Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuQuand la poésie française attire les petits Australiens à Melbourne
berthe

Quand la poésie française attire les petits Australiens à Melbourne

multifocus

L’Alliance Française de Melbourne bruisse de voix enfantines. On sent une bonne odeur de chocolat chaud. L’établissement accueille aujourd’hui les écoles primaires de Bolinda et Malmsbury qui viennent passer le concours Berthe Mouchette, une compétition de récitation de poésie bien connue de l’état du Victoria puisqu’elle est organisée ici depuis 123 ans.

Eddie et Frankie, year 5 (équivalent CM1) sont déjà passés devant leur jury. Ils ont appris « Les crayons de couleur » de Corinne Albaut. « J’étais très nerveux dans le couloir, mais tout s’est bien déroulé.«  affirme Frankie. Sa classe a fait 1h30 de trajet pour venir jusqu’à St Kilda depuis les Macedon Ranges*. Le retour sera tout aussi long. Une sacrée expédition. « Nous avons pris le train puis le tramway » explique Jacqueline Lee, sa maîtresse. Certains de ses petits élèves ne sont jamais venus à Melbourne. Outre l’expérience du français, le concours offre aussi à ces enfants l’occasion de venir en ville et d’expérimenter, parfois pour la première fois, les transports en commun.

Les jeunes Keira, Emma et Freya (year 5 et year 6) sont ravies elles aussi. Passer le concours ne leur a pas coupé l’appétit et elles mordent à pleines dents dans un pain au chocolat. Elles ont « bien fait » dans l’ensemble. La maman de l’une d’elles a appris un peu de français dans sa jeunesse. Elle aura donc pu aider sa fille à réviser. Les autres se sont débrouillées seules avec leur professeure, une chance qui ne pourra pas se prolonger longtemps. La plus âgée, qui entrera au collège en 2018, devra arrêter le français. Dans son nouvel établissement, elle aura le choix entre… chinois ou indonésien.

« C’est le souci, explique la maîtresse, le français est souvent enseigné dans les collèges privés. Dans le public, c’est beaucoup plus rare, surtout à la campagne. » Jacqueline Lee n’est pas défaitiste pour autant et elle encourage ses élèves à continuer en activité extra-scolaire. Frankie, qui est allé à Paris et dans le sud de la France l’année dernière, sera peut-être de ceux-là. Il sait déjà dire « bonjour », « ça va » et « salut »… quelques mots qu’il déclame avec un plaisir.

Jacqueline Lee a vécu à Gisborne, à une soixantaine de kilomètres de Melbourne. C’est là qu’elle a découvert le français et qu’elle s’est prise de passion pour la langue. Elle a continué ses études à l’université de Monash à Melbourne. Elle est professeure depuis 4 ans maintenant, s’affairant dans quatre écoles primaires différentes. Chaque année depuis le début de sa vie professionnelle, elle fait participer ses élèves au concours Berthe Mouchette. Elle aime l’expérience globale et ces allers-retours à Melbourne ne la dérangent pas du tout. En 2016, elle est même venue pour le premier round, la finale et la remise de prix. Elle recommencera peut-être cette année si ses élèves ont bien fait. Le jury du jour, Nicole Cousins, est confiante. Elle n’a pas le droit de donner les notes mais elle a un sourire optimiste. « J’essaie de mettre les enfants à l’aise explique-t-elle, c’est important de les encourager. Certains ont très bien récité malgré le trac. » Les jeunes candidats l’ont d’ailleurs trouvée « très gentille ». Une première liste de finalistes sera officialisée en juillet prochain.

J_Lee

J. Lee la maîtresse

Nicole_V

N. Voisins, jury du jour

Quelques mots sur la concours Berthe Mouchette

Il est ouvert à tous les élèves de français du Victoria, ainsi qu’aux francophones de year 3 à year 12 (à peu près CE2 à terminale). Les enfants participent, selon leur niveau, en choisissant de réciter un poème parmi quatre au choix. Les years 11 et 12 sont également jugés sur leurs compétences orales puisqu’ils doivent tenir une conversation ou présenter un sujet de discussion. Le jury, de langue maternelle française, accueille les candidats à l’Alliance Française ou se déplace dans les établissements participants. Une finale confronte les meilleurs éléments. Le 1er prix est un voyage en immersion de 6 semaines en France offert par AFX Student Exchange. Des places de cinéma,  livres et DVD sont également remis. Cette année, 14 416 élèves de 111 établissements participent. Retour sur images ici.

* Magnifique région rurale à 70 km au nord-ouest de Melbourne.

Comments
apc
Share With: