fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeActuVisite d’E. Macron à Sydney : quels liens commerciaux entre France et Australie ?
MACRON

Visite d’E. Macron à Sydney : quels liens commerciaux entre France et Australie ?

NCT

Alors qu’un projet d’accord de libre-échange entre l’Australie et l’Union Européenne sera au menu des discussions entre Emmanuel Macron et le premier ministre australien Malcolm Turnbull ce mercredi, petit décryptage de l’état des relations économiques et commerciales franco-australiennes.

En 2014, la venue de François Hollande en Australie avait préparé la signature deux ans plus tard d’un accord à 34 milliards d’euros avec la France pour la livraison de 12 sous-marins d’attaque à la marine australienne – le plus gros contrat de l’histoire de la défense australienne. En 2018, c’est un défi tout aussi grand qui devrait en partie occuper Emmanuel Macron durant sa visite officielle à Sydney : la réalisation d’un accord de libre-échange entre l’Australie et l’Union européenne, en projet depuis 2011 mais pour lequel les négociations n’ont réellement débuté qu’en 2017.

S’il voit le jour, cet accord bouleverserait de manière évidente les relations commerciales entre l’Australie et la France. Même sans augurer d’une telle issue, le seul fait que les négociations soit inscrites en bonne et due forme dans l’agenda du président français durant son voyage en Australie semble déjà donner quelques indices sur l’état de santé actuel des relations commerciales franco-australiennes.

Certes, pour des raisons historiques comme géographiques, les deux pays ne sont – pour l‘instant – pas à proprement parler des partenaires commerciaux privilégiés. L’Australie reste majoritairement tournée vers les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Asie, tandis que la France réalise près de 60% de ses importations et exportations dans l’Union européenne. Toutefois, au cours des dernières années, les relations commerciales entre les deux pays se sont fortement accélérées.

Liens renforcés

En 2017, les exportations françaises vers l’Australie ont ainsi augmenté de près de 20%, pour atteindre 2,6 milliards d’euros. Parmi les principaux postes d’exportations, on trouve notamment les produits agroalimentaires (372 millions d’euros en 2018), les produits pharmaceutiques (236 millions d’euros), ou encore les véhicules automobiles (163 millions d’euros).

Les chiffres sont encore plus parlants du côté des importations françaises depuis l’Australie, puisque celles-ci ont atteint 1,2 milliards d’euros en 2017, soit une hausse de 39% par rapport à 2016. Au total, avec deux fois plus d’importations que d’exportations, l’Australie représente ainsi pour la France un excédent commercial de 1,4 milliard d’euros, soit le 7ème excédent commercial de la France dans le monde.

Si on change de point de vue, en dépit de cette croissance des flux commerciaux entre les deux pays, le poids de la France dans le commerce australien reste lui stable. Comme tous les pays occidentaux – y compris le Royaume-Uni – la France est en effet touchée par la priorité donnée par l’Australie dans ses relations commerciales à l’Asie, et la Chine en particulier. En 2017, la France n’a ainsi représenté que 0,2% des exportations de l’Australie, soit son 50ème débouché à l’exportation, et 0,6% de ses importations, soit son 36ème fournisseur.

Des marchés qui s’attirent mutuellement

Mais si la France n’occupe donc pas une place commerciale de premier plan pour l’Australie, elle représente en parallèle un marché très attirant pour les entreprises australiennes. En 2016, les flux d’investissements directs à l’étranger (IDE) australiens en France – investissements par lesquels des entreprises australiennes acquièrent un intérêt durable dans une entreprise française – ont représenté quelques 524,2 millions d’euros, entraînant une hausse du stock d’IDE australiens en France à 1,1 milliards d’euros. Au total, environ 300 entreprises australiennes sont aujourd’hui présentes en France, où elles emploient près de 40 000 personnes.

Cette attirance semble en outre réciproque : la présence de très nombreuses entreprises françaises en Australie atteste de leur intérêt pour le marché australien.  Avec environ 436 établissements dont 39 entreprises du CAC 40, les entreprises françaises emploient plus de 70 000 salariés en Australie, et y réalisent un chiffre d’affaires estimé à plus de 20 milliards d’euros. Si les principaux investisseurs étrangers en Australie restent les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni, la France n’est pas très loin derrière. Avec un stock d’IDE français en Australie à 11 milliards d’euros, elle était en 2014 le 14ème investisseur étranger en Australie, avec 0,9 % du total des IDE reçus par l’Australie.

Cet amour des entreprises françaises pour l’Australie ne semble par ailleurs pas près de s’arrêter, comme en témoignent l’acquisition récente par Natixis d’une participation majoritaire dans Investors Mutual Limited, le rachat par Accord du groupe hôtelier Mantra ou encore le rachat par Unibail de Westfield.

Sources : Business France Australie ; Présidence de la République


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
nbarney
Share With: