fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuUn siècle après, les écoliers australiens se mobilisent encore pour leurs camarades français
victoriaschoolsign2

Un siècle après, les écoliers australiens se mobilisent encore pour leurs camarades français

nbarney

Les écoliers australiens se mobiliseront à nouveau le 11 Novembre pour leurs camarades français, en réitérant une quête qui avait été organisée après la Première Guerre mondiale pour reconstruire une école française ravagée par les combats.

Dans les années 1920, les enfants de l’Etat australien de Victoria avaient fait une importante donation pour construire le groupe scolaire de Villers-Bretonneux (Somme).

20120723-pozieres_medEnviron 1.200 soldats australiens ont péri dans les violents combats qui ont permis la reprise de cette localité aux forces allemandes en avril 1918.

Pour commémorer ce remarquable élan de solidarité, les élèves australiens pourront donner la semaine prochaine une pièce d’un dollar australien (65 centimes d’euro) ou de deux dollars australiens pour aider à la rénovation de l’école de Pozières, localité au nord-est de Villers-Bretonneux où davantage encore d’Australiens ont péri pendant la Grande Guerre.

« C’est une façon d’enseigner aux enfants leur propre histoire », explique Chris Fox, un responsable de la Fondation Gallipoli, association à l’origine de cette initiative et spécialisée dans l’enseignement de la Première Guerre mondiale aux plus jeunes.

« Cela permet de rappeler aux enfants qu’ils doivent aussi penser aux autres », poursuit-il.

Toutes les écoles d’Australie sont invitées à participer à cette quête qui interviendra après la traditionnelle minute de silence du 11 Novembre.

L’année prochaine sera celle du centenaire de la Bataille de la Somme qui est probablement, selon M. Fox, « l’affrontement le plus violent dans lequel l’Australie ait été impliqué ». Plus de 6.700 Australiens ont péri en 1916 à Pozières, une bataille moins connue en Australie que la meurtrière campagne de Gallipoli, qui a contribué à forger l’identité de la jeune Nation. Si l’Australie est née à Gallipoli, observe M. Fox, « alors Pozières a été son baptême ».

Margaret Forbes estime que son père, Arthur Blackburn, qui reçu la Victoria Cross pour ses faits d’armes à Pozières, aurait été fier de cette quête.
« On en fait tellement en Australie sur Gallipoli, que les gens tendent à oublier la France », regrette-t-elle.

AFP

Comments
NCT
Share With: