fbpx
HomeACTU50words : une nouvelle carte pour apprendre les langues aborigènes d’Australie

50words : une nouvelle carte pour apprendre les langues aborigènes d’Australie

Jack Buckskin n’avait aucune idée du plan dans lequel il s’embarquait en s’inscrivant il y a 14 ans dans un programme pour apprendre la langue “dormante” de son peuple. Parlée il y a des milliers d’années par les Aborigènes d’Adélaïde, personne n’a plus utilisé le Kaurna dans son quotidien depuis quasiment 150 ans.

Maintenant, 50 mots de Kaurna ont été intégrés et enregistrés par Jack sur une nouvelle carte qui répertorie les langues indigènes, 50words.online. Il est l’une des cinq personnes qui la parle couramment et qui consacre sa vie à revitaliser la langue.

Jack Buckskin estime qu’à 33 ans, il a déjà pu apprendre le Kaurna à un millier de personnes, incluant des enfants de l’école primaire de Northfield à Adélaïde.

Lancé il y a une semaine, la carte 50words a pour but de mettre en lumière la diversité des langues indigènes, en commençant avec 50 mots (ou quelques-uns, si des mots ne sont pas disponibles). Il y a actuellement 15 langages, incluant le Kaurna. L’objectif est qu’il y ait chaque langue aborigène.

La liste débute avec “bienvenue”, “bonjour”, “au revoir”, mais elle comprend également entre autres “oui”, “non”, “kangourou”, “eau froide”, “lune”, “étoile”. Il est aussi possible d’écouter la prononciation et de chercher sur la carte par langage ou par mot.

Avant l’arrivée des Britanniques, il existait plus de 250 langues aborigènes a estimé l’Institut australien des études sur les Aborigènes et des îles Torries. 120 sont toujours parlées à travers l’Australie, de manière approximative, mais seulement 18 sont enseignées comme première langue chaque jour.

“C’est facile parfois pour les Australiens de penser que les langues indigènes appartiennent au passé, mais avoir un enregistrement audio, ça les ramène à la vie”, a commenté la linguiste Rachel Nordlinger. D’après elle, la plupart des gens ne savaient pas qu’il existait plus d’une langue aborigène. D’autres pensaient qu’il n’y avait que quelques mots dans chaque langage alors que chacun en a des milliers.

Source : Sydney Morning Herald


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: