fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuUne Australienne enlevée en Afghanistan
33A2D25000000578-3564879-Perth_woman_Katherine_Jane_Wilson_was_reportedly_kidnapped_at_gu-a-1_1461905772738

Une Australienne enlevée en Afghanistan

gjfood

Une Australienne travaillant avec une ONG en Afghanistan a été enlevée jeudi dans l’est du pays, ont annoncé les autorités afghanes et australiennes.

Le ministre des Affaires étrangères Julie Bishop a indiqué que Canberra s’efforçait d’obtenir la libération de Katherine Jane Wilson, qui utilise aussi le prénom de Kerry, mais elle a insisté sur le fait que l’Australie avait pour politique de ne pas payer de rançon pour les otages.

Des responsables locaux afghans ont de leur côté précisé qu’elle avait été enlevée à l’aube jeudi à Jalalabad, où elle était venue visiter un projet de broderie pour les femmes.

« Nous avons lancé une opération de recherche de grande ampleur », a déclaré un porte-parole du gouverneur de Nangarhar, province frontalière du Pakistan, dont Jalalabad est la capitale.

Selon les premiers éléments de l’enquête, des hommes armés habillés en policiers l’ont enlevée alors qu’elle séjournait dans une maison avec des Afghanes engagées dans le projet, a-t-il précisé. Il a par la suite indiqué que certaines de ces femmes étaient interrogées par la police.

Le chef de la police provinciale Zrawer Zahed a confirmé l’enlèvement d’une étrangère « probablement Australienne », par des « inconnus armés » jeudi matin, indiquant qu’elle était arrivée la veille au soir.

La chef de la diplomatie australienne est en contact avec les autorités afghanes.

« Notre priorité est de s’assurer qu’elle est en bonne santé, qu’elle est bien traitée, c’est ce sur quoi nous concentrons nos efforts, en acord avec les autorités locales », a déclaré Mme Bishop.

« Le gouvernement australien a pour politique de ne pas payer de rançon aux ravisseurs », a-t-elle ajouté.

Kerry Jane Wilson est présentée comme la directrice de Zardozi sur le site de cette ONG de soutien aux artisanes et entrepreneuses afghanes lancée en 2006.

Le père de Mme Wilson, Brian Wilson, 91 ans, a plaidé pour la libération de sa fille, précisant qu’elle travaille dans la région depuis 20 ans, avec des organisations spécialisées dans le droit des femmes et l’accès à l’eau.

« Je suis très inquiet », a-t-il déclaré à la chaîne australienne ABC. « Mais j’imagine qu’elle est otage et qu’ils feront de leur mieux pour la garder en vie et ne pas lui faire de mal simplement parce qu’ils espèrent quelque chose en retour et il n’est pas très bon d’avoir un otage mort »

Nangarhar est une province instable, foyer des talibans mais aussi du groupe Etat islamique (EI), particulièrement implanté à la frontière avec le Pakistan.

L’Afghanistan est le théâtre de fréquents enlèvements d’humanitaires visant à obtenir des rançons.

Une Allemande travaillant pour l’organisation de développement allemande GIZ avait été enlevée à Kaboul en août 2015, et libérée en octobre. En juin 2015, une humanitaire néerlandaise avait également été enlevée, avant d’être relâchée en septembre.

En avril 2015, les corps criblés de balles de cinq employés de l’ONG Save the Children avaient été découverts après leur enlèvement dans la province instable d’Uruzgan, dans le sud.

Comments
franckprovost
Share With: