Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuMatt Kulesza, Australien et guide de voyage en Corée du Nord
NKOREA-LIFESTYLE

Matt Kulesza, Australien et guide de voyage en Corée du Nord

tfm

Le conseil officiel du gouvernement australien aux personnes souhaitant se rendre en Corée du Nord est « reconsider your need to travel » (en quelque sorte : assurez-vous que vous avez vraiment besoin d’y aller) — juste un cran en-dessous de son plus sévère avertissement, qui déconseillerait aux voyageurs de s’y rendre. Pour autant, cela n’entame pas la détermination de l’Australien Matt Kulesza. Guide de voyage pour une agence en Chine, il emmène régulièrement des touristes ayant le goût de l’aventure depuis Pékin en Corée du Nord, en visite guidée.

Ces voyages ne donnent qu’un maigre aperçu du pays. Les guides locaux gardent un œil attentif sur les touristes à qui l’on montre une version très aseptisée du pays, bien loin des réalités de ce régime opaque.

kulesza1M.Kulesza, qui a déjà visité six des neuf provinces de Corée du nord, affirme que l’état ermite n’est pas « l’endroit terrifiant » auquel les médias occidentaux voudraient que l’on croie. « Plus j’ai un lien personnel avec les gens avec qui je travaille dans ce pays, plus je veux essayer de montrer aux gens un autre versant de la Corée du Nord qui n’est pas souvent dépeint dans les journaux ou les documentaires », explique-t-il. « Il y a beaucoup d’autres chose intéressantes qui se passent dans ce pays que les tests de missiles et le régime de Kim Jong-un.

 

Peine de mort pour consultation de sites internet étrangers

M.Kulesza a accepté de partager un journal vidéo de son dernier voyage en Corée du Nord. Tout commence avec un briefing : une vingtaine de voyageurs sont groupés autour de M.Kulesza alors qu’il détaille ce qu’on peut et ne peut pas faire pendant la visite. Après une nuit de repos, M.Kulesza accompagné de trois guides Nord-Coréens emmènent le groupe visiter les principaux monuments du régime : le Grand Monument Mansudae — un mémorial en l’honneur des pères fondateurs de la nation ainsi qu’une station du métro de Pyongyang, qui sert aussi d’abri anti-atomique à une profondeur de 110m. Le métro est impressionnant, décoré de mosaïques artisanales et de peintures murales réalisées il y a presque 5 ans.

La prochaine visite est celle de la Grande Maison des Etudes du Peuple. Il s’agit de la bibliothèque centrale, qui comprend 600 pièces dont la plupart sont vides. Sur place, on montre au groupe l’accès internet, mais il est seulement connecté à une douzaine de sites gouvernementaux Nord-Coréens. Tous les sites étrangers sont interdits et le fait de les consulter expose à de graves sanctions pouvant aller jusqu’à la peine de mort.

 

Ce sont juste des gens normaux et sympas

Lors de ses nombreux voyages, M.Kulesza s’est lié d’amitié avec certains locaux et affirme que les Nord-Coréens ne sont pas ces automates au cerveau lessivé que les actualités ou la culture populaire nous décrivent. « Quand vous allez là-bas avec des touristes, les locaux ne parlent pas de tout ça (la propagande), ils sont juste eux-mêmes, normaux et sympas. Ils tirent le meilleur parti d’une situation qu’ils ne contrôlent pas… ils n’ont pas choisi où ils sont nés. Ils font au mieux avec leur situation particulière. »

M.Kulesza conduit ensuite les visiteurs au palais des enfants de Mangyongdae, un auditorium luxueux où des enfants habillés en costume traditionnel dansent et chantent pour le public. Entre les performances, une vidéo de tir de missiles apparaît sur l’écran et le spectacle tourne à la glorification du programme nucléaire.

 

« Un voyage dans le temps dans un autre univers »

D’après M.Kulesza, les démonstrations de pouvoir militaire sont souvent mal interprétées. « La vision des gens à qui j’en ai parlé, c’est que ce n’est qu’une défense ; ils ne veulent pas attaquer la Corée du Sud ou les Etats-Unis mais se sentent menacés par eux. »

Le tour se termine par une visite dans la zone démilitarisée, une bande de terre qui traverse toute la péninsule coréenne. Il a été établi par l’Accord d’Armistice Coréen et sert de zone tampon entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

Alors que le voyage se termine, le groupe retourne à la gare, salue une dernière fois les guides locaux et partage se impressions sur le voyage. « Ça ouvre les yeux, c’est comme de faire un voyage dans le temps dans un autre univers, et de découvrir un fonctionnement totalement différent de celui du monde occidental », résume Beth Blount, un professeur britannique dont c’était le premier voyage en Corée du Nord.

 

Source : abc.com.au

 

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
franckprovost
Share With: