Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuAustralieMiel de manuka : quelles sont ses véritables vertus médicinales ?
Manuka

Miel de manuka : quelles sont ses véritables vertus médicinales ?

aircalin

Le miel de manuka (Manuka Honey), originaire d’Australie et de Nouvelle-Zélande, est souvent crédité de multiples vertus médicinales. Il serait efficace en cas d’allergies, rhumes, maux de gorge, ou encore gingivite. Il pourrait aussi soigner les infections à staphylocoques et différents types de plaies.

Si l’on en croit ce qu’on peut lire ici et là, le miel de manuka aurait même des vertus énergisantes ou encore détoxifiantes ; il pourrait abaisser le taux de cholestérol, soigner le diabète, améliorer le sommeil, renforcer la tonicité de la peau, freiner la chute des cheveux et même éliminer les frisettes (!) et les pointes fourchues.

Certaines de ces assertions sont évidemment farfelues, mais d’autres ont été validées par la science. Un article publié dans The Conversation a fait le tri entre croyances et vérité scientifique.

 

Un remède utilisé depuis la nuit des temps

Le miel est utilisé en médecine depuis des temps immémoriaux, comme en attestent des peintures rupestres, gravures et textes sacrés issus de différentes cultures anciennes. Il était employé pour soigner des maux très divers (infections des yeux, de la gorge, gastroentérite et affections respiratoires) mais un usage revient plus souvent que les autres : le miel, comme remède aux plaies et infections de la peau.

 

Le miel dans la médecine moderne

L’utilisation médicale du miel est tombée dans l’oubli lorsque sont apparus les antibiotiques, au milieu du 20ème siècle. Mais avec l’apparition de germes résistants (à un, plusieurs ou même tous les antibiotiques), les solutions alternatives susceptibles de contrôler ces pathogènes ont de nouveau intéressé les scientifiques.

Grâce à ces études récentes, nous savons désormais que le miel possède des propriétés antimicrobiennes : le fort taux de sucre couplé au pH bas trouvés dans le miel inhibe la croissance microbienne.

On a également découvert que certains miels conservent leur propriété désinfectante même lorsqu’ils sont très dilués. De nombreux types de miel produisent en fait du peroxyde d’hydrogène (en solution, il devient l’eau oxygénée). Cela se produit lorsque la glucose oxydase, une enzyme sécrétée par les abeilles lorsqu’elles font le miel, réagit avec le glucose et les molécules d’oxygène présentes dans l’eau. Lorsque le miel est utilisé pour traiter une plaie, il draine l’eau des tissus, avec laquelle il réagit pour produire du peroxyde d’hydrogène, ce qui désinfecte la blessure.

Cette propriété antimicrobienne varie beaucoup en fonction des miels : certains sont jusqu’à 100 fois plus efficaces que d’autres.

 

Les propriétés particulières du miel de manuka

Le miel de manuka est fabriqué à partir du nectar de Leptospermum scoparium, un arbrisseau dont on trouve une seule espèce en Nouvelle-Zélande et près de 80 en Australie. Ce miel particulier contient un actif antimicrobien supplémentaire : le méthylglyoxal (MGO).

Les propriétés antimicrobiennes du miel de manuka ont été testées sur un éventail de germes, notamment ceux que l’on trouve dans les plaies infectées. Il a été démontré que ce miel pouvait bel et bien inhiber le développement microbien y compris des pathogènes ayant développé une résistance aux antibiotiques.

Le miel de manuka peut également éliminer certains streptocoques (responsables des angines) et staphylocoques (responsable des infections à staphylocoques dorés).

Il faut cependant noter que la quantité de MGO est très variable selon les miels de manuka, et que tous n’ont pas une forte action antimicrobienne.

En plus de son activité désinfectante sur les infections cutanées, le miel est un produit non toxique pour les cellules des mammifères, qui permet de maintenir la plaie hydratée (facteur favorisant la guérison), qui possède une action anti-inflammatoire et qui de ce fait réduit le temps de guérison et de cicatrisation.

Le miel, et en particulier le miel de manuka, ont en effet été utilisés avec succès pour toutes sortes d’affections de la peau, allant du traitement des plaies infectées et non infectées aux brûlures et incisions chirurgicales, en passant par les escarres, les lésions à méningocoques, les effets secondaires de la radiothérapie et la gingivite.

 

Que deviennent ses propriétés quand on l’ingère ?

Le miel de manuka est généralement commercialisé pour être consommé. Bien qu’il puisse localement agir sur une infection de la gorge ou une gingivite, ses composants ayant une action antimicrobienne ne résistent pas à la digestion. Cependant la consommation de miel — qu’il soit de manuka ou pas — apporte d’autres bénéfices : anti-inflammatoires, anti-oxydants et prébiotiques.

En revanche, aucune étude n’a pu démontrer son effet sur les allergies saisonnières, ni son action anti-cancérigène. La science n’a pas non plus réussi à mettre en évidence son action sur le taux de cholestérol, le diabète ou le sommeil. Quant aux allégations de détoxification de l’organisme, elles sont sans fondements. Il en est de même pour ses supposées propriétés anti-âge et cosmétiques.

 

Le miel de manuka n’est donc pas ce « super aliment » qui peut nous guérir de tout. Mais ce qui est certain, c’est qu’il est largement sous-utilisé pour les traitements topiques de plaies, ulcères et brûlures, notamment dans le contexte du développement inquiétant de nombreuses résistances des germes pathogènes aux antibiotiques.

 

Source : www.abc.net.au

>>> Suivez-nous sur Facebook
>>> Abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Courrier Australien

 

Comments
rugby
Share With: