Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeCultureUn jeudi par mois, le jazz a rendez-vous avec l’Alliance française !
jazz_af

Un jeudi par mois, le jazz a rendez-vous avec l’Alliance française !

multifocus

Cet article est publié en exclusivité par Le Courrier Australien et l’Alliance française de Melbourne. 

A St Kilda, Eildon Mansion cache un secret connu des seuls passionnés d’histoire et mélomanes avertis. Dans les sous-sols du bâtiment de l’Alliance Française, une petite pièce voutée offre une acoustique absolument parfaite. Elle sert de cadre aux Jazzy Jeudi, accueillant, depuis avril dernier, la fine fleur de la scène jazz francophile.

Michel2

M. Richard

« L’Alliance française a toujours donné dans la musique » explique Michel Richard, son directeur. Mais avec un budget restreint, l’institution culturelle n’a pas forcément les moyens de faire venir des groupes de France. « Nous étions dans une position attentiste, toujours prêts à saisir les opportunités, mais pas forcément en mesure de les susciter. » Quand le pianiste de jazz Alexander Nettelbeck se présente avec un projet de concerts réguliers déjà bien formaté, Michel Richard est séduit. « L’idée, explique-t-il, est d’avoir des musiciens en résidence (cette année : The New Impromptu Quartet) avec un invité qui donne une couleur particulière à chaque événement. » De cette façon, cohérence et surprise sont indissociables.

Influences croisées

Pour Alexander, qui a vécu en France et dont les parents (musiciens entre autres) sont francophones, venir à l’Alliance française était une démarche naturelle. Il rappelle toutes les passerelles entre le jazz américain et français depuis le début du XXème siècle. Debussy, Ravel, Satie ont inspiré de nouvelles harmonies, phrases et rythmes. Et même les impressionnistes ont eu un impact ! « On s’est tous influencés les uns les autres. Et aujourd’hui encore, ces échanges perdurent. » Lors des Jazzy Jeudi, son quartet s’efforce d’apporter une touche française, par le biais de reprises de standards comme « C’est si bon », « La mer » ou en jouant du Michel Legrand. Ensuite, les invités francophiles ou français donnent une tonalité spéciale au concert. Monique di Mattina, une superbe vocaliste de jazz, s’est produite en avril et le grand pianiste Bob Sedergreen était présent pas plus tard que la semaine dernière. En novembre, Philippe Guidat et Pascal Rollando sont invités : une chance inouïe.

Pousser les murs
jeudi_jazz

Une ambiance de cave St Germain

Les concerts rencontrent un succès croissant. « Il faut dire que la salle est petite, reconnaît Michel Richard, cinquante places environ, comme dans une cave de St Germain. » Si on peut réserver à l’avance, il y a aussi des billets en vente sur place le soir du spectacle. « Mais nous avons parfois dû pousser les murs pour ajouter quelques sièges » précise Alexander. Il faut donc anticiper si possible. Michel Richard est heureux de ce succès qui attire un quart des adhérents de l’Alliance française pour trois-quarts de personnes extérieures… « La scène jazz a tendance à se concentrer dans le CBD ou les quartiers nord. Faire bouger les choses à St Kilda où nous sommes installés, c’est gratifiant et encourageant. »

Un public diversifié

Le jazz en France est parfois jugé élitiste et expérimental. Dans le monde anglo-saxon on s’autorise les classiques quoique « l’improvisation fasse partie intégrante du jeu du musicien » précise Alexander. Aux Jazzy Jeudi de l’Alliance française, il s’agit surtout de toucher une audience variée mais exigeante, avec un programme inspiré et accessible. Cerise sur le gâteau, des invités surprises ont parfois fait une incursion sur scène. « Je ne peux pas parler de jam session, mais de volonté d’accueillir des artistes de façon informelle », indique Alexander. La longueur des concerts varie, avec parfois un entracte. Dans tous les cas, le public est vite conquis.

Les Jazzy Jeudi devraient continuer l’année prochaine avec de nouvelles surprises comme la création d’un prix conjointement attribué par l’Alliance française et l’association St Kilda Jazz, une façon d’encourager les jeunes générations. Et sinon, quels sont les concerts auxquels Michel Richard ou Alexander ont assisté dernièrement ? Le directeur évoque Tina Arena « dans un univers musical très différent, mais une artiste magnifique qu’on connaît bien en France sans pour autant l’associer à son pays d’origine l’Australie. » Alexander, lui, a applaudi Mahmoud Ahmed & JAzmaris. Une plongée galvanisante dans le jazz éthiopien. Décidément, ça bouge à Melbourne !

Valentine Sabouraud

Jazzy Jeudi, une fois par mois, généralement à 8.00 pm

Alliance Française, 51 Grey Street, St Kilda, 3182 – entrée à 15 ou 20 $

> Pour en savoir plus, cliquez ici. Pour retrouver l’article en anglais, rendez-vous là. <

 ———————————————————–

Suivez-nous sur Facebook ou Instagram 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter 

Comments
Share With: