fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuRésidence permanente : bientôt un test d’anglais obligatoire ?
Untitled design

Résidence permanente : bientôt un test d’anglais obligatoire ?

franckprovost

Après avoir échoué à relever le niveau d’anglais nécessaire pour obtenir la citoyenneté australienne, le gouvernement Turnbull réfléchit désormais à imposer un test d’anglais aux candidats à la résidence permanente.

Pas de résidence permanente sans parler anglais : c’est, en substance, le souhait affiché par le ministre du multiculturalisme et de la citoyenneté Alan Tudge dans une conférence de presse ce jeudi matin. Face au nombre croissant de résidents permanents non anglophones, le ministre a annoncé envisager notamment l’obligation d’un niveau minimal d’anglais comme condition à l’obtention de la résidence permanente.

« Il est inquiétant de voir qu’il y a aujourd’hui près d’un million de personnes en Australie qui ne parlent pas anglais, dès lors que cela n’est ni bénéfique pour les migrants concernés, ni pour la cohésion sociale en général », a affirmé M. Tudge, avançant qu’il y aurait « jusqu’à un tiers de non anglophones » dans certains quartiers des villes australiennes. D’après les chiffres fournis par le gouvernement, 820 000 résidents permanents maîtrisaient peu ou pas du tout l’anglais en 2016, contre 300 000 en 1981.

En plus de la création d’un nouveau test d’anglais conditionnant l’accès à la résidence permanente, Alan Tudge a en outre annoncé que le gouvernement considérait à l’heure actuelle d’autres options, parmi lesquelles le suivi obligatoire de cours d’anglais pour tous les candidats.

Niveau « école primaire »

Si tous les candidats à la citoyenneté sont soumis à une épreuve d’anglais, seuls les candidats à la résidence permanente étant en skilled visa ou student visa doivent à l’heure actuelle démontrer leur niveau d’anglais. Leurs conjoint et enfants sont, eux, dispensés de test, de même que tous les candidats ayant un visa d’une autre catégorie, et les réfugiés.

Quant aux cours de langue, le gouvernement offre déjà 510 heures gratuites d’apprentissage de l’anglais à tout migrant arrivant en Australie et ne maîtrisant pas la langue de Shakespeare, mais sans aucun caractère obligatoire.

Sur le contenu de test d’anglais, le premier ministre Malcolm Turnbull a seulement déclaré que le tout nouveau test viserait à évaluer un niveau « école primaire » et mettrait avant tout l’accent sur les compétences « conversationnelles », expliquant que « Tout le monde devrait reconnaître que nous avons tous un intérêt personnel à être capable de parler, discuter et tenir une conversation dans notre langue nationale ».

Ambitions à la baisse pour la citoyenneté

Si aucune date n’a encore été annoncée quant à l’entrée en vigueur de ce test ou des cours obligatoires, la réforme pourrait être présentée au Parlement par le gouvernement dès cette année, en même temps qu’une nouvelle tentative de relever le niveau d’anglais demandé pour l’accès à la citoyenneté.

Fin 2017, le gouvernement Turnbull avait en effet échoué à imposer un test d’équivalent IELTS 6 (niveau universitaire) à tous les futurs candidats à la citoyenneté, après que le projet de loi ait été bloqué par le Sénat. Ce matin, M. Tudge a confirmé que le gouvernement comptait toujours élaborer un nouveau test, et que celui-ci pourrait prendre la forme d’une épreuve créée sur mesure pour l’accès à la citoyenneté qui inclurait incluant notamment le test en projet pour les candidats à la résidence permanente.

« Nous étudions la possibilité d’élaborer un test spécifiquement australien, créé seulement pour l’accès à la citoyenneté australienne, a expliqué Tudge. Ce que nous ne voulons pas avoir en Australie, c’est une situation comme on en voit parfois en Europe où des communautés séparées émergent, à l’opposé total de la tradition australienne de mélange des communautés ». 

Le gouvernement devrait donner plus de détails sur les réformes de la résidence permanente et de la citoyenneté dans les prochains jours.

Sources : sbs.com.au ; abc.net.au


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: