fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuMiels frauduleux : de nombreuses marques épinglées en Australie
Miel

Miels frauduleux : de nombreuses marques épinglées en Australie

gjfood

L’une des marques les plus connues de miel en Australie et certaines chaînes de supermarché sont accusées de vendre du miel frauduleux.

Pour presque la moitié des échantillons de miel testés par le laboratoire international QSI, les analyses ont montré qu’ils contenaient autre chose que le précieux nectar des abeilles. Tous les miels épinglés sont des mélanges de miel australien et de miel importé.

C’est, par exemple, le cas du Mixed Blossom Honey du plus grand producteur et revendeur de miel en Australie, Capilano, dont la majorité des échantillons testés révèle que contrairement à son étiquette « 100% miel », il a été coupé avec une autre substance. La célèbre marque de miel australien nie farouchement tout problème avec ses produits et affirme que les moyens d’analyse utilisés (par résonance magnétique nucléaire, RMN) diffèrent du test officiel.

C’est justement là que le bât blesse : le laboratoire spécialisé qui a conduit l’étude a analysé 28 échantillons de miel en utilisant les deux méthodes – officielle et RMN. Or les résultats sont très différents : par RMN, 12 échantillons sur 28 ont été détectés comme adultérés, parmi lesquels le miel Black and Gold de chez IGA, le miel Bramwell de chez ALDI et le miel Capilano. Mais en utilisant la méthode de test officielle, tous les miels étaient conformes…

Le laboratoire QSI est spécialisé depuis 30 ans dans la détection de fraudes dans le miel. Sa directrice, Gudrun Beckh, a toute confiance dans la fiabilité de la méthode par RMN, basée sur de très nombreuses analyses comparatives réalisées pour toutes sortes de clients. Elle explique : « Le miel coupé a toujours existé mais depuis quelques années, les personnes à l’origine de la fraude utilisent des méthodes de plus en plus sophistiquées qui rendent la détection plus compliquée. » Elle ajoute que dans tous les miels frelatés, c’est la partie en provenance de Chine, et non d’Australie, qui est frauduleuse. En effet, les fraudeurs — souvent des organisations criminelles chinoises —  n’hésitent pas à couper leur miel avec un sirop de riz ou de betterave pour le revendre au prix fort.

Beechworth Honey, deuxième plus grande marque de miel en Australie, n’utilise que du miel australien. D’après sa directrice Jodie Goldsworthy, le problème du miel adultéré, notamment en provenance de Chine, est connu depuis longtemps dans le milieu, mais n’a jamais été révélé au grand public de peur de nuire à la réputation du produit. « Ce silence a permis le développement de cette pratique. Il est temps d’y remédier, avant qu’il soit trop tard ».

Avec de nombreux experts parmi lesquels Phil McCabe, président de l’International Federation of Beekeepers Association (Apimondia), elle plaide en faveur d’un changement de méthode d’analyse officielle au profit de la RMN.

 

Source: abc.net.au


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: