Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeAFPUn étudiant aux idées nationalistes auteur présumé de la fusillade à Québec

Un étudiant aux idées nationalistes auteur présumé de la fusillade à Québec

franckprovost

Québec (AFP) – Un jeune étudiant canadien aux idées nationalistes est soupçonné d’être l’auteur de l’une des pires attaques contre la communauté musulmane jamais perpétrée dans un pays occidental, après avoir abattu dimanche par balle six fidèles dans une mosquée de Québec.

Alexandre Bissonnette, 27 ans, étudiant en science politique à l’université Laval voisine de la mosquée, a été interpellé peu après le drame qui a également fait huit blessés, dont cinq dans un état grave.

« C’est avec douleur et colère que nous apprenons l’identité du terroriste Alexandre Bissonnette, malheureusement connu de plusieurs militants à Québec pour ses prises de positions identitaires, pro-Le Pen et anti-féministes à l’université Laval et sur les réseaux sociaux », a dénoncé sur Facebook le collectif Bienvenue aux réfugiés – Ville de Québec.

Selon des captures d’écran saisies avant que son profil sur les réseaux sociaux ne soit fermé, il avait aussi salué le compte Facebook du président américain Donald Trump.

Le suspect devait être déféré devant un juge lundi en fin de journée.Il devrait être poursuivi pour homicide volontaire.

Si dans ses premières constations la police avait fait état de deux suspects, la progression de l’enquête a permis de blanchir un autre étudiant d’origine marocaine interpellé alors qu’il sortait de la mosquée juste après la fusillade.

Lundi « vers 08h30 (13h30 GMT), beaucoup de policiers sont arrivés chez moi et m’ont demandé qui était réellement Mohamed Belkhadir », a raconté à l’AFP un étudiant marocain qui habite en colocation avec lui.

« Ils m’ont posé beaucoup de questions (…), si on fréquentait la même mosquée » ou si M. Belkhadir pouvait être lié à l’attaque de la mosquée, a-t-il poursuivi sous couvert d’anonymat.

L’horreur et l’incompréhension dominaient au lendemain de la tragédie dans laquelle six fidèles réunis pour la dernière prière quotidienne au centre culturel islamique de Québec ont succombé aux balles.

La communauté musulmane de Québec est effondrée. »C’est terrible pour la communauté, c’est terrible pour le Québec, c’est terrible pour le vivre ensemble », a confié à l’AFP Mohamed Ali Saïdane, venu lundi participer à un rassemblement des élus et des représentants des associations de musulmans à l’Hôtel de ville.

– Six Canadiens binationaux –

Les six personnes tuées étaient toutes des Canadiens binationaux, a indiqué Mohamed Labidi, vice-président du Centre culturel islamique de Québec.

Un Marocain, deux Algériens, un Tunisien et deux Guinéens ont perdu la vie, a-t-on appris de sources officielles.

Les premiers appels sont arrivés au 911, numéro d’appel d’urgence, à 19H55, a expliqué Denis Turcotte, inspecteur de la police de Québec.

Des effectifs policiers ont alors été très vite déployés autour du petit bâtiment abritant le lieu de culte, au coeur du quartier résidentiel Sainte-Foy, à une dizaine de kilomètres à l’ouest du centre historique de la ville de Québec.

A l’extérieur de la mosquée, les policiers ont interpellé Mohamed Belkhadir, qui a expliqué au journal La Presse avoir fui par peur.Il a été remis en liberté plus tard, considéré par les enquêteurs comme un simple témoin.

Environ une demi-heure après la fusillade, un homme a appelé la police « pour parler de son geste » et a fait part de son intention de se rendre.

« Il a dit qu’il était impliqué dans l’incident », a expliqué Martin Plante, officier de la Gendarmerie du Canada (GRC, police fédérale).

Armé, l’homme a expliqué avoir garé son véhicule avec les feux de détresse sur une bretelle d’une voie rapide à environ 20 kilomètres de la mosquée, a raconté l’inspecteur Turcotte.La police l’a arrêté à 21H00.

« A ce stade, c’est une enquête intérieure » au Canada, a expliqué M. Plante pour couper court aux spéculations sur une éventuelle implication de mouvements extrémistes internationaux.

– Sécurité autour des mosquées –

Ce drame vient jeter une ombre sur l’image d’un Canada inclusif qui a accueilli quelque 40.000 réfugiés syriens en un peu plus d’un an, comme 60.000 réfugiés vietnamiens et cambodgiens l’avaient été au milieu des années 1970.Sur les 36 millions d’habitants au Canada, environ 1,1 million sont de confession musulmane.

« Nous n’allons pas répondre à la violence par la violence.Face à la peur et à la haine, nous répondrons par l’amour et la compassion », a déclaré lundi le Premier ministre Justin Trudeau devant la Chambre des députés.

Le chef de gouvernement devait se rendre à Québec lundi soir pour assister à une veillée avec des représentants de toutes les communautés religieuses, de la classe politique et de la société civile.Symbole de l’unité nationale, il sera accompagné des responsables de l’opposition parlementaire Rona Ambrose, cheffe du parti conservateur, et Thomas Mulcair, chef du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche).

« Les mots nous manquent dans ces situations pour vous exprimer non seulement la douleur dans laquelle nous sommes, parce qu’on a perdu des hommes, des gens qui ont recommencé leur vie dans ce beau pays, dans cette belle ville », a déclaré Mohamed Labidi.

Dès dimanche soir, « nous avons demandé à l’ensemble de nos policiers d’augmenter le niveau de vigilance et de visibilité aux alentours des mosquées et de tout endroit de regroupement musulman », a indiqué l’inspecteur Turcotte. 

La police a rappelé que cette mosquée avait été en juin la cible d’un acte islamophobe quand une tête de porc avait été déposée dans un sac plastique à l’entrée.


Source: AFP
Comments
aircalin
Share With:
Tags