Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuAustralieMelbourne-Alice Springs aller-retour : 5 057 km de road trip dans la poussière
jucy_small

Melbourne-Alice Springs aller-retour : 5 057 km de road trip dans la poussière

nbarney

Il y a des voyages dont on rêve depuis toujours et celui qui mène à Uluru est de ceux-là. Site sacré entre tous, figure de proue de l’outback australien, il méritait d’être le centre (rouge) d’une aventure hors norme en campervan, avec cup noodles, polaires et appareil photo. Attention à la poussière : c’est parti !

Départ de Melbourne… mais quelle idée de partir en hiver 

La saison du départ (début juillet) a été « judicieusement » choisie pour éviter la chape de plomb de l’été. Oui mais voilà, quand le campervan que vous avez réservé depuis des mois est en maintenance technique, vous n’avez d’autre choix que de vous rabattre sur le modèle plus petit qu’on vous propose deux jours avant de prendre la route. Dans le véhicule, deux voyageurs sur quatre devront dormir dans un penthouse en toile fine monté à la manivelle sur le toit… glagla (-1° la nuit). En outre, l’espace vivable sera encore réduit quand on aura embarqué les trente litres d’eau, les quatre couettes, les provisions et le matériel photo.

Jusqu’à 847 km en une journée, soit le trajet d’Adélaïde à Coober Pedy

Vous tirez la langue à l’idée de faire Paris-Marseille dans la journée ? Petits joueurs ! Dans cette aventure : les journées sont courtes (car on ne conduit pas la nuit), les distances sont longues et les possibilités d’arrêt se comptent sur les doigts de la main. Il y a cependant des aires de repos (généralement sans toilettes, rarement avec abri, mais parfois avec un arbre) et surtout LA POMPE À ESSENCE, véritable centre névralgique où les voitures s’alignent pour faire le plein. On touche du bois pour qu’elle soit ouverte et on en profite pour acheter un filet anti-mouches à placer sous ou sur votre casquette.

Rencontres ratées ou inattendues

Envie d’affronter des bêtes féroces ? De ce côté-là : déception. Mouches mises à part, le bilan de ce périple est maigre : de beaux rapaces, trois émeus et une araignée. Il aura fallu foncer au Alice Springs Desert Park pour voir enfin des spécimens de faune locale. Pour le reste, d’innombrables carcasses de kangourou, de vache et de voiture. Heureusement, quelques personnalités méritent le détour : le guide ésotérique de la mine d’opale, le sauveteur de kangourou, l’artiste aborigène joueur de didgeridoo ou le campeur à qui vous tapez la causette devant le barbecue… Quant au drôle de type qui écoute de la musique au milieu de trous de cratère avec son chien et son panneau solaire… il fera travailler les imaginations fertiles : anthropologue excentrique ou pervers en cavale ?

Visions martiennes, africaines ou américaines

Quand Uluru et Kata-Tjuta déploient leur charme rougeoyant, vous savez que vous êtes au cœur de l’Australie. Mais sur le bord de la route, un paysage de savane s’offre à vos yeux incrédules et les immenses plaines bordées de rochers ont des airs de Far West. A Coober Pedy, les cônes de sable blanc évoquent le terrain d’atterrissage d’un vaisseau spatial. Mais le mieux finalement, ce sont les ciels et le coucher de soleil. À Uluru, on se presse sur le parking dédié. Et quand la nuit tombe, les flashes crépitent depuis les 4×4 et caravanes venus pour l’occasion. Au camping, un Australien venu deux fois voir le lever du soleil compte bien revenir au crépuscule. « J’ai attendu 48 ans pour voir ça, je ne m’en lasse pas » déclare-t-il. On ne le comprend que trop bien.

Coober Pedy

Coober Pedy

Henbury meteorite craters

Henbury meteorite craters

Uluru au coucher du soleil

Uluru au coucher du soleil

Quelques idées des distances :

Melbourne-Adélaïde : 728 km

Adelaïde-Coober Pedy : 847 km

Coober Pedy- Yulara (à 20km de Uluru) : 687 km

Yulara-Alice Springs : 465 km

Bonnes adresses :

Campervan – sans garantie sur le véhicule qui sera mis à disposition : JUCY.

Pause insolite entre Melbourne et Adelaide : Silo art à Coonalpyn.

Tétée des Joey à Coober Pedy : Josephine’s Gallery et Kangaroo orphanage.

Camping souterrain un peu flippant à Coober Pedy : Riba’s (on peut zapper la visite de la mine).

Camping cool, propre et pas cher à Alice Springs : G’Day Mate.

A lire aussi l’article « I did not climb Uluru » de Clémence Fernet ici.

(C) Photos : Valentine Sabouraud

Comments
aircalin
Share With: