fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeAFPVenezuela: le Parlement déterminé à destituer le président Maduro

Venezuela: le Parlement déterminé à destituer le président Maduro

NCT

Caracas (AFP) – Le Parlement vénézuélien, contrôlé par l’opposition de centre droit, a voté mardi l’ouverture d’un procès en destitution contre le président socialiste Nicolas Maduro, accusé de « coup d’Etat », précipitant davantage ce pays pétrolier dans la crise.

Les députés ont adopté « l’ouverture d’une procédure contre Nicolas Maduro » afin d’examiner sa « responsabilité pénale, politique et les manquements au devoir de sa charge », selon la résolution.

En outre, le Parlement, que Nicolas Maduro ne reconnaît plus et que le Tribunal suprême de justice (TSJ) a déclaré en infraction, a convoqué le chef de l’Etat mardi prochain pour qu’il « se soumette au vote du peuple ».

La portée de ce vote n’est pas claire, le TSJ ayant bloqué tous les projets de loi du Parlement depuis qu’il a basculé dans l’opposition en janvier, mettant fin à 17 ans d’hégémonie chaviste (du nom du défunt ex-président Hugo Chavez, 1999-2013).

Le TSJ, qui accuse le Parlement d’être en infraction pour avoir réintégré dans ses rangs trois députés d’opposition dont l’élection avait été suspendue après des recours pour fraude, a également autorisé le président à contourner le Parlement pour valider le budget 2017 par décret. 

Autre inconnue de taille : si le procès en destitution n’existe pas en tant que tel dans la Constitution vénézuélienne, la procédure pour manquements au devoir de sa charge, c’est-à-dire lorsque le chef de l’Etat ne remplit plus ses fonctions, y figure bien, soulignent les juristes.

De retour d’une tournée au Moyen-Orient, Nicolas Maduro a atterri mardi après-midi au Venezuela, tandis que des milliers de ses partisans défilaient dans les rues de Caracas, à la veille de la grande manifestation nationale de l’opposition.

A la surprise générale, le chef de l’Etat avait fait escale lundi à Rome pour s’entretenir avec le pape François, tandis qu’en parallèle, un envoyé du Vatican s’entretenait au Venezuela avec des responsables de l’opposition et du gouvernement pour tenter de rétablir le dialogue, entraînant une certaine confusion.

L’annonce surprise de discussions survenait à un moment d’extrême tension, après la suspension par le Conseil national électoral (CNE) du processus en vue d’un référendum révocatoire, qui devait entrer dans sa dernière ligne droite cette semaine.

–  « Aucun dialogue n’a commencé » –

 

De grandes figures de l’opposition au Venezuela ont ensuite rejeté mardi cette offre de dialogue du gouvernement socialiste, lancée à l’appel du pape.

« Au Venezuela, aucun dialogue n’a commencé, le programme de la MUD (coalition de la Table pour l’unité démocratique, ndlr) reste intact », a assuré l’ex-candidat à l’élection présidentielle Henrique Capriles.

Plusieurs autres dirigeants de la MUD ont refusé de s’associer à « une réunion plénière », comme l’avait annoncé le nonce apostolique argentin Emil Paul Tscherrig, prévue dimanche sur l’île Margarita (nord).

« Si certains veulent aller (à cette offre de dialogue, ndlr) et d’autres non, c’est un échec », a reconnu le chef de la majorité parlementaire, Julio Borges. »Nous devons parvenir à ce que la MUD dans son ensemble prenne la décision ».

M. Capriles a réitéré l’appel à manifester dans tout le pays mercredi pour exiger le départ anticipé du président, élu en 2013 et dont le mandat expire en 2019.

L’opposition reproche au chef de l’Etat, héritier politique du défunt Hugo Chavez (1999-2013), d’avoir plongé ce pays producteur de pétrole dans une grave crise économique en n’ayant pas su prévoir la chute des cours du brut ni y réagir à temps.

Cette crise aux conséquences désastreuses, avec une pénurie de 80% des aliments et l’inflation la plus élevée au monde (475% cette année puis 1.660% en 2017, selon le FMI), a rendu très impopulaire le président Maduro : plus de six Vénézuéliens sur dix se disent prêts à voter pour sa révocation.

Furieuse, l’opposition dénonce un « coup d’Etat » et une « dictature » depuis le gel du processus référendaire par les autorités électorales.

« La seule manière de sortir de cette dictature est dans la rue, avec la population », a lancé Lilian Tintori, avant d’ajouter : « Je vous demande de la confiance, que nous ne pas tombions dans les divisions car l’unité est fondamentale ».


Source: AFP
Comments
NCT
Share With:
Tags