Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuMelbourne Award pour le Bastille Day French Festival !
melb-awards-carousel898

Melbourne Award pour le Bastille Day French Festival !

multifocus

20645136_1952555475001655_629663056445173695_oCocorico ! Ce samedi 18 novembre, la ville de Melbourne a officiellement récompensé le Bastille Day French Festival en lui décernant un Award pour sa « contribution au multiculturalisme » (catégorie corporation). Une belle reconnaissance pour cet événement majeur, destinée à célébrer de façon conviviale la plus emblématique des fêtes françaises.

La célébration d’un week-end de partage en bleu blanc rouge…

Il y a trois ans, les associations du Victoria décident de se réunir sous l’égide du Consulat Général Honoraire de France à Melbourne pour organiser ensemble la fête du 14 juillet. Mis sur pied, le festival prend ses marques au sein de la State Library Victoria, un lieu prestigieux, mais finalement trop étroit pour l’événement qui grandit. En 2017, il s’installe dans les 2500 m2 du Meat Market, au nord de la ville… un pari risqué, mais gagnant.

20645215_1952555691668300_861670068153018790_o

5 groupes ont proposé 8 performances

Aux côtés des associations, de nombreux ambassadeurs de la gastronomie, de l’art de vivre de l’éducation ou des technologies françaises sont présents. On peut y faire son marché, mais aussi participer à des conférences ou ateliers et même assister à des concerts. Cette année, cerise sur le drapeau, le festival a aussi pu compter sur a présence de l’humoriste franglais Paul Taylor. 7000 personnes ont participé dont 59% d’Australiens. Les résultats sont là et l’enthousiasme aussi : « Make it bigger, with more everything – more market stalls, more food and drink, possibly a second stage, more art etc. – love the event* » écrit un participant.

Sur un petit nuage…

« Cet award est un magnifique cadeau qui va nous obliger à être encore meilleurs l’année prochaine » a déclaré Charlotte Diethelm, project manager du BDFF très émue. « Cela prouve aussi qu’ensemble, on est plus forts. » Elle souligne qu’elle a eu la chance d’avoir un noyau dur de collaboratrices formidables : Ann-Elizabeth Brodbeck et Chloe Ginisty.

23658840_10213878831781431_101412901932446435_n

Photo de groupe, avec Robert Doyle, maire de Melbourne à gauche

Myriam Boisbouvier-Wylie, Consule générale honoraire de France à Melbourne et présidente-fondatrice du festival se rappelle les premiers pas du comité organisateur « Nous étions cinq au départ et il a fallu de nombreuses tables rondes pour structurer l’événement. » En trois ans seulement, elle se félicite de l’ampleur qu’il a pris. « Nous avons réussi à créer un rendez-vous fédérateur que chacun s’est approprié : les associations, qui sont de plus en plus nombreuses à nous rejoindre, mais aussi les petits business ou les écoles du Victoria, publiques et privées… sans compter les sponsors. »

20645477_1952554768335059_562225280320981504_o

Galerie 17, nouvelle cette année

Elle tient à remercier les fidèles du début qui ont fait le pari de la réussite, ainsi que la FACCI (French Australian Chamber of Commerce) et l’Alliance française de Melbourne. Cette année, sa reconnaissance va aussi « aux artistes et plasticiens qui nous ont fait confiance, aux musiciens dont les cachets ont été symboliques, aux professeurs de renom comme Peter Mc Phee ou Alice pébay qui ont accepté d’animer des conférences d’un niveau académique exceptionnel. » Les volontaires, nombreux, ne sont pas oubliés car « sans eux, le festival n’existerait pas. »

En complétant le fastidieux dossier de candidature des Melbourne Awards, Myriam Boisbouvier-Wylie pensait surtout se plier à un exercice de style tant la qualité des finalistes lui semblait difficile à égaler. En outre, « trois ans d’existence, c’est peu (…) Nous ne partions pas perdants, mais nous n’étions pas certains de gagner ». Le prix a donc été une vraie surprise et un grand honneur. Elle rend hommage à Robert Doyle, à la ville de Melbourne et au jury dont le président lui a assuré qu’il n’y avait pas eu débat sur la désignation du lauréat. C’était Bastille Day French Festival qui devait l’emporter.

Ce matin, au réveil, Myriam Boisbouvier-Wylie était encore sur un petit nuage. Elle a eu une pensée émue pour le business angel qui a soutenu l’aventure en toute discrétion et qui permettra au festival de voler de ses propres ailes l’année prochaine avec une équipe autonome et renouvelée. Elle songe aussi à son père récemment décédé. Parmi tous les messages de félicitations reçus, il ne manquait que le sien.

Valentine Sabouraud

* Faites-le plus grand, avec plus de tout – plus de stands, plus de nourriture, plus de boissons – pourquoi pas une deuxième scène, plus d’art etc. J’adore cet événement.

Les Melbourne Awards sont décernés depuis plus 10 ans par la mairie. Présentés comme une merveilleuse « accolade » ils récompensent les réussites les plus inspirantes des personnes et associations dont la passion et l’engagement ont contribué à faire de Melbourne la ville la plus agréable à vivre au monde. Les candidatures doivent être présentées, puis des finalistes sont sélectionnés par un jury. Les lauréats sont récompensés lors d’une soirée de gala.

Tous les résultats des Melbourne Awards 2017 

> Melburnian de l’année : Susan Alberti AC

> Contribution à la protection de l’environnement :

Richard Thomas (Wormlovers Pty Ltd) et The Royal Agricultural Society of Victoria

> Contribution à la communauté :

Pauline Gandel Children’s Galley, Melbourne Museum et ILBIJERRI Theatre Company

> Contribution au rayonnement :

The Mulberry Group et Melbourne International Comedy Festival

> Contribution au multiculturalisme :

Bastille Day French Festival Inc. et Behind the Wire, Immigration Museum (dont nous avions déjà parlé).

———————————————————

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
franckprovost
Share With: