Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuUn anti-diabétique réduit le risque cardiovasculaire et de maladie rénale
ivonkana

Un anti-diabétique réduit le risque cardiovasculaire et de maladie rénale

franckprovost

Un nouvel anti-diabétique qui réduit le taux de sucre sanguin chez les personnes souffrant de diabète adulte (type 2) a aussi nettement minimisé le risque de maladies cardiovasculaires et rénales, selon les résultats encourageants d’une étude publiée lundi aux Etats-Unis.

Cet essai clinique mené avec plus de 10.000 patients dans trente pays, a ainsi montré que ce médicament oral, l’Invokana (canagliflozine) des laboratoires Janssen, a réduit de 33% le risque pour ces diabétiques d’être hospitalisés pour défaillance cardiaque.

Ils avaient également 40% moins de chance de souffrir d’une grave diminution des fonctions rénales.

Le risque total de maladie cardiovasculaire a chuté de 14%, montre également les résultats de cette étude parue en ligne dans la revue médicale américaine New England Journal of medicine. Elle a aussi fait l’objet d’une présentation à la conférence annuelle de l’Association américaine du diabète qui se tient cette semaine à San Diego en Californie.

« Les maladies coronaires sont de loin la plus grande cause de mortalité des personnes souffrant de diabète de type 2 et nos résultats suggèrent que, non seulement la canagliflozine réduit nettement le risque de maladie cardiaque mais pourrait aussi procurer de nombreux autres bienfaits comme une baisse de la tension artérielle et une perte de poids », s’est félicité le professeur Bruce Neal, du George Institute for Global Health en Australie qui a mené l’étude.

Selon lui, cela offre « un véritable espoir » au 450 millions de diabétiques dans le monde.

« La fréquence du diabète de type 2 augmente rapidement partout dans le monde et nous avons besoin de médicaments non seulement pour contrôler les niveaux de glycémie mais aussi pour protéger les millions de patients des véritables risques d’accident vasculaire cérébral et d’attaque cardiaque », a-t-il ajouté.

Toutefois, les malades avaient deux fois plus de risques avec ce médicament d’être amputés d’un orteil, d’un pied voire d’une jambe sans pouvoir expliquer la raison qui nécessite des recherches supplémentaires.

Le diabète peut entraîner un rétrécissement des vaisseaux sanguins répartis entre le genou et les orteils provoquant une diminution de l’oxygénation qui empêche la cicatrisation.

La canagliflozine est un type relativement nouveau de molécule découvert en 2010 au Japon qui agit en bloquant la réabsorption du glucose par l’organisme pour l’éliminer dans l’urine.

La plupart des anti-diabétiques ont une action différente en contrôlant les niveaux d’insuline.

Comments
multifocus
Share With: