Le jeune homme qui a sauvé samedi soir à Paris un enfant de quatre ans suspendu dans le vide au 4e étage d’un immeuble se nomme Mamoudou Gassama, et est un sans papier originaire du Mali, a indiqué dimanche Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo.

« Le jeune homme qui a sauvé un bébé rue Marx-Dormoy en escaladant trois étages est sans papier arrivé du Mali en Septembre. Avis à ceux qui crachent sur les migrants à longueur de journée. Merci Mamoudou Gassama », a tweeté l’adjoint PCF à la maire de Paris, en charge du logement.

Un peu avant, Anne Hidalgo avait félicité le jeune homme: « Un grand bravo à Mamoudou Gassama pour son acte de bravoure qui a permis de sauver hier soir la vie d’un enfant. J’ai eu plaisir à m’entretenir avec lui aujourd’hui par téléhpone, afin de le remercier chaleureusement », a-t-elle réagi sur Twitter.

Présenté par de nombreux médias comme un héros, Mamoudou Gassama a raconté à BFMTV avoir « vu beaucoup de monde en train de crier, et des voitures qui klaxonnaient ». « Je suis sorti, j’ai couru pour regarder les solutions pour le sauver. J’ai réussi à attraper le balcon, je suis monté comme ça et Dieu merci, je l’ai sauvé », a-t-il encore réagi.

Les faits se sont déroulés dans le XVIIIe arrondissement vers 20h.

La scène, spectaculaire, où l’on voit le jeune homme escalader à mains nues et en 30 secondes environ quatre balcons de la façade de l’immeuble jusqu’au 4e étage, pour récupérer l’enfant qui se trouvait suspendu par une main, dans le vide, à l’extérieur du balcon, a été filmée par des passants ébahis.

A la suite de ces faits, le père de l’enfant a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte du chef de « soustraction à une obligation parentale », qui a été confiée à la brigade de protection des mineurs, a-t-on précisé de source judiciaire.

Le jeune homme de 22 ans sera lui reçu lundi matin à l’Elysée par Emmanuel Macron, a annoncé dimanche soir à l’AFP l’entourage du chef de l’Etat. « Cet acte d’une immense bravoure, fidèle aux valeurs de solidarité de notre République, doit lui ouvrir les portes de notre communauté nationale », a ensuité twitté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.