Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeEnvironnement(Sea Shepherd – 2) Damien Rotella :  des manières de pirate pour la bonne cause !
damien_sea_sh

(Sea Shepherd – 2) Damien Rotella :  des manières de pirate pour la bonne cause !

aircalin

Damien Rotella n’est pas un simple moussaillon. Sur le Steve Irvin, l’un des onze bateaux* de l’association Sea Shepherd dans le monde, il est maître d’équipage, un poste dur et entièrement bénévole qu’il a embrassé avec passion. Originaire de Haute-Savoie, comment a-t-il fait son chemin pour arriver jusque-là ? Quel est son quotidien ? Vers où vogue-t-il ? Le Courrier Australien a voulu en savoir plus.

« J’ai découvert l’existence de Sea Shepherd en 2013, mais c’est lors d’un voyage en Australie que j’ai compris combien l’association était connue. Il y avait des stickers avec son logo partout sur les vitres des voitures par exemple. » Directement inspiré des drapeaux de pirates, mais stylisé pour évoquer la protection des océans, il est en effet reconnaissable entre tous.

« C’est parce qu’on nous traitait de pirates que j’ai pris comme modèle le drapeau pirate et que je l’ai redessiné pour représenter les valeurs que nous défendons. La crosse de berger et le trident de Neptune qui se croisent symbolisent la protection de la vie dans les océans et notre détermination à lutter pour les droits des animaux marins à survivre et à être libres de rester ce qu’ils sont dans la mer. La tête de mort représente la mort que l’humanité sème dans les océans et la baleine et le dauphin formant le symbole du yin et du yang symbolisent notre désir de restaurer l’équilibre marin et de rétablir la grâce du dauphin et la sagesse de la baleine. » Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd.

Un an plus tard en Nouvelle-Zélande, Damien profite de la présence du Sam Simon à quai pour visiter le navire. C’est à cette époque qu’il décide de devenir végétarien (il est depuis passé vegan) et de « se rendre utile ». Il devient volontaire sur terre : « Je donnais des coups de main, je vendais des produits, je nettoyais les plages, je donnais des conférences… » Finalement, il décide de répondre à une annonce pour devenir bénévole en mer. Le poste est décrit comme : non rémunéré, longues journées, travail difficile, conditions dangereuses, météo extrême.

Un équipage international
sea_sh2

Il y a eu jusqu’à 6 Français dans l’équipage

« Il existe un processus de recrutement avec un entretien qui se déroule généralement par skype. Ensuite il y a trois mois de formation à la suite desquels on vous retient… ou pas. » Les candidats sont généralement tous très motivés, mais on donne la priorité à ceux qui se sont déjà impliqués au sein de l’association, ceux qui pourront supporter la dureté de la tâche et qui témoignent d’une volonté à toute épreuve. Ils viennent de partout dans le monde. Y a-t-il des filles dans l’équipage ? « Il y a deux tiers de garçons pour le reste de filles, explique Damien, mais nous avons un principe de traitement égalitaire. Cela signifie que je ne donnerai pas un travail plus facile à une fille. » Heureusement, les missions sont souvent confiées à un binôme, pour une question de sécurité. Physiquement, il faut être costaud. Et en mer, les interventions peuvent nécessiter un roulement avec du travail 24 heures sur 24.

Damien se souvent bien de sa première campagne en mer. Il devait aller en Antarctique pour empêcher la pêche illégale de bar du Chili. « Ce n’est pas un poisson très séduisant, mais il a un rôle essentiel dans la chaîne alimentaire. En plus, il met du temps à arriver à maturité sexuelle ce qui rend sa reproduction compliquée. Donc, nous avons à cœur de le protéger. Lorsqu’il est là… tout revient à la vie. » L’équipage lève l’ancre, mais il rencontre en chemin six navires chinois qui utilisent des filets dérivants illégaux de 13 km (!) de long. « Nous les avons poursuivis. » Avec un zodiaque, l’équipe attache une corde aux filets, souvent déjà coupés par les contrevenants eux-mêmes, et elle les treuille. C’est comme ça que les équipes de Sea Shepherd peuvent compter, relâcher les prises vivantes et étudier celles qui sont mortes. Un travail de documentation essentiel.

Les autres ont plutôt tendance à fuir
sea_sh5

Impliqué dans la campagne Stop Adani

N’est-ce pas dangereux ? « Si, mais nous avons un bateau impressionnant et les personnes que nous poursuivons savent bien (quoique pas toujours) que ce qu’ils font est illégal. En nous voyant, ils ont plutôt tendance à fuir. » Cela dit, il arrive que l’équipe soit attaquée à coup de boulons ou de chaînes. Mais Damien n’a jamais été blessé. Il est bien équipé et, surtout, bien formé.

Les campagnes durent plusieurs mois, mais le temps à quai est bien plus long. Damien ne s’en trouve pas gêné, au contraire, il aime plutôt ça : « On peut faire plein de choses et on apprend beaucoup. On peut aussi sortir boire des coups… mais les gens et moi…. » Le maître d’équipage serait-il un solitaire ? « J’ai toujours été proche de la nature et j’aime les animaux. » Cependant, il apprécie aussi les jeunes puisqu’il a été assistant d’éducation dans le passé, un métier qu’il a beaucoup aimé car « tout passera par les nouvelles générations. ». En revanche, il a été postier et dégoûté. « Les voitures ne sont pas électriques et on distribue 90% de pub qui détruit les forêts… »

Et ses projets pour le futur ? Rester chez Sea Shepherd, protéger les coraux, prendre des vacances… rien n’est tout à fait défini, quoiqu’en mars, au moins, il est sûr d’accompagner le Steve Irvin pour la campagne Stop Adani. Pour cette dernière, le bateau a besoin de fonds et un appel aux donateurs a été lancé. A votre bon cœur !

Valentine Sabouraud

sea_sh4Le Steve Irvin (du nom du célèbre conservateur, propriétaire de zoo et animateur tv australien) est à quai à Seaworks 82 Nelson Place, Williamstown, Victoria. Il propose des visites gratuites tous les dimanches de 11h à 16h jusqu’en mars 2018. Pour faire des dons ou en savoir plus, cliquez ici.

* Depuis 1978, 15 grands navires ont pris la mer pour Sea Shepherd, mais certains ne sont plus utilisés ou ont été vendus.

————————————————————————

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
nbarney
Share With: