Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuUn tatoueur soutient la décision de bannir le tatouage de l’œil

Un tatoueur soutient la décision de bannir le tatouage de l’œil

tfm

Un tatoueur de Melbourne, pionnier dans la mode du tatouage de l’œil, soutient la décision de bannir cette pratique en Australie et Nouvelle-Zélande en raison de mauvaises pratiques.

Luna Cobra, qui a tatoué les yeux de centaines de clients dans le monde, a déclaré qu’il était du même avis que le Royal Australian and New Zealand College of Ophthalmologists (RANZCO).

Sa prise de position survient peu après un avis de la Public Health Amendment Bill (la loi sur la santé publique) qui considère le tatouage de l’œil humain par une personne autre qu’un médecin comme un crime.

Cette procédure, à haut risque, implique en effet un changement définitif de la couleur du blanc de l’œil (ou sclérotique) par l’utilisation d’un colorant qui peut provoquer des infections, douleurs intenses et perte de la vue permanente.

« Le public n’est pas au courant des risques et cette technique est proposée par de nombreuses personnes qui ne sont pas capables de la pratiquer, » a déclaré M. Cobra.

De son côté, le Dr Daya Sharma,  ophtalmologue du RNAZCO, considère que la plupart des tatoueurs qui effectuent ces actes ne sont pas suffisamment entrainés pour pratiquer une opération autour de l’œil.

Il a ajouté que certains patients n’étaient pas correctement anesthésiés et prenaient des risques énormes : fuite du colorant dans le noir de l’œil, endommagement de la rétine, détachement rétinien, infections des yeux, inflammation chronique, et même cécité.

Si le tatouage de l’oeil est parfois réalisé pour des raisons médicales – tatouage d’une pupille sur la cornée de personnes déjà aveugles notamment – cela reste une procédure dont les risques ne doivent pas outrepasser les bénéfices attendus.

Suite à ce problème, le secrétaire du parlement du NSW Scott Farlow a annoncé une révision de la NSW Public Health Amendment Bill au Conseil Législatif le 13 septembre de cette année.

Selon M. Farlow, la loi ne bannissait pas le tatouage de l’œil, mais reconnaissait cette procédure en tant que « forme extrême de pénétration cutanée » impliquant des risques au-delà du contrôle des infections.

M. Cobra a affirmé avoir eu zéro problème durant ses vingt années de pratique – mais il a commencé des études de médecine et fait partie d’une famille de chirurgiens. Il respectera la loi partout où elle s’applique et assure n’avoir jamais tatoué un oeil pour de l’argent.

 

Source : thenewdaily.com.au

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Comments
tfm
Share With: