Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuAustralieRévélations surprenantes de Jackie Chan : « je suis Australien et mon père était un espion »
jackie-chan

Révélations surprenantes de Jackie Chan : « je suis Australien et mon père était un espion »

rugby

« Je suis Australien », c’est ce que la célèbre star des arts martiaux née à Hong-Kong, Jackie Chan, a affirmé le weekend dernier lors de sa tournée promotionnelle pour son nouveau film d’animation Lego Ninjago, Le Film.

C’est l’une des surprenantes révélations sur l’enfance méconnue et pourtant fondatrice de Jackie Chan, qui a grandi à Canberra, et sur le lien de longue date de ses parents Charles et Lee-Lee Chan avec l’Australie — tous deux enterrés à Canberra.

 

« Mon père était un espion »

Chan a aussi livré un autre scoop : son père était un espion. Jackie n’était pas au courant à l’époque et n’a découvert ce secret que récemment.

M.Chan se cachait à l’ambassade américaine de Canberra : nationaliste chinois, il avait initialement fui la Chine vers Hong Kong pour éviter d’être emprisonné par les communistes.

Jackie Chan a cependant passé la majorité de son enfance loin de ses parents. Tandis qu’ils vivaient à Canberra, lui a grandi à Hong Kong dans un internat où il s’entraînait aux arts martiaux et aux acrobaties. Ce n’est qu’une fois adolescent qu’il les a rejoints définitivement en Australie.

Sa première impression a été celle d’un grand vide. Il se souvient des rues « désertes à cinq heures du soir » de Canberra, qui contrastaient fortement avec les foules qu’il avait connues à Hong Kong. Très vite, la barrière de la langue s’avère un problème. « Mon père me laissait au centre commercial le matin en partant au travail, avec de l’argent pour me nourrir. Mais comme je ne parlais pas un mot d’anglais, j’avais du mal à m’acheter à manger. Je mourais de faim quand mon père me récupérait. C’est là que j’ai décidé d’apprendre l’anglais ».

 

Un prénom qui lui vient d’Australie

Connu dans le monde entier sous le nom « Jackie Chan » après avoir réalisé et/ou joué dans plus de 100 films hollywoodiens et asiatiques, dont les Police Story et Rush Hour, Shangaï Noon et The Tuxedo, Chan a porté plusieurs noms. Lorsqu’il était scolarisé à Dickson College dans l’ACT, il était connu sous le nom de « Steve ». Et autour de l’ambassade américaine à Canberra, où ses parents travaillaient, les gens l’appelaient Pao.

« Quand je suis arrivé à l’école, on m’a demandé quel était mon nom, j’ai répondu : Chan Kong-San. Le professeur a dit : non, tu t’appelles Steven », se rappelle-t-il. Mais il n’a pas gardé ce nom très longtemps. « J’ai trouvé un boulot sur un chantier. Le propriétaire m’a demandé quel était mon nom. Mon copain chauffeur à l’ambassade, qui m’avait accompagné, s’appelait Jack, alors je me suis appelé Jack ».

 

Un retour aux sources

A la lumière de ces révélations concernant l’enfance de Jackie Chan, on imagine que ce n’est sans doute pas un hasard si c’est un fils éloigné de son père qui est au centre de son nouveau film. Un groupe de jeunes Ninjas combattent le diabolique chef de guerre Garmadon qui essaie d’envahir Ninjago, la ville des Ninja. Garmadon est le fils du Ninja vert Lloyd, dont il a été séparé.

Le film a été réalisé à Sydney par le studio d’animation Animal Logic et Chan a tourné des scènes d’action à Sydney, jouant le personnage de Master Wu, auquel il prête aussi sa voix pour la version en lego.

Profitant de sa présence à Sydney pour le montage de Lego Ninjago, Jackie Chan y a également tourné des scènes de son film d’action Bleeding Steel, notamment des scènes de combat sur le toit de l’Opéra. « Je suis la première personne à me battre sur les toits de l’Opéra de Sydney » a-t-il déclaré fièrement.

 

Deux lettres qui lui ont porté chance

Lorsque Chan a quitté l’Australie encore adolescent pour retourner à Hong Kong débuter sa carrière d’acteur, il a gardé son nom australien, Jack, mais l’a modifié en Jacky. Ses premiers films n’ont cependant pas eu le succès qu’il espérait.

Chan raconte : « Les films ne marchaient pas du tout. J’ai alors décidé de changer de société de production et rejoint Golden Harvest, et ils ont dit que le y à la fin de mon nom n’était pas bon. Qu’il fallait le changer en ie — Jackie. Ils ont modifié toutes les affiches et à partir de là, les films ont eu du succès ».

Le chemin parcouru depuis ses débuts de simple cascadeur est impressionnant. A 63 ans, la star insiste : sa réussite, il ne la doit qu’à un travail acharné… et au fait que ses films véhiculent des messages positifs.

 

Source : www.news.com.au


>>> Suivez-nous sur Facebook
>>> Abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Courrier Australien

Comments
gjfood
Share With: