture d’une LV2 chinois en 5ème.

Des résultats au rendez-vous et un enseignement du français qui plaît

Avec 100% de réussite au baccalauréat, le lycée Condorcet intéresse les familles. « Nos élèves ont toutes les cartes en main pour poursuivre leurs études en France ou en Australie » partage le proviseur. Pour la plupart (60%), ils poursuivent leurs études en France. 25% restent en Australie et 10% se dirigent vers le Canada.

« 30% de nos élèves viennent de familles australiennes et n’ont donc pas de lien direct avec la France » rapporte le proviseur. Pourquoi un tel intérêt ? « En Australie, la France bénéficie d’une très bonne image car c’est un pays de culture qui donne accès à un enseignement supérieur performant. Le français est aussi une des langues les plus parlées au monde ». Et les chiffres sont très positifs: « Nos effectifs connaissent une augmentation de 7 à 10% par an. En août 2013, nous accueillions 682 élèves. Ils sont 945 aujourd’hui ».

Une popularité croissante…qui a ses conséquences

Condorcet

Lycée Condorcet

Les capacités d’accueil de l’école ont été augmentées et plusieurs phases de travaux de rénovations sont en cours. Des salles de maternelle ont été rénovées, l’infirmerie modernisée. « Nous avons travaillé sur les services tels que la cantine et l’infirmerie, de manière à les dimensionner pour accueillir à terme 1 300 élèves » rapporte Philippe Courjault. « En 2018, nous prévoyons de lancer la construction d’un bâtiment pour accueillir la maternelle, le CP, le CE1 et l’administration dans un même bâtiment ».

Malgré le coût que représente ces travaux, l’établissement se veut vigilant et limite l’augmentation des frais de scolarité : « On est entre 2 et 2,5% d’augmentation des frais de scolarité par an ». Comme nous le rappelle le proviseur, l’inscription varie entre $9 000 et $16 000 par an. « Le projet est financé par 3 sources : de l’autofinancement, de l’emprunt et nos partenaires extérieurs. »

Avec l’augmentation générale de l’intérêt porté pour l’éducation du français en Australie, alimenté surtout par une hausse des ressortissants français qui s’y installent, il est fort possible que la capacité d’accueil soit atteinte d’ici quelques années, ce qui entrainera des listes d’attente. Des discussions pour répondre à ce problème sont prévues.

 

À lire aussi: « Résultats Baccalauréat: Le Lycée Condorcet de Sydney en haut de l’affiche »

Condorcet

 

 

Comments
tfm
Share With: